Imprimer
Dbf210304
4 mars 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 04 mars 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Myanmar

Le Coordonnateur résident et Coordonnateur de l’action humanitaire de l'ONU, M. Ola Almgren, a indiqué, dans un Tweet, qu'hier a été une journée tragique pour le Myanmar.  Il a affirmé qu'il n'est pas acceptable que des dizaines de manifestants non armés et pacifiques aient été tués et de nombreux autres blessés.

M. Almgren a souligné que les auteurs doivent être tenus pour responsables.

Pour sa part, l’UNICEF a fait savoir aujourd’hui qu’au moins cinq enfants et plusieurs jeunes et adultes auraient été tués.  Au moins quatre enfants ont été gravement blessés.

Plus de 500 enfants ont également été arrêtés arbitrairement, selon l’UNICEF.

L’UNICEF condamne dans les termes les plus fermes l’usage de la force contre les enfants, y compris l’utilisation de balles réelles, et la détention arbitraire d’enfants.  Il appelle les forces de sécurité à s’abstenir immédiatement de toute violence et à mettre les enfants et les jeunes hors de danger.

Myanmar/Droits de l’homme

La Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a appelé aujourd’hui l’Armée du Myanmar à cesser d’assassiner et d’emprisonner des manifestants après une nouvelle journée de violence meurtrière à travers le pays.

C’est le moment de renverser la situation en faveur de la justice et de mettre fin à l’emprise militaire sur la démocratie, a fait valoir Mme Bachelet.

Myanmar/Représentation

Après avoir reçu, ces derniers jours, des communications concernant le Représentant permanent du Myanmar, l’ONU a été informée hier par la Mission permanente du Myanmar que le Représentant permanent adjoint de ce pays, M. Tin Maung Naing, avait remis sa lettre de démission au Ministère des affaires étrangères du Myanmar.  La Mission a également précisé que M. Kyaw Moe Tun demeure le Représentant permanent du Myanmar auprès de l’ONU.

À la demande du Président du Comité de vérification des pouvoirs (CRE), cette communication a été distribuée aux membres du Comité.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que des déplacements importants sont signalés dans la province de Mareb, en particulier dans le district de Sirwah, alors que des combats se poursuivent ces derniers jours le long de plusieurs lignes de front.

Plus de 14 000 personnes ont été déplacées à ce jour.  Les agences humanitaires préviennent que quelque 385 000 personnes, hommes, femmes et enfants, pourraient être contraintes de fuir à la suite de l'offensive.  Beaucoup d'entre elles devront peut-être se rendre dans des sites de déplacement surpeuplés, où les services sont extrêmement sollicités.

Avec ses partenaires, l’ONU continue d'intervenir et a fourni à plus de 11 000 personnes des paniers de nourriture, des kits d'abris d'urgence et d'autres formes d'assistance vitale urgente.

L’ONU a également reçu des informations faisant état d’une attaque présumée des houthistes, aussi appelés Ansar Allah, perpétrée plus tôt dans la journée contre une installation de la Saudi Aramco à Djedda.

Bien que l’ONU ne soit pas en mesure de commenter la véracité des allégations, elle réitère sa condamnation de toutes les attaques visant des civils et des infrastructures civiles, qui constituent des violations du droit international humanitaire.

L’ONU est également profondément préoccupée par les informations récentes faisant état d’une augmentation des attaques transfrontalières des houthistes contre l’Arabie saoudite.  Elle note avec une grande inquiétude l’escalade à laquelle se livrent toutes les parties au conflit au Yémen, y compris par des frappes aériennes, ainsi que la poursuite de l'offensive militaire des houthistes à Mareb.

Ces actions compromettent les perspectives de paix et de stabilité régionale et nuisent aux efforts diplomatiques en cours pour mettre fin au conflit.  L’ONU appelle les parties à s'abstenir d'attiser davantage les flammes du conflit et à rester déterminées à faire avancer le processus politique en vue de parvenir à un règlement global négocié.

Par ailleurs, concernant le pétrolier SAFER, l’ONU continue de discuter avec les houthistes de plusieurs problèmes logistiques en suspens pour la mission d’inspection.  Comme l’a expliqué, il y a quelques semaines, le Secrétaire général adjoint et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, ces problèmes sont une des principales raisons pour lesquelles l’ONU a dû retarder le déploiement prévu, lequel devait avoir lieu ce mois-ci.

Cependant, les discussions se poursuivent et l’ONU a récemment obtenu des permis pour que le personnel de la mission se rende au Yémen.  Mais jusqu'à présent, aucune solution concrète n’a été trouvée pour certains des autres problèmes en suspens.

Tant que ces autres problèmes ne seront pas résolus, l’ONU ne sera pas en mesure de dépenser davantage d’argent des donateurs pour louer un navire ou préparer un nouveau calendrier pour la mission.

Conseil de sécurité/Éthiopie

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a informé le Conseil de sécurité aujourd'hui.  Il s'est concentré sur la situation humanitaire actuelle, l’accès à la région et les actions nécessaires pour intensifier les livraisons humanitaires.

M. Lowcock a souligné que, selon les estimations officielles, au moins 4,5 millions de personnes au Tigré ont besoin d'aide.  De nombreuses personnes vivant dans les zones rurales restent inaccessibles et la sécurité alimentaire est une préoccupation majeure.

L'accès aux services d'eau, d'hygiène et d'assainissement est largement perturbé dans tout le Tigré, ce qui accroît le risque de flambées de maladies, y compris les maladies d'origine hydrique, la rougeole et la COVID-19.  Les services de santé sont également perturbés, 22% seulement des 205 établissements de santé du Tigré étant pleinement fonctionnels.

M. Lowcock a ajouté qu'en dépit des progrès récents, beaucoup reste à faire pour aider les personnes qui en ont besoin dans tout le Tigré.  Il a souligné la nécessité d'augmenter considérablement l'aide humanitaire dans toute la province en facilitant des évaluations indépendantes des besoins.  Il a également appelé au déploiement du personnel humanitaire dans toute la province, au rétablissement des communications de base et des services bancaires ainsi qu’à une augmentation des financements urgents pour les opérations humanitaires.

Éthiopie

La Haute-Commissaire aux droits de l'homme, Mme Michelle Bachelet, a souligné le besoin urgent d'une évaluation objective et indépendante des faits sur le terrain au Tigré.

Elle a déclaré qu'elle continuait de recevoir des informations inquiétantes sur les violences sexuelles et sexistes, les exécutions extrajudiciaires, la destruction généralisée et le pillage de biens publics et privés par toutes les parties.

Mme Bachelet a indiqué que des informations font état de la poursuite des combats dans le centre du Tigré.  La Haute-Commissaire a noté que, selon une analyse préliminaire des informations reçues, de graves violations du droit international, susceptibles d’être assimilées à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, peuvent avoir été commises par de multiples acteurs du conflit.  Il s’agit notamment des Forces de défense nationale éthiopiennes, du Front populaire de libération du Tigré, des Forces armées érythréennes, des forces régionales d’Amhara et des milices affiliées.

Djibouti

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué qu’au moins 20 personnes se sont noyées au large des côtes de Djibouti après que des passeurs aient jeté des dizaines de migrants par-dessus bord.  Cela s’est produit hier et c’est le troisième incident de ce type à s’être produit dans le golfe d’Aden ces six derniers mois.  Les migrants essayaient d’atteindre le Yémen.

Les survivants reçoivent des soins médicaux au centre de l’OIM à Djibouti.  Ils ont indiqué qu’au moins 200 migrants, y compris des enfants, étaient entassés à bord de l’embarcation.  Trente minutes après le début du voyage, les passeurs ont jeté de force 80 des migrants à la mer.

Les restrictions de mobilité liées à la COVID-19 ont considérablement réduit les déplacements sur cet itinéraire.  Cependant, l’OIM craint qu’à mesure que les restrictions s’atténuent, davantage de migrants tenteront le dangereux voyage, ce qui laisse entrevoir de futures tragédies.

L’OIM et l’ONU appellent à la poursuite des crimes commis par des passeurs et des trafiquants d’êtres humains, ainsi qu’à de nouvelles voies de migration permettant aux gens de rechercher des opportunités de travail à l’étranger, de manière sûre, légale et digne. 

Soudan

Le Secrétaire général adjoint à l’appui opérationnel, M. Atul Khare, est au Soudan cette semaine.  À Khartoum, il a eu des entretiens avec des responsables gouvernementaux, principalement axés sur le retrait et la liquidation de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD).  Il a souligné que conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, la période de retrait serait terminée d’ici à la fin juin de cette année.  La liquidation prendra 12 à 18 mois supplémentaires.

Il a sollicité l’appui des responsables soudanais pour assurer un retrait ordonné et sûr de la Mission, y compris pour le transfert des sites aux autorités nationales.  Il a en outre souligné que la majorité des biens seraient remis au Gouvernement à des fins d’utilisation civile et en soutien aux priorités du Gouvernement.  Il y a eu des cas de pillage de site récemment.

Au cours de la visite, un accord-cadre sur cette question a également été signé entre M. Khare et le Ministère soudanais des affaires étrangères.

M. Khare va séjourner dans le pays jusqu’à dimanche.

République démocratique du Congo

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a effectué une visite virtuelle à Beni aujourd’hui.  La ville, située à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), est le foyer d’une crise de protection qui dure depuis plusieurs décennies.

Il s’est entretenu avec des familles déplacées, ainsi qu’avec des communautés d’accueil.  Ces personnes lui ont dit qu’elles voulaient la paix, rentrer chez elles et se sentir en sécurité.  La visite de M. Lowcock a mis en lumière la résilience et la générosité des communautés congolaises accueillant des personnes déplacées.

Avec 5,2 millions d’hommes, de femmes et d’enfants déplacés, la RDC compte actuellement le deuxième plus grand nombre de personnes déplacées au monde.  Le pays accueille également 527 000 réfugiés des pays voisins.

COVID-19/Santé mentale

L’UNICEF a indiqué, aujourd’hui, qu’au moins un enfant sur 7, soit 332 millions d’enfants dans le monde, a vécu dans le cadre des politiques nationales de confinement requises ou recommandées pendant au moins neuf mois depuis le début de la pandémie.  Le Fonds prévient que cela met leur santé mentale et leur bien-être en péril.  En réponse, l’UNICEF aide les gouvernements et les organisations partenaires à donner la priorité et à adapter les services destinés aux enfants.

Afrique/COVAX

Le Lesotho et le Soudan ont reçu, hier, des vaccins par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX.  Les équipes de l’ONU sur le terrain accompagnent les autorités dans le lancement de leurs campagnes de vaccination. 

Plus de 800 000 doses de vaccin sont arrivées à Khartoum, au Soudan, après l’arrivée de 4,5 tonnes de seringues et de boîtes de sécurité que l’UNICEF a également livrées au nom de COVAX la semaine dernière. 

Cela appuiera la vaccination initiale des travailleurs de la santé et des personnes de plus de 45 ans souffrant de problèmes de santé chroniques. 

Le Lesotho a reçu un premier lot de 36 000 doses du vaccin.  Cet envoi est parti de l’Inde par avion et a transité par le Moyen-Orient avant d’arriver en Afrique du Sud puis d’être acheminé par la route jusqu’à la capitale, Maseru.  Les agents de santé sont en train de recevoir une formation et les vaccinations commenceront dans les prochains jours, d’abord dans la capitale puis dans le reste du pays, les doses initiales étant prévues pour les agents de santé.

Revenu de base pour les femmes

Un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) indique qu’un revenu de base temporaire pour des centaines de millions de femmes dans les pays en développement pourrait empêcher l’augmentation de la pauvreté et le creusement des inégalités entre les sexes pendant la pandémie. 

Le rapport, publié à l’approche de la Journée internationale de la femme, montre qu’un investissement mensuel de 0,07% du PIB des pays en développement pourrait assurer une sécurité financière fiable à 613 millions de femmes vivant dans la pauvreté. 

Gaspillage alimentaire

Selon les estimations, 931 millions de tonnes de nourriture, soit 17% de tous les aliments disponibles pour les consommateurs en 2019, ont été jetées dans les poubelles des ménages, des détaillants, des restaurants et d’autres services alimentaires. 

C’est ce qu’indique un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).  Cette quantité équivaut à environ 23 millions de camions de 40 tonnes entièrement chargés qui, alignés l’un derrière l’autre, pourraient encercler sept fois la Terre.

Le rapport signale que la plupart de ces déchets proviennent des ménages qui jettent environ 11% de l’ensemble de la nourriture disponible.  Le PNUE indique qu’alors que l’action climatique est encore à la traîne, 8 à 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont liés à des aliments qui ne sont pas consommés.  Réduire le gaspillage alimentaire réduirait les émissions de gaz à effet de serre. 

Index alimentaire

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les prix des denrées alimentaires ont augmenté pour le neuvième mois consécutif en février, les cours du sucre et des huiles végétales ayant marqué la hausse la plus importante.  En février, l’indice FAO des prix des produits alimentaires était de 2,4% plus élevé que le mois précédent et de 26,5% par rapport à il y a un an.

Nomination

Le Secrétaire général a nommé Mme Cherith Norman Chalet, des États-Unis, au poste de Sous-Secrétaire générale au Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences. 

Elle succède à M. Movses Abelian, de l’Arménie, qui a été nommé Secrétaire général adjoint chargé du Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences.

Mme Chalet apporte avec elle de nombreuses années d’expérience dans le domaine de la politique étrangère et des questions internationales, ainsi que des connaissances et une implication considérables dans le mécanisme intergouvernemental des Nations Unies.  Elle a été Ambassadrice et représentante des États-Unis à l’Assemblée générale et à ses comités, ainsi qu’au Conseil de sécurité et aux fonds et programmes.

Invité du point de presse

Demain, le Coordonnateur résident de l’ONU en Guinée, M. Vincent Martin, sera l’invité du point de presse.  Il fera un exposé virtuel sur la situation en Guinée, notamment les défis liés à la COVID-19 et à la résurgence d’Ebola.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.