Print
SG/SM/20268
22 septembre 2020

Le Secrétaire général appelle à promouvoir les langues des signes pour l’inclusion des personnes sourdes, dans l’esprit du Programme 2030 de « ne laisser personne de côté »

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale des langues des signes, célébrée le le 23 septembre:

Cette année, nous célébrons la Journée internationale des langues des signes alors que nous sommes au beau milieu d’une pandémie qui a perturbé et bouleversé la vie des gens dans le monde entier, y compris dans la communauté des personnes sourdes.

Il est encourageant de constater que certains pays intègrent dans leurs annonces de santé publique et dans les informations qu’ils diffusent sur la COVID-19 une interprétation en langue des signes nationale.  Dans ma note de synthèse sur l’inclusion du handicap dans la riposte à la pandémie, j’ai préconisé des mesures de riposte et de relèvement qui soient accessibles à tous.

L’année dernière, nous avons lancé la Stratégie des Nations Unies pour l’inclusion du handicap afin d’intensifier l’action menée pour garantir que les personnes handicapées participent pleinement et réellement à toutes nos activités, y compris en temps de crise.  C’est le seul moyen de tenir la promesse qui se trouve au cœur du Programme 2030: ne laisser personne de côté.

À l’occasion de la Journée internationale des langues des signes, j’appelle tous les dirigeants locaux, nationaux et mondiaux à protéger et à promouvoir la diversité des langues des signes et des cultures qui y sont associées, afin que toutes les personnes sourdes puissent participer et contribuer à la vie de la société et réaliser tout leur potentiel.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.