Imprimer
Dbf201028
28 octobre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 octobre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Annonce zéro émissions nettes Secrétaire général - Président de la République de Corée

Le Secrétaire général est très encouragé par l’annonce du Président Moon Jae-in sur l’engagement de la République de Corée à atteindre zéro émissions nettes d’ici à 2050.  Il s’agit d’un pas très positif dans la bonne direction après le Green New Deal exemplaire de la Corée, annoncé en juillet.

Avec cette annonce, la République de Corée, onzième économie mondiale et sixième exportateur mondial, rejoint un groupe croissant de grandes économies déterminées à montrer l’exemple dans l’édification d’un monde durable, neutre en carbone et résilient face au climat d’ici à 2050.

Le Secrétaire général attend avec impatience les mesures politiques concrètes qui seront proposées et mises en œuvre pour atteindre cet objectif.  Pour cela, la République de Corée doit soumettre à temps pour la COP26 une contribution déterminée au niveau national pour 2030 révisée qui soit plus ambitieuse et conforme à son nouvel engagement en faveur de la neutralité carbone d’ici à 2050.

Conseil nordique

Hier après-midi, le Secrétaire général s’est adressé au Conseil nordique, par visioconférence, affirmant qu’un nouveau multilatéralisme efficace était nécessaire pour assurer une gouvernance mondiale sur des questions qui nous concernent tous, y compris la crise climatique et la pandémie de COVID-19.

Concernant la crise climatique, le Secrétaire général a appelé les pays nordiques à soumettre des contributions déterminées au niveau national plus ambitieuses au titre de l’Accord de Paris avant la COP26 de l’année prochaine.  Il leur a également demandé de maintenir et de renforcer leurs engagements financiers en faveur des pays en développement.

« J’espère que les membres du Conseil nordique serviront de modèle mondial pour une reprise verte, inclusive et durable », leur a-t-il dit.

Le Secrétaire général a également félicité le Conseil nordique pour son engagement en faveur du multilatéralisme et son leadership dans les efforts visant à faire face à l’urgence de la COVID-19 de manière efficace.

Vice-Secrétaire générale – Visite virtuelle en Colombie

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, effectuera une « visite virtuelle » en Colombie aujourd’hui et demain.  Il s’agit de la première visite virtuelle dans un pays depuis le début de la pandémie et le voyage soulignera l’importance de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, qui marque son vingtième anniversaire le 29 octobre.

La visite virtuelle permettra également à la Vice-Secrétaire générale de voir à l’œuvre en Colombie l’ONU, qui travaille avec les autorités nationales et locales et les organisations de la société civile - y compris la réponse à la pandémie, les défis du développement et la consolidation de la paix.

Elle sera accompagnée de la Secrétaire générale adjointe et Directrice exécutive d’ONU-Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, et de la Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo.

Mme Mohammed et sa délégation rencontreront par visioconférence divers responsables, dont le Président Iván Duque.  Elles s’entretiendront également avec des femmes défenseurs des droits de l’homme et des femmes leaders, et discuteront des progrès et des défis de la mise en œuvre de l’Accord de 2016.

La dernière fois que la Vice-Secrétaire générale s’est rendue en Colombie en personne, c’était en 2015 pour le lancement de la Commission interinstitutionnelle pour les objectifs de développement durable.

Nagorno-Karabakh

Comme le Secrétaire général l’a déclaré sans équivoque, nous condamnons fermement toutes les attaques contre les zones peuplées touchées par le conflit, y compris les frappes contre la ville de Barda, qui auraient tué et blessé de nombreuses personnes, ainsi que les bombardements en cours signalés contre Stepanakert/Khankendi et d’autres localités de la zone de conflit du Nagorno-Karabakh.  Il ne peut y avoir aucune justification à de telles attaques.

Nous réitérons l’appel lancé par le Secrétaire général aux parties pour qu’elles appliquent immédiatement le cessez-le-feu humanitaire auquel elles se sont engagées et respectent pleinement leurs obligations d’épargner et de protéger les civils et les infrastructures civiles.  Les hostilités en cours sont inacceptables et doivent cesser immédiatement.

Pour sa part, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré dans un communiqué publié aujourd’hui qu’en un mois de combats, plus de 130 000 personnes ont été déplacées, 76 écoles et jardins d’enfants endommagés et une maternité bombardée.  D’innombrables enfants sont marqués par l’impact psychologique d’une exposition quotidienne à des tirs de roquettes et de missiles dans les zones civiles.

Syrie

En Syrie, l’ONU a effectué une visite interinstitutions d’une journée dans la province d’Edleb, dans le nord-ouest du pays.  Hier, les agences humanitaires des Nations Unies ont visité un camp de déplacés dans le centre d’Edleb, soutenu par un financement du Fonds central de secours.  Elles ont rencontré des membres de la communauté déplacée, qui continuent de vivre dans des conditions extrêmement difficiles.  Elles ont également rencontré le personnel humanitaire et les autorités locales et ont visité des entrepôts stockant des fournitures pour l’hiver et la réponse à la COVID-19 dans la région.

Des missions comme celles-ci aident l’ONU à acquérir une compréhension de première main de la situation humanitaire et des besoins actuels dans le nord-ouest.

Quelque 2,8 millions de personnes -dont la moitié sont des enfants- ont encore besoin d’une aide humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie.  L’aide humanitaire transfrontalière de l’ONU fournit une ligne de sauvetage à des millions de personnes dans cette zone que l’ONU ne peut atteindre par d’autres moyens.

Pakistan

Nous condamnons fermement l’attaque menée hier contre une école religieuse à Peshawar, au Pakistan, qui aurait tué au moins huit élèves et blessé plus d’une centaine de personnes, dont des enfants et des enseignants.  Le Secrétaire général présente ses condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement pakistanais.

Somalie

La crise humanitaire en Somalie continue d’être l’une des plus complexes, fragiles et prolongées au monde.  Nos collègues humanitaires rapportent que 5,2 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire jusqu’en 2021, en raison de l’impact des chocs climatiques récurrents, des conflits armés, de l’insécurité et des déplacements en pleine pandémie.

Les inondations de cette année ont touché près de 1,6 million de personnes, détruit des terres agricoles et des infrastructures et augmenté le risque de maladies transmises par l’eau.  En outre, une infestation de criquets pèlerins depuis janvier a touché 685 000 personnes.

Le nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire devrait passer de 1,3 million en septembre à environ 2,1 millions jusqu’en décembre, en l’absence d’assistance humanitaire.

Avec nos partenaires, nous avons aidé plus de 2,3 millions de personnes cette année, alors que 61% du Plan de réponse humanitaire de 1,01 milliard de dollars ont été reçus à ce jour, soit 618 millions de dollars environ.  Le financement par secteurs reste disproportionné, plus de la moité d’entre eux recevant moins de 35% du financement requis.

COVID-19 – Cabo Verde

Au Cabo Verde, la Coordonnatrice résidente, Mme Ana Patrícia Graça, dirige l’équipe des Nations Unies pour soutenir la réponse du Gouvernement à la pandémie.  Notre équipe a reprogrammé 17 millions de dollars de fonds auparavant destinés aux travaux de développement durable.  Elle a mobilisé 4 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les efforts nationaux visant à sauver des vies et des moyens de subsistance.

Grâce à une plateforme de coordination de la réponse aux crises mise en place avec le Gouvernement, nous avons apporté un soutien à une étude d’impact socioéconomique, en partenariat avec la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’Union européenne.

Grâce au portail de données COVID-19, notre équipe rend également compte de l’impact socioéconomique de la crise à Cabo Verde, en se concentrant sur les communautés vulnérables.  Son action comprend la fourniture de vaccins à plus de 7 000 enfants de moins d’un an; l’assistance à plus de 700 agents de santé essentiels; et l’accès à l’apprentissage à distance pour plus de 66 000 enfants.  Des repas sont également fournis à plus de 26 000 élèves du primaire; 100 000 personnes reçoivent une aide en espèces et 14 000 petites entreprises ont accès à des programmes d’appui.

D’autres données sur l’équipe des Nations Unies à Cabo Verde et le travail des Nations Unies dans d’autres pays sont disponibles sur le portail de données COVID-19 de la Coordination du développement COVID-19 (data.uninfo.org.)

Forêts

Un nouveau rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévient que si les efforts de restauration des forêts du monde ne sont pas intensifiés, nous ne pourrons pas atteindre les objectifs de développement durable d’ici à 2030.

À ce jour, 63 pays et autres entités se sont engagés à restaurer 173 millions d’hectares de terres forestières -une superficie représentant la moitié de la taille de l’Inde- et des réponses régionales telles que l’Initiative de restauration des paysages forestiers africains (AFR100) et l’Initiative 20×20 en Amérique latine enregistrent des progrès significatifs.

Cependant, le rapport fait valoir qu’il reste encore beaucoup à faire à l’échelle nationale, régionale et mondiale pour respecter les engagements pris dans le cadre du Défi de Bonn, qui vise à restaurer 350 millions d’hectares de terres dégradées et déboisées d’ici à 2030, et d’autres engagements internationaux.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.