Imprimer
Dbf210202
2 février 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 02 février 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Myanmar

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu des consultations officieuses sur le Myanmar. 

Dans son exposé aux membres du Conseil, l’Envoyée spéciale du Secrétaire général, Mme Christine Schraner Burgener, a fermement condamné les récentes mesures prises par l’armée.  Elle a exhorté les membres du Conseil à envoyer collectivement un signal clair en faveur de la démocratie au Myanmar. 

Compte tenu de l’engagement apparent de l’armée à sauvegarder l’état de droit après les élections du 8 novembre, l’Envoyée spéciale a estimé que la tournure actuelle des choses est à la fois surprenante et choquante. 

Elle a dit avoir été en contact avec les dirigeants militaires pas plus tard que la veille de la prise de pouvoir.  Ils ont indiqué que la communication se poursuivait avec le Gouvernement et la Commission électorale de l’Union. 

L’Envoyée spéciale a également appelé à la libération immédiate de la Conseillère d’État, Mme Aung San Suu Kyi; du Président, M. Win Myint et d’une dizaine de hauts responsables politiques, de membres de leur famille et de militants qui ont également été arrêtés. 

Elle a réaffirmé que c’était un coup dur pour les réformes démocratiques au Myanmar. 

La déclaration de l’état d’urgence et l’arrestation de dirigeants civils sont inconstitutionnelles et illégales, a également fait valoir Mme Schraner Burgener. 

Il sera crucial pour tous de ne pas avoir recours à la violence, en respectant pleinement les droits de l’homme et les libertés fondamentales, a-t-elle ajouté, soulignant que l’on ne saurait permettre un retour en arrière complet depuis l’ouverture du Myanmar en 2011.

Soudan

Le Chef de la nouvelle Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS) est arrivé dans le pays. 

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Volker Perthes, a déclaré être impatient de travailler avec les autorités de transition et le peuple soudanais. 

Il a ajouté qu’il consacrera son énergie à soutenir le Soudan pour que celui-ci atteigne ses objectifs de transformation démocratique, de paix et de reprise économique.

Soudan du Sud

La Conseillère spéciale du Secrétaire général pour la prévention du génocide et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme se sont tous deux félicités, aujourd’hui, de la décision du Gouvernement du Soudan du Sud de mettre en place des institutions de justice transitionnelle. 

La Conseillère spéciale, Mme Alice Wairimu Nderitu, a déclaré qu’il s’agit d’une étape cruciale vers l’établissement de la responsabilité pour les graves violations des droits de l’homme.  Bon nombre d’entre elles, qui se sont produites depuis le début du conflit en décembre 2013, peuvent constituer des crimes d’atrocité.  

Le Gouvernement a notamment décidé de mettre en place la Cour hybride de l’Union africaine pour le Soudan du Sud. 

Pour sa part, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme a indiqué que les victimes de violations extrêmement graves des droits de l’homme ont attendu pendant de nombreuses années la mise en œuvre de ces mécanismes clefs de justice, de vérité et de réparation. 

Mali

Aujourd’hui, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a déclaré que près de 500 violations et abus des droits de l’homme avaient été documentées entre juin et septembre de l’année dernière.  Ces violations ont entraîné la mort de 176 personnes, dont 13 enfants et 8 femmes.

Les données présentées dans ce nouveau rapport sur les droits de l’homme montrent une diminution de 23% par rapport à la période précédente. 

La situation des droits de l’homme a également été affectée par des violations imputables aux Forces de défense et de sécurité maliennes, ainsi qu’aux forces internationales dans le cadre d’opérations militaires et de la lutte contre le terrorisme qui se déroulent dans les régions du centre et du nord.

Près de 200 des violations documentées sont imputables aux Forces de défense et de sécurité maliennes, et 7 à la Force conjointe du G5 Sahel.

Iraq

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Iraq, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, s’est rendue à Téhéran du 31 janvier au 1er février.   Elle s’est entretenue avec des responsables iraniens sur des questions d’intérêt régional dans le cadre des efforts visant à soutenir la stabilité en Iraq.

Mme Hennis-Plasschaert s’est déjà rendue dans plusieurs pays de la région y compris l’Iran.   Cedéplacement s’inscrit dans le cadre de ses efforts visant à faire avancer l’application du mandat de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI) dans le cadre de la résolution 2522 (2020) du Conseil de sécurité, visant à faciliter le dialogue et la coopération régionale.

Madagascar

L’équipe de pays de l’ONU à Madagascar, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Issa Sanogo, poursuit son appui aux efforts nationaux.   L’équipe concentre ses actions sur la protection des enfants et des familles vulnérables.   L’ONU a versé 1,5 million de dollars pour les soins de santé primaires au profit d’un million d’enfants de moins de 5 ans.  

Plus de 600 000 enfants ont reçu des livres d’auto-apprentissage dans le cadre du programme d’appui à la rentrée scolaire.   Pendant ce temps, plus de 100 000 salles de classe ont été désinfectées.  

Sur le plan de la protection sociale, l’équipe de l’ONU a versé de l’argent liquide à plus de 400 000 familles pour les aider à amortir l’impact économique de la pandémie.  

En outre, 40 citernes ont été livrées par l’ONU dans le cadre des efforts visant à améliorer l’accès à l’eau potable et à améliorer les conditions d’hygiène.   Quelque 800 000 personnes vivant dans les zones les plus touchées par la COVID-19 de cinq villes ont pu être atteintes.

Fidji

Le cyclone tropical Ana s’est abattu sur les Fidji il y a deux jours.  Afin de soutenir les efforts d’interventions du Gouvernement, 39 équipes d’évaluation appuyées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ont été déployées dans les zones touchées pour commencer à recueillir davantage d’informations sur l’impact du cyclone.

Aucune demande d’assistance internationale n’a été faite à ce stade.  L’ONU se tient bien sûr prête à soutenir davantage la réponse humanitaire.

Enfants en déplacement

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), l’UNICEF et l’Union européenne (UE) ont annoncé aujourd’hui le lancement d’un programme conjoint de protection des enfants en déplacement en Amérique centrale, au Mexique et en Afrique australe.

Ce programme de 30 mois, qui a reçu 8,4 millions de dollars provenant de l’UE, sera mis en œuvre dans quatre pays situés dans deux régions. 

L’UNICEF et le HCR travailleront conjointement avec les gouvernements nationaux et les organisations de la société civile dans ces régions pour garantir la protection des enfants et offrir des options de prise en charge alternatives à la détention des migrants.

Traite des enfants

Un nouveau rapport publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) fait apparaître que le nombre d’enfants parmi les victimes de la traite détectées a triplé au cours des 15 dernières années.  Durant cette même période, le nombre de garçons victimes a été multiplié par 5.  Les filles sont principalement victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, tandis que les garçons sont utilisés pour le travail forcé.

En 2018, selon l’ONUDC, environ 50 000 victimes de la traite des êtres humains ont été détectées et signalées par 148 pays.  Cependant, compte tenu de la nature cachée de ce crime, le nombre réel des victimes de la traite devrait être beaucoup plus élevé.  Le rapport indique également que la récession induite par la COVID-19 est susceptible d’exposer davantage de personnes au risque de traite.

Pêche

Un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que la pêche et l’aquaculture mondiales ont été durement touchées par la pandémie de COVID-19.   Ces perturbations pourraient se poursuivre cette année, car les confinements affectent l’offre et la demande. 

L’impact de la pandémie sur la pêche a été important dans les pays en développement, en particulier ceux qui ont un large secteur informel.

Capitaine Tom

Suite à l’annonce de la triste nouvelle du décès du capitaine Thomas Moore.  Au nom du Secrétaire général, le porte-parole a exprimé les plus sincères condoléances de l’ONU à la famille de feu le capitaine Thomas Moore.  Pendant cette pandémie, son altruisme, sa compassion et sa détermination à aider les autres ont été et demeureront une source d’inspiration pour les gens partout dans le monde.

Le Secrétaire général s’était entretenu avec le Capitaine Tom le 30 avril 2020 pour lui souhaiter un joyeux 100e anniversaire et pour le féliciter pour sa campagne record de levée de fonds au Royaume-Uni pour soutenir les soins liés à la COVID-19.

Tableau d’honneur

Le Bahreïn a versé la totalité de ses contributions au budget ordinaire de l’ONU, amenant à 26 le nombre d’États Membres à en avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.