Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 septembre 2019

DBF190909
9 septembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 septembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Journée internationale contre les essais nucléaires

La Journée internationale a été commémorée aujourd’hui, l’occasion pour le Secrétaire général d’appeler tous les États à signer et ratifier le Traité sur l’interdiction totale des essais nucléaires (TICE). 

Au XXIe siècle, a poursuivi le Secrétaire général, les essais nucléaires sont tout simplement inacceptables. 

Il a rappelé aux États Membres que malgré un large appui, le Traité n’est toujours pas entré en vigueur. 

Il est inacceptable, a-t-il estimé, d’empêcher l’entrée en vigueur du Traité, la retenue qu’il faut face à la prolifération quantitative et qualitative des armes nucléaires et une étape pratique vers leur élimination totale. 

Joignons-nous pour exploiter au mieux cette occasion de renouveler notre engagement à rendre hors-la-loi tous les essais nucléaires, en tout temps et partout, a ajouté le Secrétaire général. 

Fédération de Russie-Ukraine

Dans une déclaration publiée ce week-end, le Secrétaire général accueille avec satisfaction l’échange de prisonniers et de détenus qui a eu lieu le 7 septembre dernier entre la Fédération de Russie et l’Ukraine et salue tous ceux qui ont contribué à ce résultat, dont les Présidents Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine.  Le Secrétaire général espère que cet acte humanitaire important sera une étape positive vers le renforcement de la confiance et la tenue d’un dialogue constructif et régulier à tous les niveaux pour ouvrir la voie à un éventuel règlement du conflit dans l’est de l’Ukraine. 

Le Secrétaire général exhorte toutes les parties concernées à prendre d’autres mesures dans cet esprit, à maintenir l’élan des efforts de paix en cours déployés par le quatuor du format Normandie, le Groupe de contact trilatéral, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et d’autres acteurs pour, entre autres, assurer un cessez-le-feu durable, atténuer la situation humanitaire le long de la ligne de contact et permettre des progrès dans la mise en œuvre des accords de Minsk. 

Désertification

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J.  Mohammed, revient à New York après avoir fait une déclaration à la quatorzième Conférence des États parties à la Convention contre la désertification, à New Delhi en Inde. 

Elle a rappelé aux États que les données scientifiques montrent que des efforts massifs pour combattre la désertification et la dégradation des sols sont désespérément attendus.  Elle a ajouté qu’un quart des émissions de gaz à effet de serre est dû à la dégradation des sols, menaçant le million d’espèces en danger et les écosystèmes qui nous donnent tout ce que l’on mange, l’on boit et l’on respire.  La vie de la moitié des habitants de la planète est affectée par la désertification, la dégradation des sols et la sécheresse, a-t-elle prévenu.

Pire encore, a-t-elle poursuivi, les sols sont de moins en moins sains, ce qui est l’effet secondaire le plus dangereux.  Les efforts pour combattre ce problème doivent être massifs et ensemble nous pouvons les déployer, a estimé la Vice-Secrétaire générale. 

Lors du déjeuner qui a suivi sur le thème des changements climatiques, elle a dit que les citoyens du monde exigent de leurs leaders une action plus ambitieuse contre l’urgence climatique.  Les jeunes femmes et les jeunes hommes nous implorent de concrétiser notre promesse d’une transition propre et juste vers un avenir plus vert.  Nous ne pouvons pas les décevoir, a souligné Mme Mohammed. 

Bahamas

Les agents humanitaires indiquent que les agences des Nations Unies ont effectué des missions d’évaluation dans les îles d’Abaco pendant le week-end et qu’elles continueront dans les jours à venir.  Dans les îles d’Abaco et au Grand Bahama, les aéroports et les ports redeviennent opérationnels.  Toutefois, l’accès aux zones touchées demeure difficile à cause des routes et infrastructures endommagées. 

Le Programme alimentaire mondiale (PAM) a indiqué que 14 700 repas préparés ont été distribués dans les îles.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a ajouté que pendant le week-end, un avion transportant près d’une tonne et demi d’articles vitaux est arrivé à Nassau.  Le fret comprend 400 000 tablettes de purification d’eau, plusieurs tanks de 5 000 litres pour au moins 2 000 personnes et au moins 1 000 jerricans.  L’UNICEF a dit qu’il a pu arriver à Abaco vendredi dernier et que son équipe a pu voir la dévastation et les destructions généralisées.  Les écoles et les hôpitaux sont tout simplement aplatis, les maisons et les routes se sont effondrées et les voitures et les bateaux pendent des arbres. 

L’UNICEF lance un appel pour collecter la somme de 4 millions de dollars afin de renforcer son aide humanitaire. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a pour sa part lancé un appel visant à collecter la somme de 3,5 millions de dollars pour couvrir les besoins à court terme en matière de santé et autres.  L’appel comprend 1,3 million de dollars pour restaurer les soins médicaux dans les zones affectées, 500 000 pour détecter et gérer les maladies et 800 000 pour assurer un accès sûr à l’eau et à l’assainissement et contrer les maladies.

Conseil de sécurité

Le Conseil a tenu aujourd’hui un débat public sur le maintien de la paix.  Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, a dit que le maintien de la paix est un outil multilatéral essentiel pour prévenir les conflits, réduire les risques de rechute et réaliser une paix durable.  Il a noté que le Secrétaire général a lancé son initiative Action pour le maintien de la paix, il y a un an et demi.

M. Laroix a ajouté que les solutions politiques, conditions préalables à la paix durable, sont au centre de cet agenda. 

Il a attiré l’attention sur l’exemple de la République centrafricaine où la Mission de l’ONU a tiré profit d’un mandat politique plus fort et de la posture robuste de ses Casques bleus du point de vue de la sécurité pour créer un environnement qui a conduit le Gouvernement et les groupes armés à signer un accord e paix en février dernier. 

M. Lacroix a souligné que l’ONU reste pleinement engagée à améliorer le maintien de la paix mais que ce voyage ne fait que commencer et qu’on ne peut s’y embarquer seul. 

Yémen

Les membres du Comité de la coordination du redéploiement pour la mise en œuvre de l’Accord sur Hodeïda ont tenu leur sixième réunion conjointe samedi et dimanche derniers, sur un navire des Nations Unies au large d’Hodeïda. 

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, les membres du Comité réaffirment leur engagement en faveur de l’Accord et des arrangements précédents.  Ils ont activé le Mécanisme de renforcement du cessez-le-feu et de la désescalade sur lequel ils s’étaient mis d’accord lors de leur réunion en juillet dernier.  Sur cette base, un centre d’opérations conjointes a été créé et lancé dans les installations de la Mission de l’ONU à Hodeïda.  Le Centre comprend des officiers de liaison et de coordination des deux parties, et ceux des Nations Unies. 

Le Centre travaillera sur la désescalade et traitera des incidents en maintenant une communication directe avec les officiers de liaison déployés au front dans la province d’Hodeïda. 

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a salué la visite de M. Riek Machar, Président de l’Armée populaire de libération du Soudan- dans l’opposition.  M. Machar est arrivé à Juba ce matin pour y rencontrer le Président Salva Kiir. 

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. David Shearer, a indiqué que cette visite est une étape bienvenue du processus de paix maintenant que la date limite de la période prolongée de la prétransition approche. 

Il a exprimé l’espoir que la réunion entre les leaders n’est que la première de plusieurs réunions pour rétablir la confiance et former un gouvernement revitalisé d’unité nationale, le 12 novembre. 

Conseil des droits de l’homme

Aujourd’hui, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a dit que la menace que les changements climatiques font peser sur les droits de l’homme a atteint une ampleur que l’on n’a jamais vu auparavant. 

Dans ses remarques à l’ouverture de la quarante-deuxième session du Conseil des droits de l’homme, la Haut-Commissaire a ajouté que les économies de toutes les nations, le tissu institutionnel, politique, social et culturel de chaque État et les droits de tous sont touchés. 

Il est toujours temps d’agir, a-t-elle dit, mais la fenêtre d’opportunités pourrait se refermer. 

UNICEF

Une œuvre de l’UNICEF, dévoilée ce week-end dans la pelouse - nord du Siège de l’ONU à New York, montre l’ampleur dévastatrice du nombre d’enfants morts dans les zones de conflit en 2018.  Dans ce qui rappelle l’agencement d’un cimetière, l’œuvre présente en rangée un total de 3 758 cartables, chacun représentant un enfant mort dans un conflit. 

Selon l’UNICEF, l’œuvre, qui reste visible jusqu’au 10 septembre, est un message aux dirigeants du monde au moment où dans la plupart part des pays les enfants retournent à l’école et où l’on s’apprête à ouvrir une nouvelle session de l’Assemblée générale. 

Quand l’installation sera retirée, les cartables poursuivront leur voyage pour contribuer à l’éducation des enfants.

Plus de 12 000 enfants ont été tués ou mutilés dans les zones de conflit l’année dernière, indique l’UNICEF.  Il s’agit du nombre le plus élevé depuis que l’ONU a commencé à surveiller et à faire rapport sur les graves violations des droits de l’enfant. 

Contributions

Le Bélarus a payé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2019, ce qui porte à 117 le nombre des États qui ont fait de même. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.