Imprimer
Conf200803-CS
3 août 2020

Conseil de sécurité : la présidence indonésienne présente un programme de travail placé sous le signe de la promotion de la paix dans un monde « post-pandémie »

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’août et Représentant permanent de l’Indonésie, M. Dian Triansyah Djani, a présenté, cet après-midi, lors d’une conférence de presse virtuelle, le programme de travail mensuel du Conseil qu’il a placé sous le signe de la promotion de la paix dans un monde «  post-pandémie  ». 

Ce mois-ci, les travaux du Conseil de sécurité seront marqués par deux débats publics.  Le premier, prévue le 6 août, sera consacré aux liens entre la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, une question, a souligné M. Djani, dont l’importance ne fait que croître. 

Les membres du Conseil se pencheront ensuite, le 12 août, sur les pandémies et la pérennisation de la paix au cours d’une réunion à laquelle est attendu l’ancien Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon.  Ce débat public s’inscrit dans l’appel de l’actuel Secrétaire général à un cessez-le-feu mondial pour pouvoir s’attaquer à la pandémie de COVID-19, a précisé M. Djani. 

Au cours de ce mois d’août, le Conseil tiendra également huit réunions sur le Moyen-Orient et deux sur l’Afrique.  Il examinera le rapport du Secrétaire général sur Daech, le 24 août, et celui du Comité 1718 sur les sanctions imposées à la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le 27 août, dans le cadre des consultations officieuses.  Le Conseil a l’intention de se prononcer sur le renouvèlement de trois mandats, le 28 août : ceux de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), du régime de sanctions imposé au Mali et de la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM).  

Dans ses questions-réponses, le Président du Conseil de sécurité a indiqué qu’aucune délégation n’a demandé jusqu’ici de réunion sur l’Iran.  La situation en Libye et le regain de tension entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne sont pas non plus à l’ordre du jour ce mois-ci, a signalé M. Djani, en rappelant que le programme de travail du Conseil peut être modifié à tout moment. 

Quant à la possibilité pour les 15 membres du Conseil de se réunir en personne, comme ils l’ont fait à plusieurs reprises au mois de juillet sous la présidence allemande, M. Djani a souhaité que ce type de réunions soit organisé une fois par semaine.  Il a aussi espéré que le Service d’interprétation pourra assurer les six langues officielles pendant les réunions virtuelles, « une question qui préoccupe plusieurs membres du Conseil ».

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.