Imprimer
Dbf210224
24 février 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 février 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général

Le Gouvernement du Portugal a écrit au Président de l’Assemblée générale et au Président du Conseil de sécurité, nommant officiellement M. António Guterres comme candidat à un deuxième mandat de Secrétaire général.

Le Secrétaire général est reconnaissant et honoré de cet appui et fera tout son possible pour mériter cette confiance.

Secrétaire général/Appel à l’action pour les droits de l’homme

Aujourd’hui, dans un exposé sur son Appel à l’action pour les droits humains, le Secrétaire général a déclaré à l’Assemblée générale que la crise sanitaire provoquée par la pandémie de COVID-19 s’est rapidement transformée en une crise économique, en une crise humanitaire et en une crise des droits de l’homme.

Il a ajouté que nous avons maintenant une occasion unique et historique de forger un monde où chaque personne est traitée avec dignité; où chaque société peut résister aux crises; et où l’avenir de chacun est construit sur une base de droits inaliénables. 

Il a énuméré les progrès accomplis depuis le lancement de l’Appel à l’action l’année dernière, mais il a reconnu que le défi permanent reste de transformer la promesse de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme en un changement réel sur le terrain.

Un changement transformateur nécessitera l’engagement et le soutien sans réserve de tous, a-t-il dit.

Myanmar

L’équipe de l’ONU au Myanmar est gravement préoccupée par le fait que les événements récents compromettront les efforts de vaccination contre la COVID-19 qui sont en cours.

Selon l’équipe, le Myanmar a élaboré un plan national de déploiement et de vaccination solide et méticuleux. Il avait permis de vacciner 105 000 agents de santé au 31 janvier.

De son côté, l’équipe de l’UNICEF dans le pays s’est déclarée alarmée par le recours excessif à la force des forces de sécurité à l’encontre d’enfants lors des manifestations en cours.

Plus tôt cette semaine, le 22 février, un enfant de cinq ans a été grièvement blessé dans l’État kachin après avoir semble-t-il été touché par un membre des forces de sécurité à l’aide d’une fronde.  Comme indiqué précédemment, un enfant a été tué par les forces de sécurité à Mandalay ce week-end.

L’UNICEF appelle à nouveau les forces de sécurité à s’abstenir de toute violence, à faire preuve de la plus grande retenue et à résoudre les différends par des moyens constructifs et pacifiques, en accordant la priorité à la protection et à la sécurité des enfants et des jeunes.

Rohingya

Selon certaines informations, un navire transportant des réfugiés rohingya est en détresse en mer d’Andaman.  L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a appelé aujourd’hui les pays de la région à respecter leurs obligations internationales et à faire en sorte que toutes les personnes à bord soient immédiatement secourues et débarquées en toute sécurité.

Le navire est en mer depuis plus de 10 jours et des décès ont été signalés à bord.

L’OIM souligne à nouveau que sauver des vies doit être une priorité absolue et qu’une solution régionale durable à ce problème régional doit être trouvée.

Yémen

Au moins 8 000 personnes ont été déplacées dans la province de Mareb ces dernières semaines en raison de l’intensification des hostilités.  La grande majorité des personnes déplacées sont des femmes et des enfants.

Cela s’ajoute aux niveaux déjà élevés de déplacements et aux besoins humanitaires dans cette province.  Les déplacements à destination et à l’intérieur de Mareb ont représenté les deux tiers de tous les déplacements au Yémen l’année dernière.

L’ONU et ses partenaires humanitaires intensifient leur soutien et leur planification.  Les ménages nouvellement déplacés reçoivent de la nourriture, des kits d’hygiène, des soins de santé et d’autres types d’assistance.  Cependant, une aggravation de la situation pourrait rapidement submerger les capacités existantes et forcer des centaines de milliers de personnes à fuir.

L’ONU continue d’appeler à une désescalade immédiate de la violence à Mareb et dans le reste du pays.  Elle encourage évidemment toutes les parties au Yémen à redoubler d’efforts pour soutenir le travail de l’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, pour parvenir à une solution politique et à un cessez-le-feu à l’échelle nationale dès que possible.

La manifestation de haut niveau pour les annonces de contributions pour le Yémen, qui est prévue lundi, est une occasion cruciale pour la communauté internationale de soutenir la réponse humanitaire et de faire preuve de solidarité avec le peuple yéménite.  Près de 4 milliards de dollars -3,85 milliards de dollars pour être précis- sont nécessaires pour fournir une aide humanitaire et une protection à 16 millions de personnes au Yémen en 2021.

Pétrolier FSO SAFER

Dans son exposé au Conseil de sécurité la semaine dernière, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a fait le point sur la situation du pétrolier.  Malheureusement, l’ONU a enregistré de nouveaux retards après de récentes demandes supplémentaires des houthistes, qui se désignent également sous le nom d’Ansar Allah. 

Ces nouvelles demandes portent sur les arrangements logistiques et de sécurité.  L’ONU a entamé des discussions pour tenter de résoudre ces problèmes.

Pour cette raison, il est à présent difficile de dire exactement quand la mission pourra être déployée.  Les préparatifs de la mission ne peuvent être finalisés tant que tous les problèmes ne sont pas résolus.

L’ONU comprend que de nombreux États Membres, notamment ceux qui contribuent au projet, soient extrêmement préoccupés par ces nouveaux retards et elle partage ces préoccupations.

L’ONU reste désireuse de déployer la mission le plus tôt possible.  Cette mission est une première étape importante pour éviter une catastrophe environnementale et humanitaire.  Il y a environ 1,1 million de barils de pétrole à bord du navire.  Une fuite aurait des conséquences écologiques, humanitaires et économiques dévastatrices, non seulement pour la population du Yémen, mais pour toute la région de la mer Rouge.

La mission fournira l’évaluation nécessaire pour formuler une solution permanente.  Elle a déjà pris deux années de retard et ne peut être bloquée plus longtemps

République centrafricaine

 Aujourd’hui, dans un exposé sur la République centrafricaine (RCA) devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, a renouvelé l’appel à renforcer la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) en augmentant ses effectifs de 2 750 militaires et 940 policiers.  Il a souligné que cette demande ne vise pas à apporter une solution militaire.  Les capacités supplémentaires, a déclaré M. Lacroix, renforceraient la capacité de la Mission de protéger les civils, créeraient les conditions propices au progrès du processus politique et faciliteraient l’acheminement de l’aide humanitaire.  Cette augmentation contribuerait également à renforcer la protection du personnel et des installations de l’ONU.

M. Lacroix a ajouté qu’au cours des dernières semaines, des progrès importants ont été réalisés contre le groupe armé CPC mais que la situation reste instable.  Il a noté que plus d’un millier de camions transportant des fournitures vitales, de la nourriture, ainsi que des fournitures médicales nécessaires pour lutter contre la pandémie, restent bloqués à la frontière avec le Cameroun, sur la route très importante entre Douala et Bangui.

Dans ce contexte, M. Lacroix a déclaré qu’il est désormais essentiel que les acquis démocratiques soient préservés en achevant le processus électoral.  Il a réaffirmé l’urgence d’engager un dialogue inclusif et significatif et a rappelé que l’accord de paix reste le seul cadre viable pour la paix en RCA. 

Hommage du PAM

Le porte-parole a rendu hommage au collègue de l’ONU, Mustapha Milambo, décédé lors de l’attaque brutale de lundi près de Goma, en République démocratique du Congo.

Pendant 16 ans, Mustapha a servi avec engagement, dévouement et bravoure en tant que chauffeur du Programme alimentaire mondial (PAM).

Dans un article publié sur les réseaux sociaux, le Directeur exécutif du PAM, M. David Beasley, a déclaré qu’il était comme un frère aîné pour beaucoup au Bureau du PAM à Goma.  Il était toujours prêt à prêter l’oreille ou à donner des conseils.  M. Beasley a ajouté que Mustapha Milambo était connu pour son sens de l’humour et le fantastique esprit d’équipe qu’il apportait à son service pour le PAM. 

Mustapha a été inhumé hier.  Au nom de toute la famille onusienne, le porte-parole a adressé ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis.  Comme l’ont dit de nombreux collègues qui ont eu le plaisir de travailler avec lui, il nous manquera beaucoup.

Ghana

Le Ghana est devenu le premier bénéficiaire de vaccins contre la COVID-19 provenant du Mécanisme COVAX, en recevant aujourd’hui 600 000 doses.

Dans une déclaration conjointe, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF ont qualifié cet événement d’occasion mémorable, l’arrivée de vaccins étant essentielle pour mettre fin à la pandémie.

Ils ont souligné que la seule façon de sortir de cette crise est de garantir que les vaccins sont disponibles pour tous.

L’OMS et l’UNICEF ont noté que les expéditions représentent également le début de ce qui pourrait être la plus grande opération d’achat et de fourniture de vaccins de l’histoire.  Le Mécanisme COVAX prévoit de fournir près de deux milliards de doses de vaccins cette année.

Mozambique

Les conflits et les chocs climatiques dans la province septentrionale de Cabo Delgado, au Mozambique, continuent d’accroître les déplacements et d’entraîner une détérioration rapide de la situation humanitaire dans cette région.

Près de 670 000 personnes étaient déplacées à Cabo Delgado, Niassa et Nampula à la fin de l’année dernière.  Parmi celles-ci, près de 580 000 hommes, femmes et enfants ont été déracinés de leurs foyers au courant de la seule année 2020.

Plus de 950 000 personnes sont actuellement confrontées à une grave insécurité alimentaire dans les trois provinces.

La région est également confrontée à une épidémie de choléra, avec près de 5 000 cas et 55 décès signalés à la mi-février 2021, principalement parmi les personnes déplacées.  Cela se produit au milieu d’une grave perturbation des services de santé, d’eau et d’assainissement et d’hygiène.

Les partenaires humanitaires au Mozambique ont besoin de toute urgence de financement supplémentaire pour intensifier la réponse à Cabo Delgado.  Le Plan de réponse humanitaire recherche 254 millions de dollars pour aider 1,1 million de personnes touchées à Cabo Delgado et dans les provinces voisines en 2021.

Mexique

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont commencé aujourd’hui à préparer les individus et les familles du campement informel de Matamoros à entrer aux États-Unis.  Cela est conforme au projet américain de mettre fin à une politique connue sous le nom de Migrant Protection Protocols (protocoles de protection des migrants - MPP) qui a forcé les demandeurs d’asile à attendre leurs audiences d’immigration américaines au Mexique.

Le HCR a commencé l’enregistrement en personne de quelque 750 individus et l’OIM effectue des tests COVID-19 pour assurer la protection de la santé publique.  Dans le même temps, l’UNICEF veille au traitement humain des enfants et de leurs familles.

Cette action des agences de l’ONU intervient à la demande des Gouvernements des États-Unis et du Mexique pour accompagner l’entrée aux États-Unis d’environ 25 000 personnes qui ont des procédures d’immigration actives aux États-Unis mais qui avaient été renvoyées au Mexique dans le cadre du programme MPP.

Costa Rica

Le Secrétaire général a adressé ses meilleurs vœux au Costa Rica à l’occasion du deuxième anniversaire de son plan national de décarbonisation.  Il a félicité le Costa Rica pour la mise à jour de sa contribution déterminée au niveau national dans le cadre de l’Accord de Paris.

Le Costa Rica élabore également une stratégie de transition juste pour créer des emplois verts stables et bien rémunérés ainsi que pour traduire en loi le moratoire actuel sur l’exploration et l’exploitation des combustibles fossiles.

Colombie

L’équipe de l’ONU, dirigée par la Coordonnatrice résidente par intérim, Mme Jessica Faieta, appuie les autorités dans le cadre du Mécanisme COVAX pour la distribution de vaccins, qui a commencé il y a quelques jours à peine.  La Colombie fait partie d’une poignée de pays d’Amérique latine et des Caraïbes concernés par la première phase de cette distribution de vaccin, avec l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et travaillant avec les autorités pour se préparer à cet effort.

La Colombie est également l’un des 31 pays qui utilisent une plateforme développée par l’OMS, l’UNICEF et la Banque mondiale pour évaluer l’état de préparation des pays aux vaccins contre la COVID-19.  Le travail effectué en Colombie est également dirigé par les autorités sanitaires locales et l’OPS, avec des entités de l’ONU, des ONG et d’autres partenaires nationaux.

L’accent est mis sur la préparation au déploiement du vaccin au niveau local, pour atteindre les populations les plus vulnérables, ainsi que le suivi, l’évaluation et la documentation des leçons apprises.

Équateur

Le système de l’ONU en Équateur a publié hier soir une déclaration exprimant sa solidarité avec les familles des personnes tuées et blessées dans les événements violents qui ont eu lieu dans trois prisons en Équateur.

L’équipe de l’ONU sur le terrain a appelé à une enquête rapide et impartiale sur les événements et demandé à ce que les responsables soient traduits en justice.  Elle a également souligné que la crise devait être gérée conformément à la Constitution et aux normes internationales relatives aux droits humains.

Les collègues de l’ONU ont également appelé les autorités à s’attaquer aux causes profondes de cette situation.  Ils se sont déclarés prêts à soutenir les autorités dans ces efforts.

Repas scolaires

Un rapport publié aujourd’hui par le Programme alimentaire mondial (PAM) avertit que la pandémie de COVID-19 risque d’annuler une décennie de gains durement acquis dans les efforts mondiaux visant à fournir une alimentation saine, nutritive et suffisante aux enfants les plus vulnérables du monde grâce à un repas quotidien gratuit à l’école.

Selon un rapport sur la situation de l’alimentation scolaire dans le monde, un écolier sur deux, soit 388 millions d’enfants dans le monde, recevait des repas scolaires avant que la pandémie ne frappe.  C’était le nombre le plus élevé de l’histoire.

Le rapport note qu’en avril 2020, 199 pays avaient fermé leurs écoles et 370 millions d’enfants ont été soudainement privés de ce qui était pour beaucoup leur seul repas nutritif de la journée.

Le PAM appelle à une action mondiale pour ramener la couverture aux niveaux d’avant la pandémie et même à les dépasser.  Le rapport souligne que dans un monde post-COVID-19, les programmes d’alimentation scolaires sont encore plus un investissement prioritaire.  Les programmes de repas scolaires efficaces rapportent jusqu’à 9 dollars pour chaque dollar investi.

Invités du point de presse

Les invités du point de presse d’aujourd’hui étaient la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Mme Natalia Kanem, et la nouvelle Ambassadrice de bonne volonté du FNUAP, Mme Natalia Vodianova, mannequin, philanthrope et investisseur.  

Demain à 11 heures, il y aura une séance d’information virtuelle sur le lancement du rapport sur l’intégrité financière pour le développement durable par le Groupe de haut niveau sur la responsabilité, la transparence et l’intégrité financières internationales pour la réalisation du Programme 2030 (Groupe FACTI).

Contribution au budget de l’ONU

Le Koweït a réglé la totalité de ses contributions dues au titre du budget ordinaire pour 2021.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.