Imprimer
dbf201223
23 décembre 2020

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 décembre 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Éthiopie

Les agences humanitaires indiquent que même si l’accès demeure limité dans les zones où le conflit est en cours, l’aide humanitaire commence à être acheminée petit à petit dans la province du Tigré. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a envoyé des fournitures sanitaires d’urgence pour traiter plus de 10 000 patients pendant trois mois.  D’autres fournitures médicales sont en route.  Le Programme alimentaire mondial (PAM) a réussi à livrer de la nourriture à 35 000 réfugiés dans les camps d’Adi Harush et de Mai Ayni cette semaine, mais le convoi qui se rendait vers les camps de réfugiés de Hitsats et Shimelba a dû revenir en raison de l’insécurité dans la région. 

Des produits chimiques pour le traitement de l’eau ont également été fournis aux personnes déplacées dans le nord d’Amhara ainsi que dans l’ouest du Tigré.  De l’eau, ainsi que des articles d’assainissement, d’hygiène et non alimentaires sont également prépositionnés dans le nord d’Amhara et l’ouest de l’Afar pour 5 000 personnes déplacées.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), en collaboration avec le Module mondial de la logistique, qui est dirigé par le PAM, a convenu avec les autorités compétentes de mettre en place un mécanisme temporaire d’échange d’informations humanitaires pour faciliter l’accès, les mouvements, la sûreté et la sécurité des ressources, du personnel et des activités humanitaires au Tigré, y compris dans les zones frontalières où peuvent se trouver des personnes dans le besoin.  Dans l’intervalle, l’ONU continue d’intervenir auprès du Gouvernement et de tous les interlocuteurs concernés pour assurer le passage en toute sécurité du personnel et des fournitures humanitaires dans toutes les parties de la province du Tigré.

République centrafricaine / Maintien de la paix

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a démenti, aujourd’hui, les articles de presse affirmant que la ville de Bambari serait tombée et se trouverait sous le contrôle du groupe armé UPC.  La MINUSCA affirme que les Casques bleus de l’ONU patrouillent dans les rues et que la situation est sous contrôle. 

La MINUSCA a lancé hier des opérations pour expulser les combattants de l’UPC et a repris le contrôle total de la ville, à la suite d’une attaque lancée par des combattants contre les forces de gendarmerie centrafricaines.

République centrafricaine / Consolidation de la paix

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, la formation République centrafricaine de la Commission de consolidation de la paix a fermement condamné les récentes attaques contre les civils, les soldats de la paix et les travailleurs humanitaires, ainsi que les violations de l’Accord politique.  Ces graves incidents risquent d’annuler les acquis durement obtenus par le pays ces dernières années, à quelques jours de la tenue du premier tour des élections législatives et présidentielle, prévu dimanche.

République centrafricaine / Droits de l’homme

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme a également déclaré, aujourd’hui, qu’il était profondément alarmé par les informations faisant état d’une escalade de la violence en République centrafricaine à quelques jours des élections.  La violence, alimentée par des griefs politiques et des discours de haine, a entraîné le déplacement forcé de civils, y compris vers les pays voisins.

Bosnie-Herzégovine - Camp Lipa 

Les équipes de l’ONU se disent très préoccupées par la fermeture effective, aujourd’hui, du centre de réception temporaire de Lipa, dans le canton d’Una-Sana.  Cette décision condamne environ 1 200 personnes à vivre dans le froid hivernal, dans des températures en dessous de 0 °C.

Pendant la fermeture du camp, un incendie a frappé un certain nombre de tentes et de conteneurs.  L’incendie ayant été maîtrisé, aucune victime n’est à déplorer mais les infrastructures et les logements du centre ont été largement détruits. 

L’ONU félicite les pompiers pour avoir réagi rapidement et avec efficacité, et une enquête sur les causes de l’incendie est en cours.  

Les équipes de l’ONU notent aussi qu’au moins 1 500 migrants, demandeurs d’asile et réfugiés, y compris des femmes et des enfants, vivent déjà dans des abris de fortune et certains dans des camps montés dans la forêt.  La fermeture du camp de Lipa a fait augmenter à près de 3 000 le nombre de personnes nécessitant une aide d’urgence. 

Avec leurs partenaires qui fournissent des produits vitaux et des colis alimentaires à tous ceux qui en ont besoin, les équipes de l’ONU préviennent que cette situation n’est pas viable.  

L’ONU exhorte les autorités à offrir des solutions alternatives à ceux qui ont été touchés par la destruction du camp et à identifier et mettre à leur disposition de nouvelles installations, de préférence en dehors des cantons d’Una-Sana et de Sarajevo.

Mozambique 

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) indique que près de 250 000 enfants ont fui les crises croissantes dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique.  Ces enfants risquent désormais de contracter des maladies mortelles, à cause de la saison des pluies.

L’UNICEF est particulièrement préoccupé par le manque d’eau potable et de services d d’assainissement et d’hygiène, compte tenu des besoins croissants des femmes et des familles dans des centres d’hébergement temporaires surpeuplés et dans les communautés d’accueil.  L’UNICEF a souligné que ces services doivent être renforcés et élargis de toute urgence pour prévenir les maladies hydriques comme le choléra, et une propagation plus grave de la COVID-19. 

En 2021, l’UNICEF a demandé la somme de 52,8 millions de dollars pour répondre aux besoins les plus urgents au Mozambique, dont 30 millions du Plan de réponse humanitaire pour apporter une aide à Cabo Delgado. 

Contribution financière 

La Gambie a payé l’intégralité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2020, faisant grimper le nombre des pays qui ont fait de même à 142.  À ce jour, 54 pays doivent encore s’acquitter de leurs contributions.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.