Imprimer
Dbf210308
8 mars 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 08 mars 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général/Journée internationale des femmes

Le thème de la Journée internationale des femmes, cette année, est « Leadership féminin: Pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19 », sur la voie du Forum Génération Égalité.

Ce matin, le Secrétaire général a participé à un dialogue virtuel avec le Groupe des Amis de la parité des sexes.  Il a souligné que depuis un an maintenant, nous avons traité de l'impact de la pandémie sur tous nos efforts, y compris en matière de parité entre les sexes.  Il a ajouté que la pandémie ne doit pas servir de prétexte pour suspendre les efforts en faveur de la parité.

« La parité entre les sexes est une nécessité, pas un supplément.  Une pandémie mondiale la rend plus importante que jamais », a-t-il déclaré.  Le Secrétaire général a souligné qu’il faut fermement s’engager et œuvrer de manière consciente pour rattraper le terrain perdu.

En ce qui concerne l'ONU, il a déclaré que l’Organisation est sur une trajectoire positive vers la parité entre les sexes.  Elle a atteint l'objectif 50-50 de parité entre les sexes parmi les dirigeants de haut niveau avant la date prévue.  Au Secrétariat, la proportion de femmes dans les catégories professionnelles et supérieures est passée à plus de 41% contre 37% en 2017.  Cependant, dans les opérations sur le terrain, les progrès ont été plus lents.  Les femmes n’y représentent que 31% contre 69% d'hommes.

Le Secrétaire général a décrit diverses mesures visant à garantir l’embauche de candidates qualifiées ainsi que la responsabilité et la mise en œuvre des politiques de recrutement.  Il a invité les États Membres à soutenir ces efforts.

Le Secrétaire général a également publié un message vidéo à l’occasion de la Journée internationale des femmes qui est disponible en ligne.

Sur le même sujet, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié aujourd’hui un rapport selon lequel dix millions de mariages précoces supplémentaires pourraient avoir lieu avant la fin de cette décennie.  Les fermetures d'écoles, le stress économique, les interruptions de service, les grossesses et les décès de parents dus à la pandémie augmentent le risque de mariage précoce pour les filles les plus vulnérables.  L'UNICEF précise qu'avant même la pandémie, 100 millions de filles courraient déjà ce risque pour les 10 années à venir, même s’il y a eu une baisse importante des mariages précoces dans plusieurs pays ces dernières années.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a mis en garde aujourd'hui de l'impact de la pandémie sur la vie et les droits des femmes et des filles réfugiées, déplacées et apatrides.  Le HCR a appelé la communauté internationale à soutenir les programmes de lutte contre les inégalités entre les sexes, y compris la violence sexiste, et à promouvoir l'expansion de l'éducation et les initiatives de formation professionnelle et d'autonomisation des femmes et des filles.

Maintien de la paix/Journée internationale des femmes

En cette Journée internationale des femmes, le Département des opérations de paix rapporte que, pour la première fois, le Gouvernement du Bangladesh va déployer sur le terrain quatre femmes comme membres du personnel judiciaire.  Elles rejoindront dans le courant du mois leurs missions respectives, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie (MANUSOM).

Le Bangladesh a répondu à un appel à candidatures pour des femmes officiers de justice, contribuant ainsi à atteindre les objectifs de parité entre les sexes dans le personnel fourni par les gouvernements, conformément à la stratégie de parité entre les sexes du personnel en uniforme du Département des opérations de paix.

Myanmar/Journée de la femme

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, l’équipe de pays des Nations Unies au Myanmar a indiqué aujourd’hui que les femmes de tout le pays manifestent une fois de plus leur leadership et leur action après plus d’un mois d’instabilité politique et de violence.

L’équipe dit qu’à travers le Myanmar, elle voit des femmes, jeunes et âgées, diriger l’appel à la paix, à la justice et à la démocratie.  Elles le font avec courage, bravant les balles et les coups, la mort et la détention, défiant le patriarcat et les normes sociales du processus.

L’équipe des Nations Unies a réitéré l’appel du Secrétaire général à l’Armée et à la police du Myanmar pour qu’elles veillent à ce que le droit de réunion pacifique soit pleinement respecté et que les manifestants ne fassent pas l’objet de représailles.  Elle s’est également faite l’écho de la ferme condamnation par le Secrétaire général de la répression violente et du recours à la force mortelle contre des manifestants pacifiques.  

L’équipe de pays est profondément préoccupée par les informations faisant état de l’occupation par les forces de sécurité d’un certain nombre d’hôpitaux publics au Myanmar, jugeant cela tout à fait inacceptable.  L’équipe affirme que les hôpitaux sont, et doivent rester, des lieux de refuge et de neutralité sans équivoque, afin de garantir la sécurité des patients qui reçoivent des soins médicaux, ce qui est particulièrement essentiel lors d’une pandémie.

Secrétaire général/Myanmar

Le Secrétaire général suit de près l’évolution de la situation dans le quartier de Sanchaung à Yangon, où des centaines de manifestants pacifiques sont barricadés à l’intérieur de complexes d’appartements résidentiels depuis des heures.  Il appelle à une retenue maximale et demande instamment la libération de tous, en toute sécurité, sans violence ni arrestations.  Un grand nombre de ceux qui sont pris au piège sont des femmes qui marchaient pacifiquement pour commémorer la Journée internationale des femmes. 

L’ONU appelle à nouveau au respect des droits à la liberté de réunion et d’expression du peuple du Myanmar alors que celui-ci manifeste pacifiquement et exprime ses espoirs et ses désirs pour l’avenir du pays.

Situation humanitaire au Myanmar

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué aujourd’hui que la situation humanitaire dans le pays reste désastreuse et que les opérations d’aide ont été perturbées par le coup d’État.  Plus d’un million de personnes identifiées au début de l’année comme ayant besoin d’assistance, dont plus de 350 000 personnes déplacées, ont toujours besoin d’aide.

Les partenaires humanitaires des Nations Unies à travers le pays déploient tous leurs efforts pour reprendre des activités vitales, mais l’environnement opérationnel reste difficile.  Il y a sans cesse des perturbations dans les chaînes de communication, de transport et d’approvisionnement, ainsi que des pénuries de liquidités pour les opérations en raison de limitations.  En conséquence, les services bancaires et les prix du marché augmentent dans certaines régions.  

Les capacités de dépistage de la COVID-19 et la planification de la vaccination ont également été gravement affectées.

Yémen

L’ONU condamne les multiples attaques de drones et de missiles balistiques qui auraient été menées hier contre plusieurs sites en Arabie saoudite, et dont les houthistes, également connus sous le nom d’Ansar Allah, ont revendiqué la responsabilité.

L’ONU est également préoccupée par les frappes aériennes de la Coalition dirigée par l’Arabie saoudite qui auraient été menées hier sur Sanaa et Hodeïda, apparemment en réponse aux attaques initiales.  L’ONU exhorte toutes les parties à respecter leurs obligations au titre du droit international humanitaire.

L’ONU réaffirme une fois de plus que de telles actions sont préjudiciables aux efforts de médiation menés par l’Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Martin Griffiths, qui continuera à travailler avec toutes les parties pour faire avancer le processus politique en vue de parvenir à un règlement négocié pour mettre fin au conflit.

Guinée-Équatoriale

Le Secrétaire général présente ses sincères condoléances au peuple et au Gouvernement de la Guinée équatoriale après l’explosion survenue hier dans la ville portuaire de Bata.  L’explosion a fait au moins 15 morts et plus de 500 blessés, provoquant aussi d’importants dégâts.

L’ONU est en contact direct avec les autorités pour discuter de la manière de répondre à cet événement tragique.

Soudan

Le Secrétaire général adjoint à l’appui opérationnel, M. Atul Khare, a terminé sa visite au Soudan.  Il est actuellement au Kenya. 

Durant les derniers jours de sa visite au Soudan, il s’est rendu à Abyei où il a rencontré le personnel et les responsables de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) ainsi que les membres de l’équipe de pays de l’ONU.

M. Khare s’est réuni avec les dirigeants de la communauté ngok dinka et l’administrateur en chef du Gouvernement du Soudan du Sud.  À Dinka, il a rencontré les dirigeants de la communauté misseriya et les représentants du Comité mixte de contrôle d’Abyei. 

Enfin, à Abyei, M. Khare a pu voir l’hôpital de traitement des malades de la COVID-19, qui est soutenu par la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), ainsi que d’autres mesures de renforcement de capacité qui sont menées.

Libye

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a salué la convocation, aujourd’hui à Syrte, de la session ordinaire de la Chambre des députés.  La session se prononcera sur le vote de confiance pour la liste des membres du Gouvernement proposée par le Premier Ministre désigné.  La Mission est encouragée par le nombre élevé de députés qui participent à la session.

La Mission estime que cette session est une étape importante pour répondre aux aspirations profondes du peuple libyen qui souhaite réunifier le pays et toutes les institutions de l’État.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) continue son appui aux préparatifs des élections législatives du 14 mars.

Au titre des efforts que déploie la Mission pour créer un environnement propice à la tenue des élections, il y a eu une rencontre avec le commandant local de la Coalition des patriotes pour le changement/Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (CPC-FPRC), vendredi à Marcounda, dans la préfecture d’Ouham.  Le commandant a fait part de son engagement à faciliter l’organisation d’élections législatives pacifiques à Marcounda et dans la région.

Cette semaine, la MINUSCA termine le déploiement des supports électoraux dans les 16 préfecture et assure la sécurité de ces élections.  

Paraguay

Au cours du week-end, le Coordonnateur résident du Paraguay, M. Mario Samaja, et l’équipe des Nations Unies ont exprimé leur profonde préoccupation face aux violences qui ont eu lieu vendredi à Asunción, la capitale du pays. 

L’équipe a appelé les autorités et toute la société paraguayenne à s’abstenir de tout acte de violence et à respecter l’état de droit.  Ils demandent à tous de continuer à prendre les mesures nécessaires pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Ils ont également renouvelé leur engagement envers le Gouvernement et le peuple paraguayens en ce moment crucial pour réagir et mieux se remettre de la pandémie.

Afrique/Mécanisme COVAX

Grâce au Mécanisme COVAX, des doses supplémentaires de vaccins COVID-19 ont été livrées à neuf pays africains : Mozambique, Togo, Éthiopie, Malawi, Libéria, Djibouti, São Tomé-et-Principe, Ouganda et Mali.

Ce matin, le Mozambique et le Togo ont reçu près d'un demi-million de doses.  La première phase de vaccination commence avec les agents de santé et d’autres personnes à risque.

Hier, le Mécanisme COVAX a livré 2,2 millions de doses à l’Éthiopie, où les vaccinations doivent commencer dans les prochains jours.

Vendredi, ce sont le Malawi, le Libéria, São Tomé-et-Principe et le Mali qui ont reçu des doses de vaccin du Mécanisme COVAX.

Djibouti commencera les vaccinations le 11 mars.

En Ouganda, les autorités ont reçu plus de 850 000 doses de vaccins par le biais du Mécanisme COVAX pour soutenir les plans du pays visant à vacciner près de la moitié de la population -plus de 20 millions de personnes- par étapes.

Secrétaire général/crime

Samedi, le Secrétaire général a prononcé une allocution à l’occasion de l’ouverture du quatorzième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale, qui se déroule à Kyoto, au Japon.  Il a fait remarquer que les perturbations causées par la crise de COVID-19 offrent aux criminels de nouvelles opportunités d’exploiter les marginalisés et les personnes à risque.

Le Secrétaire général a déclaré que le relèvement de la pandémie offre une occasion de remédier aux graves injustices et inégalités qui sévissent dans les sociétés depuis des générations.  Il a souligné le rôle clef joué par la prévention du crime, la justice pénale et l’état de droit dans le renouvellement du contrat social entre les États et leurs populations. 

Secrétaire général/Somalie

Dans une déclaration publiée samedi, le Secrétaire général a fermement condamné l’attaque terroriste meurtrière qui a eu lieu vendredi à Mogadiscio.  Il a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes et demandé que les auteurs de cette attaque soient traduits en justice.

Le Secrétaire général a réitéré le plein appui et la solidarité des Nations Unies avec le Gouvernement et le peuple somaliens face à de tels crimes.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.