Imprimer
Dbf210528
28 mai 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 mai 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République démocratique du Congo (RDC)

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que près de 400 000 personnes sont potentiellement concernées par l’évacuation de 10 quartiers à Goma, que l’État a ordonnée par crainte d’une nouvelle éruption du volcan Nyiragongo.

Des millions de personnes sont parties ou sont en partance.  Elles se dirigent vers Sake, dans l’ouest de Goma; vers Rubavu au Rwanda, et Rutshuru, dans le nord.  Des gens traversent aussi le lac Kivu pour aller à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu.

Les secousses se sont poursuivies aujourd’hui et hier, l’une d’elles a atteint 4,9 dans l’échelle de Richter.

Au début, l’aide humanitaire s’est concentrée sur les personnes directement touchées par l’éruption volcanique et sur les quartiers voisins à Goma qui se sont retrouvés sans eau.  Mais, avec les déplacements massifs, les efforts se sont élargis.  De nouvelles évaluations ont lieu aujourd’hui à Sake, à Rutshuru et dans d’autres endroits où les gens ont trouvé refuge.  L’eau, l’assainissement et la prévention des maladies comptent parmi les priorités.

Pour sa part, la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) aide toujours les autorités, avec comme priorité la réparation des systèmes d’adduction d’eau endommagés par l’éruption volcanique et les épisodes sismiques.

La Mission poursuit ses vols d’hélicoptère et de drones pour identifier les fissures possibles ou la trajectoire de la lave à Goma.  Les Casques bleus ont aussi fourni de l’eau aux déplacés à Sake.

La Mission signale qu’il a achevé la première réinstallation de son personnel non essentiel de Goma vers d’autres endroits, surtout vers Bukavu et Sake.  Le personnel et le matériel essentiels restent à Goma pour aider les autorités et contribuer aux efforts.

Plus de 30 personnes ont perdu la vie des suites de l’éruption volcanique.

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, était à Muscate hier.  Il s’est entretenu avec M. Mohammed Abdel Salam, négociateur en chef d’Ansar Allah, et de hauts responsables omanais.

Il a parlé du plan des Nations Unies pour l’ouverture de l’aéroport de Sanaa; la levée des restrictions dans les ports de Hodeïda pour faciliter la liberté de circulation des biens et des personnes vers et à partir du Yémen; un accord un cessez-le-feu à l’échelle nationale; et l’engagement des parties à relancer le processus politique pour mettre fin au conflit.

M. Griffiths a indiqué que ses dernières réunions et l’appui régional et international montrent que les parties peuvent encore saisir cette chance et faire une percée vers le règlement du conflit.

Liban

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a restitué aujourd’hui une de ses positions aux Forces armées libanaises, au cours d’une cérémonie dans le sud-ouest du Liban.

Le commandant de la Force, le général de division Stefano Del Col, a restitué la position « 2-45A » au général de brigade Maroun Kobayati.

Cette restitution fait partie de le contribution de la FINUL au déploiement de l’Armée libanaise dans tout le sud du pays, une exigence essentielle pour l’expansion de l’autorité de l’État dans la zone.

Libye

M. Ján Kubiš, Envoyé spécial pour la Libye, a indiqué hier à la fin de la réunion virtuelle du Forum de dialogue politique libyen que la majorité des délégués ont souligné la nécessité de mettre fin à la phase de transition, avec la tenue des élections le 24 décembre.

Il a annoncé son intention de transmettre, sans délai, à la Chambre des représentants et au Haut Conseil de l’État la base et les résultats des discussions du Forum, en leur demandant formellement de clarifier la base constitutionnelle et la législation relatives aux élections, idéalement entre le 15 et le 20 juin.

Afghanistan

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) appelle à un plus grand appui de la communauté internationale au peuple afghan, dont les déplacés et les réfugiés.

Cet appel intervient à la fin de la visite de quatre jours que le Sous-Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Raouf Mazou, a effectuée dans le pays.  Il a fait état des préoccupations face à la poursuite d’une violation qui cause de nouveaux déplacements.  Cette année, plus de 100 000 personnes sont déjà déplacées à cause du conflit

Le HCR a aidé plus de 100 000 déplacés, ces six derniers mois, en distribuant des kits d’hygiène et pour les abris, des tentes familiales, des kits de santé et autres produits non alimentaires. Une assistance en argent liquide a également été fournie aux personnes vulnérables, dont les personnes âgées, les enfants et les femmes en danger, les personnes handicapées et ceux qui ont des troubles médicaux.

Alors que la communauté internationale a fait d’immenses contributions pendant ces 20 dernières années, l’assistance et le financement pour l’Afghanistan sont en déclin.  L’Appel de fonds du HCR de 123,5 millions de dollars pour 2021 n’est financé qu’à hauteur de 24%.

Éthiopie

Le HCR a dit avoir reçu des informations troublantes du Tigré, selon lesquelles les soldats entrent dans un certain nombre de logements provisoires des déplacés à Shire et embarquent plusieurs jeunes gens.  Le HCR ajoute que cette situation est pénible et dramatiques pas seulement pour les familles des disparus mais aussi pour les déplacés eux-mêmes à Shire et ailleurs.

Myanmar

L’équipe de pays des Nations Unies indique que plus de 121 000 personnes ont fui le conflit armé et l’insécurité depuis le début de cette année.  La majorité de ces déplacements a eu lieu après le 1er février quand les militaires ont pris le contrôle du Gouvernement.

Plus tôt cette semaine, quelque 37 000 personnes avaient fui dans l’État de Kayah, dans le sud-est du Myanmar, après une nouvelle vague d’affrontements entre les Forces armées et l’Armée karène et la Force de défense du peuple karène.

Des milliers de personnes ont été déracinées au cours des dernières semaines dans les parties nord l’État de Shan, fuyant les affrontements entre les Tatmadaw et les organisations ethniques armées, et entre ces organisations elles-mêmes.

Des milliers de personnes fuient dans les zones du sud-est de l’État de Chin, depuis la semaine dernière.

L’équipe de pays indique que les besoins humanitaires découlant des nouveaux déplacements s’ajoutent aux besoins du million de personnes qui a été identifié, au début de l’année, comme ayant besoin d’une aide.  L’équipe réitère son appel à toute les parties pour qu’elles assurent un accès humanitaire sûr et sans entrave à l’ONU et à ses partenaires.

COVID-19/Brésil

L’équipe de pays, menée par la Coordonnatrice résidente, Mme Silvia Rucks, continue d’aider les autorités municipales et nationales à riposter à la pandémie de COVID-19.  Après quatre mois de campagne, 39% des gens de plus de 60 ans sont pleinement vaccinés, soit 11,7 millions de personnes.

Pour booster les capacités en matière de traitement, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a fourni du matériel de production d’oxygène à une maternité du nord du Brésil.  Pour sa part, le Bureau des Nations Unies pour l’appui aux projets (UNOPS) a contribué à l’achat de 60 lits pour un hôpital dans le sud de l’État de Santa Catarina.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fourni un appui au dépistage et des soins médicaux à près de 500 personnes dans les États du nord-ouest de Roraima et d’Amazonie.  Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en partenariat avec le Conseil national de la justice, a réduit le surpeuplement et les risques de propagation de la COVID-19 dans les prisons du pays.

Bélarus

L’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a exprimé sa grave préoccupation face à l’apparent détournement d’un avion de ligne de Ryanair dans l’espace aérien du Bélarus, le 23 mai dernier.

Lors d’une réunion spéciale organisée hier, le Conseil de l’OACI a souligné l’importance d’établir les faits et de comprendre s’il a y eu violation par un État membre de l’Organisation de la loi sur l’aviation internationale.

Invoquant l’Article 55 (e) de la Convention de Chicago, le Conseil a décidé d’entreprendre une mission d’établissement des faits.  Il a demandé au Secrétariat de l’OIAC de préparer un rapport intérimaire à présenter à la session actuelle, sur les faits disponibles et les instruments juridiques pertinents.

Conférence de presse hybride

Mardi prochain à 15 heures, le Représentant permanent de l’Estonie et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Sven Jürgenson, donnera une conférence de presse sur le programme de travail mensuel du Conseil.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.