Imprimer
SG/SM/20418
13 novembre 2020

En mémoire des victimes d’accidents de la route, le Secrétaire général rappelle l’objectif de réduire leur nombre de moitié d’ici à 2030

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route, célébrée le 15 novembre:

Les accidents de la route sont un problème de taille sur les plans de la santé et du développement.  Chaque jour dans le monde, quelque 3 700 pères, mères, frères, sœurs, fils, filles, amis et collègues perdent la vie sur les routes.  Les accidents de la circulation sont la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes adultes de 5 à 29 ans et 90 % des victimes de la route sont à déplorer dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire.

C’est un fait qu’il faut garder à l’esprit si nous voulons assurer une reprise solide après la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19).  La sécurité doit être au cœur de nos systèmes de mobilité, faute de quoi nous ne pourrons atteindre l’objectif ambitieux de réduire de moitié le nombre de personnes tuées ou blessées sur la route d’ici à 2030.

Les conventions des Nations Unies relatives à la sécurité routière sont essentielles en ce qu’elles aident les pays à s’attaquer aux principales causes d’accident.  J’accueille avec satisfaction la résolution adoptée récemment par l’Assemblée générale dans laquelle celle-ci a proclamé la période 2021-2030 deuxième Décennie d’action pour la sécurité routière et a demandé instamment de soutenir l’action menée par mon Envoyé spécial pour la sécurité routière et par le Fonds des Nations Unies pour la sécurité routière.

En mémoire des victimes d’accidents de la route, engageons-nous à réinventer nos modes de déplacement pour les rendre sûrs, abordables, accessibles et durables pour toutes et tous, partout dans le monde.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.