Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)

En remettant la distinction à l’UNICEF, le Comité du prix Nobel affirmait que tout le monde avait compris le langage du Fonds et que même les plus sceptiques étaient obligés d’admettre que cette institution avait prouvé sur le terrain que la compassion ne connaît pas de frontières nationales.

Photo ONU/Roger Lemoyne
Une jeune Afghane, élève d’une des nombreuses écoles communautaires soutenues par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) dans le but de rendre l’éducation accessible à tous les enfants.

Prix Nobel de la paix 1965

Intervenant au nom de l’UNICEF à la réunion des lauréats du prix Nobel de la paix qui s'était tenue en mai 2004 à Madrid, Mme Sham Poo a déclaré qu’« en regardant la vie de cette organisation qui intervient depuis près de 60 ans, il est clair pour nous que ce ne sont pas les actes de l’UNICEF qui ont été reconnus en 1965 par le Comité Nobel, mais l’idée de l’UNICEF. Ce ne sont pas les aspirations de l’UNICEF en tant qu’institution qui ont été honorées, mais son aspiration pour nos enfants et notre avenir. C’était notre mémoire humaine collective de l’enfance, ainsi que les rêves présents en ces mémoires, qui ont été reconnus. »

Comité du prix Nobel :  « L’UNICEF a compris que les enfants représentent la clé du futur. »

 

Audio

Année internationale de la cooperation (1965) : Programme sur le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) - exemple concret et prospère de coopération internationale. Raconté par l’acteur Alexander Scourby et l’humoriste Danny Kaye.   

1er janvier 1965
Drupal template developed by DPI Web Services Section