Imprimer
Dbf210408
8 avril 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 08 avril 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Myanmar/Envoyée spéciale

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour le Myanmar, Mme Christine Schraner Burgener, se rendra dans la région cette semaine.

Son déplacement débutera à Bangkok où elle rencontrera les autorités thaïlandaises, les responsables régionaux de l’ONU et les ambassadeurs accrédités au Myanmar qui résident à Bangkok.

Outre la Thaïlande, l’Envoyée spéciale mène des consultations pour effectuer des visites dans d’autres pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ainsi que dans d’autres pays voisins.

Comme elle l’a souligné à maintes reprises, une réponse internationale solide à la crise actuelle au Myanmar nécessite un effort régional unifié impliquant les pays voisins qui peuvent exercer une influence sur la stabilité du Myanmar.

L’Envoyée spéciale continuera d’appuyer le rôle important des acteurs régionaux dans la facilitation de la stabilité et, à terme, la recherche d’une issue ordonnée et pacifique à cette situation.

Avec l’appui du Conseil de sécurité, Mme Schraner Burgener poursuivra ses efforts pour se rendre au Myanmar.  Elle espère que l’Armée myanmaraise lui permettra d’accéder au pays et aux dirigeants détenus, notamment le Président Wint Myint et la Conseiller d’État Aung San Suu Kyi.

Elle est bien entendu prête à reprendre le dialogue avec l’armée et à contribuer au retour du Myanmar sur la voie de la démocratie, de la paix et de la stabilité. Elle est prête à se rendre au Myanmar à tout moment.

Myanmar/humanitaire

Le personnel de l’ONU sur le terrain est alarmé par l’impact humanitaire de l’escalade de la violence dans le nord-est et le sud-est du Myanmar ces dernières semaines.  Dans l’État kayin et la région de Bago, situés dans le sud-est, des milliers de personnes ont été forcées de fuir leur domicile suite aux attaques menées par les Forces armées du Myanmar, notamment l’utilisation de frappes aériennes, ainsi qu’en raison d’affrontements entre les forces armées et l’Union nationale karen.

Dans le nord-est du Myanmar, les affrontements ont provoqué le déplacement de 3 000 personnes depuis début mars, tandis que dans le nord de Shan, les combats ont contraint plus de 8 000 personnes à quitter leurs foyers depuis décembre 2020.

Lutte antimines

Le Conseil de sécurité a tenu ce matin un débat ministériel virtuel sur la lutte antimines.  Dans ses remarques, le Secrétaire général a noté les progrès accomplis ces dernières années et qui ont permis à d’importantes étendues de terres de pouvoir être utilisées sans danger - de l’Afghanistan à l’Iraq, du Cambodge à la Colombie.

Mais, a-t-il ajouté, les défis se sont également intensifiés.  Les conflits sont de plus en plus urbanisés, les groupes armés prolifèrent et l’utilisation d’engins explosifs improvisés augmente.

Le Secrétaire général a souligné trois domaines qui méritent plus d’attention. Il a exhorté les États Membres à faire en sorte que toutes les opérations de paix aient la capacité d’opérer dans des environnements exposés à d’importantes menaces d’explosifs, notamment des engins explosifs improvisés.  Les Casques bleus doivent avoir le savoir et l’équipement dont ils ont besoin pour s’acquitter de leur mandat en toute sécurité, a-t-il déclaré.

Deuxièmement, M. Guterres a exhorté le Conseil de sécurité à redoubler d’efforts pour intégrer davantage la lutte antimines dans les résolutions, les rapports et les régimes de sanctions pertinents.  Enfin, il a appelé les États Membres qui n’ont pas encore adhéré à la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel à le faire sans tarder.

Mozambique

L’ONU et ses partenaires suivent de près avec une profonde inquiétude les nouvelles informations faisant état de violations contre des civils, y compris des allégations de décapitation et des informations non vérifiées sur l’utilisation d’enfants soldats, lors des attaques menées par des groupes armés non étatiques et des affrontements qui ont eu lieu dans le district de Palma de Cabo Delgado depuis le 24 mars.

Il est extrêmement difficile pour l’ONU de vérifier les informations sur ces incidents en ce moment, mais l’Organisation est préoccupée par la situation des civils qui ont fui les violences et de ceux qui restent à Palma.

Près de 12 800 personnes -43% d’entre elles étant des enfants- sont arrivées dans les districts de Nangade, Mueda, Montepuez et Pemba.  On s’attend à ce que beaucoup d’autres soient encore en déplacement à la recherche de sécurité et d’assistance.

Les partenaires humanitaires de l’ONU au Mozambique aident les personnes déplacées aux points d’arrivée et intensifient la réponse humanitaire en cours à Cabo Delgado.  À ce jour, plus de 500 000 personnes dans la province ont reçu une aide humanitaire en 2021.  L’ONU demande à toutes les parties au conflit à Cabo Delgado de protéger les civils.  La communauté humanitaire au Mozambique était déjà sollicitée avant les attentats de Palma, après avoir répondu à de multiples urgences climatiques, en plus du conflit à Cabo Delgado, au cours des premiers mois de 2021.  Pourtant, l’appel humanitaire pour la crise à Cabo Delgado n’a reçu que 1% de son financement.  Davantage de ressources sont immédiatement nécessaires pour répondre aux besoins des personnes fuyant les violences à Palma.

Côte d’Ivoire

Le Secrétaire général a pris acte de l’annonce faite hier par le Président Ouattara, dans laquelle il a indiqué que l’ancien Président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont désormais « libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent ».

Le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes ivoiriennes à s’appuyer sur les résultats positifs du dialogue engagé par le Gouvernement pour favoriser la paix et la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

Soudan du Sud

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué aujourd’hui qu’en raison de déficits de financement importants, il réduisait les rations alimentaires pour les réfugiés et les personnes déplacées.

Les réductions toucheront près de 700 000 réfugiés et personnes déplacées qui recevront désormais 50% d’une ration complète, contre 70% précédemment.

Le Directeur de pays du PAM au Soudan du Sud, M. Matthew Hollingworth, a déclaré que la décision de prendre aux affamés pour donner aux affamés avait été très douloureuse, mais qu’elle est le reflet de la réalité.

Les ressources dont dispose le PAM au Soudan du Sud sont utilisées au maximum alors que les niveaux d’insécurité alimentaire sont à leur plus haut niveau depuis une décennie et les donateurs sont aux prises avec l’impact économique de la COVID-19.  Le PAM a immédiatement besoin de 125 millions de dollars pour financer ses opérations d’assistance alimentaire au cours des six prochains mois afin de fournir des vivres en quantités suffisantes.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) indique que l’Autorité nationale des élections a annoncé que le prochain tour des élections législatives, initialement prévu pour le 2 mai, a été reporté au 23 mai.  Cela, ont-ils déclaré, donnera aux autorités plus de temps pour les préparatifs techniques et opérationnels en cours.

La MINUSCA a également indiqué que, sur la base des résultats provisoires publiés le 21 mars, les prochaines élections législatives concerneront probablement environ 50 circonscriptions à Bangui et 12 des 16 préfectures de la République centrafricaine.

Yémen

Plus de 5 000 cas de COVID-19 ont maintenant été confirmés au Yémen depuis le début de la pandémie.  Ce nombre a doublé en à peine un mois, signalant une flambée alarmante et dangereuse du virus.

Les décès sont en augmentation, avec près de 1 000 décès enregistrés à ce jour, dont un tiers qui ont été confirmés depuis la mi-mars.  Selon l’ONU, ces chiffres sous-estiment largement la charge de morbidité réelle du pays en raison des capacités de dépistage limitées et de la sous-déclaration, ainsi que des difficultés d’accès à tout traitement.

Les partenaires de la santé travaillent d’arrache-pied pour accroître le soutien, notamment par une surveillance renforcée, des tests de dépistage élargis et la fourniture de médicaments et de d’articles essentiels.  Des efforts sont en cours pour vacciner les groupes prioritaires, suite à l’arrivée du premier lot de doses la semaine dernière.  À ce jour, le Plan d’intervention humanitaire pour le Yémen, qui cherche à lever 3,85 milliards de dollars, n’est financé qu’à hauteur de 13%.

Inde

L’équipe de l’ONU en Inde appuie les autorités dans leurs efforts pour rouvrir en toute sécurité les écoles et, dans certaines régions, poursuivre l’enseignement à distance, en mettant l’accent sur les enfants des communautés marginalisées et défavorisées.

L’UNICEF appuie l’apprentissage en ligne et d’autres programmes dans 17 États, touchant plus de 60 millions d’enfants dont la moitié sont des filles.  L’UNICEF a aidé à la formation de 400 000 personnes travaillant dans le secteur de l’éducation de la petite enfance.

Pour sa part, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a formé plus de 22 000 enseignants et 500 000 élèves sur la prévention de la propagation de la COVID-19 dans les écoles.

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a aidé plus de 3 400 enfants réfugiés à accéder à l’éducation et a fourni près de 3 000 trousses pédagogiques.

Océans

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation maritime internationale (OMI) ont annoncé aujourd’hui qu’elles se sont associées à 30 pays pour lutter contre les déchets marins et nettoyer les océans du monde.

Le projet de partenariats GloLitter aidera les pays en développement à identifier les opportunités de prévention et de réduction des déchets marins, notamment le plastique, provenant des secteurs du transport maritime et de la pêche.  Le projet vise à réduire l’utilisation des plastiques dans ces industries et à identifier les opportunités de recycler les plastiques, afin de mieux protéger l’environnement marin fragile, ainsi que les vies et les moyens de subsistance, conformément à l’Objectif 14 de développement durable.

Cinq régions seront représentées: l’Asie, l’Afrique, l’Amérique latine, les Caraïbes et le Pacifique.

Indice alimentaire

Aujourd’hui, la FAO a annoncé que les prix mondiaux des produits alimentaires ont enregistré en mars leur dixième hausse mensuelle consécutive, les cours des huiles végétales et des produits laitiers étant les principaux moteurs de cette dernière hausse.

L’indice des prix était de 2,1% plus élevé en mars qu’en février.  Il a atteint son plus haut niveau depuis juin 2014.

Financement du développement

Le Secrétaire général est encouragé par les appels à l’extension de l’Initiative de suspension du service de la dette, qui a déjà permis de réaliser 5 milliards de dollars d’économies, ce qui aide les pays vulnérables à contribuer à la riposte à la pandémie.

Pour réellement permettre une reprise mondiale, l’Initiative et le Cadre commun pour le traitement de la dette doivent également être élargis pour inclure les pays vulnérables à revenu intermédiaire, qui sont confrontés à des risques d’endettement croissants.

Dans le même esprit, M. António Guterres se félicite également des appels à une allocation générale de 650 milliards de dollars en droits de tirage spéciaux, qui fourniront les liquidités nécessaires, notamment pour acheter et investir dans des vaccins, des diagnostics et des produits thérapeutiques.

L’ONU appelle le Fonds monétaire international (FMI) à explorer les moyens de soutenir davantage les pays vulnérables à faible revenu et à revenu intermédiaire conformément à son mandat, et également à travailler avec ses membres pour continuer d’explorer les moyens de canaliser sur une base volontaire les droits de tirage spéciaux pour soutenir les efforts de rétablissement des membres.

Depuis le tout début de la crise, et plus récemment lors des sommets qu’il a animés avec les Premiers Ministres de la Jamaïque et du Canada, le Secrétaire général a appelé à appliquer une approche en trois phases à la crise de la dette: un moratoire de la dette, un allégement ciblé du paiement de la dette pour les plus vulnérables et une réforme de l’architecture de la dette internationale.

Journée internationale des Roms

Le Secrétaire général a adressé aujourd’hui un message à l’Union internationale des roms à l’occasion du cinquantième anniversaire de son premier Congrès.

Il a déclaré que la situation préoccupante des droits humains des Roms dans le monde était depuis longtemps un sujet de grave préoccupation pour les Nations Unies.  L’ONU est résolument déterminée à travailler avec la société civile rom et d’autres partenaires pour renforcer la protection des droits humains et des libertés.

Le Secrétaire général a déclaré que l’ONU se tient aux côtés de tous les Roms qui luttent contre de multiples formes de discrimination, y compris les préjugés et les discours de haine.  L’ONU continuera à dénoncer l’antitsiganisme et à soutenir les efforts visant à garantir la véritable inclusion des Roms dans les sociétés du monde entier.

Point de presse

Aujourd’hui à 13 h 30, les présidents du Groupe des amis pour le climat et la sécurité, le Représentant permanent de l’Allemagne, M. Christoph Heusgen; la Représentante permanente de Nauru, Mme Margo Dieye et la Représentante permanente des États-Unis, Mme Linda Thomas-Greenfield, ont rencontré la presse à la sortie du Conseil de sécurité.

Demain à 10 heures, le Président du Conseil économique et social (ECOSOC), le Représentant du Pakistan, M. Munir Akram, fera un point de presse virtuel de fin de mandat intitulé Face to Face pour discuter la manière avec laquelle l’ECOSOC peut répondre aux défis de la pandémie.

Contributions financières

La Grèce, le Kazakhstan et la Fédération de Russie ont payé la totalité de leurs quotes-parts au budget de l’ONU, amenant à 87 le nombre États Membres à jour de leurs contributions.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.