Imprimer
CONF210601-CS
1 juin 2021

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin et Représentant permanent de l’Estonie annonce le retour des réunions en présentiel 

Compte tenu de l’amélioration de la situation sanitaire à New York, le Représentant permanent de l’Estonie et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin a indiqué que toutes les réunions seront tenues en présentiel, à l’exception des rencontres de haut niveau, en raison des restrictions imposées aux déplacements.  « Nous allons nous montrer ambitieux et prudents pour ce retour à la normale », a assuré M. Sven Jürgenson, ajoutant que les situations sanitaires diffèrent selon les pays et qu’elles demeurent difficiles à prédire.  Il est recommandé et non pas obligatoire, que les personnes qui s’expriment dans la salle du Conseil soient vaccinées, a précisé M. Jürgenson, au cours de la conférence de presse qu’il a donnée aujourd’hui sur le programme de travail mensuel du Conseil. 

Le nouveau Président s’est félicité de ce retour à la « diplomatie de contacts et de couloirs », qu’il a jugée efficace pour aboutir à des résultats, « les diplomates étant, comme tous les êtres humains, des animaux sociaux ».  M. Jürgenson s’est dit persuadé que ces interactions personnelles permettront d’aboutir à une solution sur l’épineux dossier du renouvellement du mécanisme d’assistance humanitaire transfrontalière en Syrie, cet été. 

Il a précisé que le retour des réunions en présentiel rend désormais possible les votes de procédure sur des questions telles que l’inscription d’un point à l’ordre du jour ou bien encore la participation d’un orateur.  Ces votes de procédure, pour lesquels il n’y a pas de droit de veto, n’étaient pas possibles avec les réunions en distanciel.  Le 16 juin, le Conseil tiendra d’ailleurs un débat public sur ses méthodes de travail, l’occasion de tirer les leçons de la pandémie, a déclaré M. Jürgenson, en saluant la vitesse d’adaptation au confinement décrété à New York, l’an dernier.

Trois débats de haut niveau sur les enfants dans les conflits armés, la cybersécurité et la situation en Afghanistan compteront parmi les temps forts de la présidence estonienne, au cours d’un mois toujours chargé, a annoncé le Représentant permanent. 

La réunion sur l’Afghanistan se tiendra le 22 juin et sera présidée par le Ministre estonien des affaires étrangères.  Compte tenu de l’évolution de la situation afghane et du retrait des forces étrangères, nous avons voulu que ce soit une réunion de haut niveau, a précisé M. Jürgenson, qui a déploré la stagnation des pourparlers de Doha.  Il a également dénoncé l’attaque meurtrière qui vient de viser une école de filles.

S’agissant des enfants et des conflits armés, la réunion se déroulera le 28 juin, sous la houlette de la Présidente de l’Estonie, avec la participation du Secrétaire général de l’ONU.  Elle sera en distanciel, même si la Présidente estonienne sera présente à New York pour l’initiative onusienne « Chaque femme, chaque enfant ». 

Le débat sur la cybersécurité est prévu pour le 29 juin.  « Nous sommes fiers d’inscrire, après une longue maturation, ce nouveau point à l’ordre du jour du Conseil », a confié M. Jürgenson.  Rappelant que ce sujet avait fait l’objet de réunions selon la formule Arria, il a espéré qu’il restera sur la table.  « C’est une question de sécurité internationale et il revient au Conseil de s’en saisir », a affirmé M. Jürgenson, en soulignant l’importance que le droit international s’applique à l’Internet.  

Les questions africaines seront largement abordées au cours de ce mois, avec un débat sur la situation au Mali le 14, au Soudan du Sud le 21 et en République centrafricaine le 23.  Le Représentant permanent s’est dit vivement préoccupé par le récent coup d’Etat au Mali, tout en précisant que l’imposition de sanctions n’est pas à l’ordre du jour.  M. Jürgenson a noté que des manifestants au Mali agitaient le drapeau russe, avant de rappeler la présence en Libye de combattants du Groupe Wagner.  « La Russie prétend ne pas connaître le groupe Wagner », s’est-il étonné.  « Mais il faut appeler un chat un chat. » 

Le Moyen-Orient ne sera pas oublié, comme en attestent la réunion sur le Yémen, le 15 juin, et celle sur le processus de paix, le 24 juin.  Contrairement au mois précédent, la situation en Syrie fera l’objet de deux réunions distinctes: le volet humanitaire sera examiné le 23 juin et le volet politique, le 25 juin.  Le Conseil se penchera aussi sur la situation au Myanmar au cours d’une séance à huis clos, le 8 juin.

La coopération entre l’Union européenne et l’ONU sera au menu de la réunion du 10 juin.  M. Jürgenson a qualifié le récent détournement d’un avion de ligne par les autorités du Belarus de « terrorisme d’État » et dénoncé les « tortures innommables » et le niveau de violence inacceptable dans ce pays.  Il a déclaré que l’Estonie, « petit pays avec une histoire difficile, non pas de notre fait, mais à cause d’autres », entend maintenir l’attention du Conseil sur cet incident, même si aucun résultat n’est à attendre.

Le Représentant permanent s’est félicité de ce que la sélection du prochain Secrétaire général coïncide avec sa présidence du Conseil de sécurité.  Même s’il n’y a qu’un seul candidat –l’actuel Secrétaire général-, M. Jürgenson a précisé que ladite sélection suivra le même processus qu’il y a cinq ans, y compris les auditions.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.