Imprimer
Dbf210219
19 février 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 février 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conférence de Munich sur la sécurité

Ce matin, le Secrétaire général s’est exprimé virtuellement à l’occasion du volet de la Conférence de Munich sur la sécurité consacré au thème « priorités d’action à l’échelle mondiale ». 

La complexité et l’ampleur des épreuves et des défis que nous traversons à l’échelle mondiale vont croissantes, mais les mesures prises pour les affronter restent insuffisantes et manquent de cohésion, a-t-il déclaré, en mentionnant la pandémie de COVID-19.

Le Secrétaire général a déclaré que 2021 est l’année pour se remettre sur les rails, ajoutant que « nous devons profiter du relèvement après la pandémie ».

Selon lui, quatre impératifs se dégagent.  Premièrement, il nous faut un plan mondial de vaccination, a-t-il dit.  Il a de nouveau appelé le G20 à mobiliser pays, entreprises et les autres acteurs qui ont l’autorité, l’expertise et les capacités productives et financières nécessaires.

Notre deuxième priorité doit être d’atteindre la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle, a déclaré le Secrétaire général.  Il a espéré que davantage de pays s’engageront en faveur de cet objectif d’ici à la Conférence sur les changements climatiques qui se tiendra en novembre à Glasgow. 

Troisièmement, nous devons apaiser les tensions géopolitiques et consolider la diplomatie en faveur de la paix, a-t-il affirmé.  Il a jugé impossible de régler les problèmes les plus graves si les pays les plus puissants font opposition. 

Enfin, le Secrétaire général a appelé à redéfinir la gouvernance mondiale à l’aune du XXIe siècle et à renforcer le multilatéralisme.

Climat

Aujourd’hui à 15 heures, le Secrétaire général prendra part à une conversation virtuelle avec l’Envoyé spécial présidentiel des États-Unis pour le climat, M. John Kerry, afin de marquer le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris.  Le chat fera partie de la session d’ouverture du Global Engagement Summit 2021 de l’Association des États-Unis pour les Nations Unies (UNA-USA).

Conseil des droits de l’homme

Lundi matin, le Secrétaire général prononcera une allocution lors de l’ouverture de la quarante-sixième session ordinaire du Conseil des droits de l’homme. 

Dans ses remarques préenregistrées, il parlera des conséquences de la pandémie pour les droits de l’homme dans le monde.  Il plaidera également en faveur d’une action concertée, y compris pour lutter contre le racisme et la xénophobie et pour promouvoir l’égalité des sexes. 

Cet événement doit commencer à 9 heures, heure de Genève.

Syrie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que, 10 ans après le début de la crise syrienne, les besoins humanitaires s’accroissent. 

Une convergence de facteurs, tels que le conflit armé, l’économie en déclin et la COVID-19, contribuent à ces besoins croissants en Syrie.  Les infrastructures sanitaires, d’eau et d’assainissement sont médiocres ou inexistantes dans tout le pays. 

En janvier 2021, on estimait à environ 13,4 millions le nombre de personnes qui auraient besoin d’une forme quelconque d’assistance humanitaire et de protection.  Il s’agit là d’une augmentation de plus de deux millions de personnes par rapport à l’année précédente. 

Certains des besoins les plus importants sont alimentaires.  Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime qu’au moins 12,4 millions de personnes, soit près de 60% de la population, sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire.  En un an, 4,5 millions de Syriens de plus ont connu une telle situation d’insécurité alimentaire. 

Deux millions de Syriens vivraient dans une extrême pauvreté et 2,4 millions d’enfants ne seraient pas scolarisés. 

L’année dernière, 7,6 millions de personnes en moyenne ont reçu une aide humanitaire tous les mois, soit une augmentation de 1,9 million de personnes par rapport à 2019.

Libye

L’Envoyé spécial pour la Libye, M. Ján Kubiš, est arrivé aujourd’hui à Benghazi.  L’Envoyé spécial a rencontré le général Khalifa Haftar.  Ils ont tous deux convenus de l’importance pour toutes les parties en Libye de s’engager et de faciliter la tenue des élections nationales du 24 décembre 2021.  Leurs discussions ont porté sur les moyens d’accélérer la pleine mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu. 

Hier, M. Kubiš et son équipe ont rencontré le Président désigné du Conseil de la présidence pour la Libye, M. Mohamed Almenfi, et un membre désigné du Conseil de la présidence, M. Abdullah El Lafi, à Tripoli.  Ils ont discuté des moyens par lesquels l’ONU peut soutenir l’accélération de la mise en œuvre de la feuille de route du Forum de dialogue politique interlibyen, y compris la tenue d’un vote de confiance officiel de la Chambre des représentants. 

L’Envoyé spécial a également rencontré le Ministre de la défense du Gouvernement d’entente nationale et des hauts fonctionnaires du Ministère de la défense. Ils ont discuté de la situation sécuritaire dans le pays et des moyens d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu. Il a également rencontré le chef de la commission électorale et a souligné que l’ONU est prête à fournir l’appui technique nécessaire pour assurer le succès du processus démocratique.

Myanmar

En réponse aux questions de la presse sur la mort d’un manifestant au Myanmar, le Porte-parole adjoint a déclaré que le Secrétaire général suivait de près le cas de Mya Thwate Thwate Khaing, et qu’il était profondément attristé et perturbé.  Il présente ses condoléances aux proches de la victime.

Le Porte-parole adjoint a réaffirmé que le recours à la force contre des manifestants pacifiques est inacceptable.  Le droit de réunion pacifique doit être pleinement respecté.

Des informations faisant état de la poursuite des violences, d’intimidations et de harcèlement de la part du personnel de sécurité sont consternantes.  De tels actes doivent cesser.

L’équipe de pays de l’ONU a également exprimé sa profonde tristesse à la suite du décès de Mya Thwate Thwate Khaing.  L’équipe a de nouveau appelé les forces de sécurité à respecter les droits de l’homme et à éviter d’utiliser la force contre les manifestants, y compris les femmes et les filles.

Somalie

L'équipe des Nations Unies en Somalie a déclaré aujourd’hui qu’elle était profondément préoccupée par les affrontements armés qui se sont produits à Mogadiscio pendant la nuit et ce matin.

Elle appelle au calme et à la retenue de toutes les parties impliquées et demande instamment que des lignes de communication ouvertes soient maintenues pour aider à réduire les tensions.

L'équipe des Nations Unies en Somalie note que les affrontements à Mogadiscio soulignent le besoin urgent pour le Gouvernement fédéral et les dirigeants des États membres fédérés de se réunir pour parvenir à un accord politique sur la mise en œuvre du modèle électoral du 17 septembre.

Une déclaration du Secrétaire général a également été publiée.

Exploitation et atteintes sexuelles

Le Porte-parole adjoint a fait le point sur l’enquête préliminaire relative aux allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles pendant la riposte à l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

Le Secrétaire général est inébranlable dans sa détermination à éradiquer l’exploitation et les atteintes sexuelles.  La politique de l’ONU est la tolérance zéro, et toutes les allégations feront l’objet d’enquêtes.

Le Bureau des services de contrôle interne de l’ONU examine actuellement ces allégations.  Étant donné que le travail d’enquête est en cours, ces efforts importants ne seront pas commentés davantage.

Au cours de toutes ces vérifications et enquêtes, les droits et les besoins des victimes doivent être primordiaux.  Toutes les victimes identifiées ont reçu et continueront de recevoir un soutien.

L’ONU s’est engagée à mettre fin et à prévenir l’exploitation et les atteintes sexuelles partout, y compris dans les contextes humanitaires, et continuera de faire pression pour une approche centrée sur les victimes et la punition des auteurs.

République démocratique du Congo

Dans un nouveau rapport, l’UNICEF indique que la vie et l’avenir de plus de trois millions d’enfants déplacés sont menacés en République démocratique du Congo (RDC).

Des attaques dans l’est du pays ont contraint des communautés entières à fuir.  Des familles, y compris des enfants, ont été tuées.  Des centres de santé et des écoles ont également été attaqués.

Le rapport de l’UNICEF contient le témoignage d’enfants qui ont été recrutés comme combattants par des milices, victimes d’agressions sexuelles et ont subi d’autres graves violations de leurs droits.  Le rapport souligne que les violations contre les enfants ont augmenté de 16% au premier semestre 2020, en comparaison avec l’année précédente.

L’UNICEF appelle à une solidarité renouvelée avec la RDC.  L’appel humanitaire de l’UNICEF pour 2021, d’un montant de 384 millions de dollars, n’est actuellement financé qu’à hauteur de 11%.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) rapporte que des combattants armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ont tendu une embuscade à une patrouille de l’ONU qui se rendait de Baboua à Nguia Bouar, dans la préfecture de Nana-Mambéré.  Les Casques bleus ont riposté, forçant les combattants à battre en retraite.  Aucune victime n’a été signalée.

À Bangui, la MINUSCA a participé à un atelier de deux jours organisé par le Projet d’appui au processus électoral de la République centrafricaine.  L’atelier fait partie de la préparation qu’offre l’ONU pour le prochain tour des élections législatives qui est prévu le 14 mars.

Enfin, à Berberati, située dans la préfecture de Mambéré Kadei, la MINUSCA a également soutenu le comité local de paix et de réconciliation, ainsi que les autorités locales, dans l’organisation d’une campagne visant à sensibiliser la population à la nécessité de travailler ensemble pour assurer la tenue d’élections législatives pacifiques.

Service aérien humanitaire

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré que le Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS) avait un besoin urgent de 204 millions de dollars pour poursuivre les opérations existantes au-delà de la fin du mois.

Le service, géré par le PAM, transporte des travailleurs humanitaires et des cargaisons vitales vers certains des endroits les plus dangereux et les plus difficiles d’accès.  Le Service aérien a également joué un rôle important dans les ripostes nationales à la pandémie en transportant des échantillons de test et des fournitures médicales essentielles pour le compte des gouvernements.

Le Service gère actuellement 21 opérations et transporte jusqu’à 400 000 passagers chaque année vers plus de 400 destinations à l’aide d’une flotte d’avions et d’hélicoptères. 

Toute perturbation du Service aérien pourrait avoir un impact sur les opérations humanitaires majeures, notamment celles au Yémen, en Syrie et en Haïti.

Mali/COVID-19

Au Mali, l’ONU soutient les efforts nationaux pour arrêter la propagation de la COVID-19 et vacciner la population.

L’équipe de l’ONU, dirigée par la Représentante spéciale adjointe, Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire, Mme Mbaranga Gasarabwe, est en train d’acquérir 8,5 millions de doses de vaccins pour soutenir le plan national de vaccination.  L’achat est réalisé avec un soutien financier de près de 5 millions de dollars de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Cela porte à 15 millions de dollars le total de la contribution de l’ONU à la riposte à la COVID-19 au Mali.  L’UNICEF -en collaboration avec la Banque mondiale, le Fonds mondial et GAVI- a acheté, entre autres matériels, 500 000 équipements de dépistage, ainsi que plus de 640 000 masques et autres articles de protection individuelle.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a intensifié les initiatives alimentaires et nutritionnelles d’urgence pour aider près d’un million de personnes dans les régions du centre et du nord.  L’OMS aide les hôpitaux communautaires à gérer les cas de COVID-19.

L’équipe de l’ONU s’efforce également de sensibiliser les populations au virus sur les réseaux sociaux.  Elle travaille également avec des mobilisateurs communautaires pour aider les jeunes, les chefs religieux, les associations de femmes et les chefs traditionnels sur la manière de prévenir la propagation de la COVID-19.

Nomination

Le Secrétaire général a nommé Mme Khardiata Lo N’Diaye, du Sénégal, en tant que sa nouvelle Représentante spéciale adjointe pour le Soudan auprès de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS).  Elle assumera également les fonctions de Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire de l’ONU.

Mme Lo N’Diaye apporte à ses nouvelles fonctions 35 années d’expérience dans les domaines du développement, de l’aide humanitaire, de l’autonomisation des femmes, de la gouvernance démocratique, de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix.  Elle a récemment occupé le poste de Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire par intérim au Niger (2020) et de Représentante par intérim du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Nigéria (2019).

De plus amples informations sont disponible en ligne.

Journée mondiale de la justice sociale

La Journée mondiale de la justice sociale sera célébrée demain avec pour thème, cette année, « Un appel à la justice sociale dans l’économie numérique. »

La commémoration de cette année soutient les efforts de la communauté internationale dans la recherche de solutions pour atteindre le développement durable, l’éradication de la pauvreté, la promotion du plein emploi et du travail décent, la protection sociale universelle, l’égalité des sexes et l’accès au bien-être social et à la justice pour tous.

Journée internationale de la langue maternelle

La Journée internationale de la langue maternelle sera célébrée dimanche 21 février.  Le thème de cette année est « Promouvoir le multilinguisme pour l’inclusion dans l’éducation et la société. »

Dans un message pour la journée, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, a déclaré que le thème nous encourage à soutenir le multilinguisme et l’utilisation des langues maternelles, à la fois à l’école et dans la vie quotidienne.

L’UNESCO note que la diversité linguistique est de plus en plus menacée à mesure que de plus en plus de langues disparaissent.  Au moins 43% des quelque six mille langues parlées dans le monde sont en danger.

Contributions au budget ordinaire 2021.

Djibouti, Saint-Marin, la Slovénie et les Émirats arabes unis ont réglé la totalité de leur contribution due au titre du budget ordinaire de l’ONU pour 2021, portant à 50 le nombre d’États Membres ayant fait ce pas.

Point de presse lundi

Lundi, à 13 heures, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, fera un exposé aux journalistes depuis la salle des conférences de presse.  M. Lacroix parlera des opérations de maintien de la paix au Mali, en République centrafricaine, ainsi que d’autres questions liées au maintien de la paix.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.