Print
CD/3829
2 septembre 2020

« Faire taire les armes »: le Mois de l’amnistie en Afrique est lancé pour faciliter la remise et la collecte des armes à feu détenues illégalement

NEW YORK, 2 septembre (Bureau des affaires de désarmement) – Sept pays africains participent cette année au Mois de l’amnistie en Afrique qui consiste à faciliter la remise et la collecte d’armes à feu détenues illégalement.  Les jeunes du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de l’Éthiopie, du Kenya, de la République centrafricaine et de la République démocratique du Congo (RDC) sont ainsi invités, en ce mois de septembre, à partager leurs idées afin de trouver des slogans pour cette campagne qu’organise l’Union africaine chaque année depuis 2017.

Le Bureau des affaires de désarmement de l’ONU participe, avec la Commission de l’Union africaine, à la mise en œuvre de la campagne connue sous l’acronyme anglais SeptAAM2020.

Dans ce cadre, le Japon a apporté un soutien financier au Burkina Faso, à la RDC, à la République centrafricaine et au Kenya pour le renforcement des capacités de collecte, stockage et destruction en toute sécurité des armes, ainsi que pour la sensibilisation et l’application de la loi.  En juillet 2020, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et l’Éthiopie ont rejoint le projet avec l’appui financier de l’Allemagne.

Ce soutien fait partie d’un projet lancé en mars 2020 en collaboration avec le Centre régional sur les armes légères et de petit calibre dans la région des Grands Lacs, la Corne de l’Afrique et les États limitrophes (RECSA). 

Le succès de cette campagne d’un mois nécessite que les gouvernements, les organisations de la société civile, les communautés et les individus -en particulier les femmes et les jeunes- travaillent ensemble pour mettre en garde leurs concitoyens sur les effets désastreux des armes légères illicites.  Les armes légères et de petit calibre sont en effet des facteurs de violence armée et constituent une grave menace pour le maintien de la paix.

Or dans le monde, ce sont les civils qui possèdent 85% des armes légères et de petit calibre.  En Afrique, plus de 40 millions d’armes légères sont entre les mains de la population civile, mais très peu de propriétaires civils sont titulaires d’un permis. 

En 2013, les États africains ont convenu de l’objectif commun de « faire taire les armes à feu en Afrique d’ici à 2020 », en s’efforçant de mettre fin à tous les conflits, de parvenir à une paix durable et de contribuer au développement durable sur le continent.  Alors que l’année 2020 marque la fin de l’initiative, une campagne visant à accélérer les progrès pour « faire taire les armes » a été lancée au début de cette année à Addis-Abeba, lors du Sommet de l’Union africaine sur le thème: « Faire taire les armes à feu en Afrique: créer des conditions propices au développement de l’Afrique ». 

Pour obtenir plus d’informations sur le Mois de l’amnistie en Afrique, veuillez consulter le site Web: https://au.int/fr/mois-de-lamnistie-africaine ou contacter Mme Milena Berks, Spécialiste adjointe des questions politiques au courriel: berks@un.org.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.