Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 novembre 2019

DBF191115
15 novembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 novembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Changements climatiques

Le Secrétaire général a salué, aujourd’hui, le jalon important qu’a posé la Banque européenne d’investissement avec sa décision de cesser de financer les projets liés aux combustibles fossiles d’ici à la fin de l’année 2021.  La Banque européenne d’investissement se joint aux autres pionniers qui ont sagement décidé de n’investir que dans l’économie propre et résiliente permettant de parvenir à la neutralité carbone d’ici à 2050 et à un avenir durable.

Le Secrétaire général a appelé tous les autres investisseurs à choisir le bon côté de l’histoire.

Gaza

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, a répondu à l’attaque perpétrée aujourd’hui à Gaza et revendiquée par Israël, laquelle aurait tué au moins huit membres de la même famille.  Le Coordonnateur spécial a dit qu’il n’y a aucune justification à des attaques contre des civils à Gaza ou ailleurs.

Il a présenté ses sincères condoléances à la famille Al-Sawarkeh et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.  Il a appelé Israël à lancer rapidement une enquête.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a adopté une résolution sur le régime de sanctions imposées à la Somalie, renouvelant pour une autre période d’un an la levée partielle de l’embargo sur les armes au profit des forces de sécurité somaliennes; l’interdiction totale de l’importation illicite d’armes et de l’exportation par mer du charbon de bois; et les dérogations humanitaires.  La résolution proroge aussi le mandat du Groupe d’experts jusqu’au 15 décembre 2020.

Le Conseil de sécurité a également prorogé pour un an le mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) qui, outre ses tâches prioritaires, est priée d’aider les autorités à préparer et à organiser les élections présidentielle, législatives et locales en 2020 et en 2021.

Syrie

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a informé, hier, le Conseil de sécurité de la situation en Syrie, rappelant que dans tout le pays, plus de 11 millions de personnes ont toujours besoin d’aide humanitaire, soit plus de la moitié de la population.

Depuis le début de l’année, a-t-il ajouté, les agents humanitaires ont apporté de l’aide à une moyenne de 5,6 millions de personnes par mois dans toutes les régions de la Syrie, donnant la priorité aux plus vulnérables.  Plus de la moitié de la réponse humanitaire concerne les zones contrôlées par le Gouvernement.

M. Lowcock a avoué qu’il demeure très préoccupé par la situation dans le nord-ouest.  Ces dernières semaines, a-t-il noté, le nombre des bombardements aériens et terrestres ont augmenté, surtout dans des zones du sud et de l’ouest d’Edleb, lesquels ont, selon le Bureau de la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, causé un très grand nombre de victimes parmi les civils.

Le Coordonnateur des secours d’urgence a ajouté qu’il n’y a pas d’alternative à l’opération transfrontière et que le renouvèlement des dispositions de la résolution 2165 du Conseil de sécurité est essentiel.  Il n’y a pas de plan B, a-t-il insisté, en ajoutant que sans opération transfrontière, nous verrons la fin immédiate de l’aide à des millions de civils.

OIM au Yémen

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué que, depuis le début de l’année, elle a offert plus d’un million de consultations médicales aux déplacés et aux autres personnes touchées par le conflit ainsi qu’à des migrants.

Les infrastructures de santé ont été considérablement endommagées par le conflit et seule la moitié d’entre elles fonctionnent.

L’OIM veille à ce que ces infrastructures puissent fournir un minium de services à la population en déployant du personnel, des médicaments et du matériel.

L’OIM contribue à la réhabilitation et aux besoins opérationnels de 86 centres de santé dans le pays.  Elle a aussi déployé neuf équipes mobiles de santé pour les migrants et les déplacés qui n’ont pas accès aux infrastructures traditionnelles.

Tchad

Plus de 210 000 personnes ont été touchées par les inondations généralisées qui ont suivi les lourdes pluies de ces derniers mois.  Les régions les plus touchées sont le nord et l’est, dont la province de Mayo-Kebbi qui fait également face à une épidémie de choléra.

Quelque 15 000 habitations auraient été endommagées alors que des morts et la perte de moyens de subsistance sont signalées.  Les premières évaluations menées par la Croix-Rouge tchadienne pointent vers un manque de nourriture, d’abris et d’articles non alimentaires.

L’ONU et ses partenaires humanitaires comptent intensifier la réponse mais ils n’ont que très peu de ressources.

Le plan de réponse humanitaire 2019 pour le Tchad, qui vise à collecter la somme de 477 millions de dollars pour aider 2 millions de personnes, n’est financé qu’à hauteur de 49%.

Journée internationale de la tolérance

La Journée internationale de la tolérance est commémorée demain.

Dans son message, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, rappelle que la diversité culturelle fait partie du tissu de la société humaine.

La tolérance est aussi une force et un moteur du développement et un bien duquel nous pouvons tous bénéficier, ajoute-t-elle, si nous apprenons à nous comprendre les uns les autres, si nous sommes capables de voir ce qui est universel dans toutes les cultures et si nous adoptons une attitude de tolérance face à ce qui, a priori, nous semble étranger.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.