Imprimer
DBF180508
8 mai 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 8 mai 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Cuba

Le Secrétaire général est à La Havanne où il a fait, ce matin, une déclaration à l’ouverture de la trente-septième session de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). 

Il a félicité la CELAC pour avoir mis en avant avec constance et courage une vision du développement avec l’égalité comme moteur de croissance, et s’être concentrée sur une égalité qui aille au-delà du revenu comme mesure du bien-être.

« Soixante-dix ans après sa fondation, la CELAC est toujours là où elle a toujours été: sur la ligne de front d’une mondialisation équitable », a dit le Secrétaire général. 

Il a salué l’engagement de la région en faveur des objectifs de développement durable, et l’a encouragée à « continuer de bâtir, de pousser et lutter pour une mondialisation qui ne laisse personne de côté ».

Hier, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Président cubain, M. Miguel Diáz-Canel.  Il a aussi déposé une gerbe au Mémorial de José Martí et a visité les rues de la Vieille Havanne où il a eu l’occasion de rencontrer et de parler avec les locaux.  Il a salué les efforts de Cuba pour restaurer cette partie de la ville qu’il a appelée « cadeau du peuple cubain au monde ».

Le Secrétaire général s’est également entretenu avec le Premier Secrétaire du Parti communiste de Cuba, M. Raúl Castro. 

Il sera de retour à New York, cet après-midi.

Nigéria

Dans une déclaration publiée hier après-midi, le Secrétaire général condamne fermement l’attaque perpétrée le 5 mai 2018 dans le village de Gwaska, dans le nord-ouest du Nigéria, qui a fait de nombreuses victimes.

Le Secrétaire général exprime sa continuelle préoccupation face à la violence persistante et demande instamment à tous les acteurs de travailler ensemble pour ramener la paix et la stabilité au Nigéria. 

Syrie

Hier, plus de 1 300 personnes dont une majorité de femmes et d’enfants, auraient été évacuées d’Yalda, Babilla et Beit Sham (YBB) vers des zones du Bouclier de l’Euphrate dans le nord de la province d’Alep en Syrie.  Au total, plus de 8 000 personnes auraient été évacuées de ces régions du sud de Damas depuis le 4 mai. 

Toujours ce lundi, les hostilités entre les forces gouvernementales et Daech auraient continué dans les zones tenues par ce dernier dans le camp de Yarmouk près de Damas.  Selon des sources locales, le Gouvernement a autorisé des civils de Yarmouk, y compris des malades et des blessés, à entrer dans le village voisin de Yalda.

L’ONU et ses partenaires sont prêts à fournir une aide humanitaire aux populations dans le besoin à Yalda, Babilla et Beit Sham ainsi qu’à Yarmouk et dans les zones voisines dès que les conditions le permettront et que l’accès sera autorisé.

République populaire démocratique de Corée (RPDC)

Le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), M. David Beasley, effectuera une visite officielle en République populaire démocratique de Corée à partir d’aujourd’hui jusqu’au 11 mai. 

Il visitera des écoles et des crèches pour rencontrer des mères et des jeunes enfants que le PAM aide.  Durant sa visite, M. Beasley aura aussi des réunions avec de hauts responsables du Gouvernement à Pyongyang.

Le PAM a pour objectif d’aider 650 000 femmes et enfants en RPDC chaque mois, en leur apportant des céréales et des biscuits vitaminés pour répondre à leurs besoins nutritionnels.  Le manque de financement a fait que les rations ont dû être réduites et même suspendues dans certaines zones.

Myanmar

Après des décennies de fuite, 93 réfugiés en Thaïlande sont rentrés dans le sud-est du Myanmar avec l’aide du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires. 

Les retours signalent des progrès supplémentaires dans le retour volontaire des réfugiés de Thaïlande vers le Myanmar.

Les réfugiés sont partis hier de cinq camps à la frontière et ont été accueillis par les autorités du Myanmar dans deux centres de réception.

En Thaïlande, les réfugiés ont exprimé leur intérêt de retourner chez eux dans l’espoir que la paix et la stabilité prévaudront dans la partie sud-est du pays.  Le HCR s’attend à ce que les retours se poursuivent.  Dans le sud-est du Myanmar, les conditions lui permettent de faciliter ces retours volontaires.  Mais dans l’État Rakhine, la situation n’est pas encore favorable au retour des réfugiés Rohingya.

République démocratique du Congo

S’agissant des informations de la presse liées à l’enquête sur le meurtre de deux experts de l’ONU, au mois de mars de l’année dernière, en République démocratique du Congo (RDC), la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et le Mécanisme de suivi ont soutenu une opération menée par les autorités congolaises à Moyo Musuila pour collecter des preuves.  Cette opération a conduit à la découverte de deux ensembles de restes humains.  Les autorités congolaises mènent actuellement des analyses médicolégales pour établir les identités.  Une fois ces analyses terminées, il sera possible de déterminer l’identité des victimes et la pertinence de l’enquête en cours, le cas échéant.

Guatemala

Concernant la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG), le Secrétaire général continue de soutenir les efforts de lutte contre l’impunité au Guatemala et l’important travail de la Commission et du Commissaire, M. Ivan Velásquez.

La Commission est un organe indépendant créé par l’Accord entre le Guatemala et les Nations Unies.  Il est financé par les contributions volontaires d’un certain nombre d’États Membres.  Il y a toujours eu un appui bipartisan des activités de la Commission pour combattre l’impunité.  L’ONU compte que les États Membres continueront de soutenir les efforts de la Commission.

Rolf Knutsson

Rolf Knutsson, un fonctionnaire d’origine suédoise qui a travaillé très longtemps aux Nations Unies, est mort cette semaine à Genève.  Il a travaillé pour le système des Nations Unies dans un nombre incroyable de postes de 1969 jusqu’à il y a quelques années. 

Il a été Secrétaire exécutif de la Commission d’indemnisation de l’ONU.  Il était aussi Chef de cabinet adjoint de M. Kofi Annan, et a occupé plusieurs postes dans les affaires politiques et les opérations de maintien de la paix.  Il a aussi travaillé sur le terrain, au Liban, à Jérusalem au Honduras ou encore au Sahara occidental.

L’ONU exprime sa sympathie à sa famille et à ses amis.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.