Imprimer
SG/A/1978
8 septembre 2020

Le Secrétaire général nomme Gary Conille, d’Haïti, Coordonnateur résident des Nations Unies en Jamaïque

Le 24 août, le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, a nommé M. Garry Conille, d’Haïti, comme Coordonnateur résident des Nations Unies en Jamaïque, avec l’approbation du gouvernement du pays hôte.

M. Conille apporte à son nouveau poste plus de 20 ans d’expérience, principalement au service des Nations Unies et d’ONG internationales.  

Avant d’être nommé Coordonnateur résident en Jamaïque, M. Conille a occupé le poste de Coordonnateur résident au Burundi (2017-2020) et, avant cela, celui de Sous-Secrétaire général chargé des programmes et des opérations à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (2015-2017).  M. Conille a également servi en tant que Directeur régional du Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets pour la région Afrique (2014-2015) et en tant que Chef de l’Unité d’appui à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) du Programme des Nations Unies pour le développement (2008-2010).  Il a commencé sa carrière au sein de l’ONU en Haïti, en 1999, en travaillant pour le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).

Au lendemain du tremblement de terre survenu en Haïti en 2010, M. Conille a servi en qualité de Chef de cabinet du Bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, l’ancien Président des États-Unis William J. Clinton.  À ce titre, il a contribué à coordonner les efforts de reconstruction du pays.  En 2011, M. Conille a été nommé Premier Ministre d’Haïti, un poste qu’il a occupé jusqu’en 2012, date à laquelle il a pris les fonctions de Conseiller principal de la présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, en sa qualité de Coprésidente du Groupe de haut niveau des Nations Unies chargé du programme de développement pour l’après-2015. 

M. Conille est titulaire d’un diplôme de médecine de la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université d’État d’Haïti et d’une Master en santé publique de l’Université de Caroline du Nord, à Chapel Hill.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.