Imprimer
dbf210628
28 juin 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 juin 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

S’adressant à la réunion virtuelle que le Conseil de sécurité a tenue sur les enfants et les conflits armés, le Secrétaire général a déclaré qu’au moment où nous commémorons le vingt-cinquième anniversaire de ce mandat, sa pertinence encore aujourd’hui est clairement triste.  

Le mépris des droits de l’enfant en temps de conflit et les bouleversements sont choquants et nous déchirent le cœur.  Il a appelé toutes les parties au conflit à donner la priorité à la prévention des violations contre les enfants et à s’engager dans des processus de dialogue, de cessez-le-feu et de paix. 

Parlant de son rapport annuel, le Secrétaire général a répété qu’il s’agit d’un outil crucial.  

Il a appelé le Conseil de sécurité et tous les États Membres à appuyer fermement la protection des enfants par tous les moyens et en tout temps.  

Les enfants n’ont pas leur place dans les conflits, a conclu le Secrétaire général, et nous ne pouvons laisser les conflits piétiner leurs droits.  

Secrétaire général/Terrorisme

Toujours ce matin, le Secrétaire général a prononcé un discours à la deuxième Conférence de haut niveau des chefs des agences antiterroristes.  

Il a déclaré que la lutte contre le terrorisme a enregistré des progrès importants, comme en atteste la chute du nombre d’attaques dans le monde entier.  Mais, a-t-il prévenu, la menace persiste et se diversifie.  

Le Secrétaire général a parlé de la manière dont Al-Qaida et Daech ont continué d’exploiter les revendications sociales et les préjugés sexuels pour inspirer des acteurs isolés et coopter d’autres groupes.  

Dans le même temps, a-t-il poursuivi, des années de polarisation accrue, d’échecs dans la gouvernance et de normalisation des discours de haine ont bénéficié aux groupes terroristes.   

Il est clair, a dit le Secrétaire général, que ces groupes exploiteront les difficultés et les inégalités mises à jour par la pandémie en cours.   

Il a souligné la nécessité de renforcer la résilience, de placer les droits de l’homme au centre de la lutte contre le terrorisme et de faire en sorte que cette lutte se hisse au niveau des défis et des occasions offertes par les technologies transformatrices. 

Action pour le maintien de la paix  

Dans un message vidéo préenregistré, le Secrétaire général a parlé aux États Membres de l’établissement des responsabilités pour les cas de mauvaise conduite impliquant des Casques bleus. 

Il a souligné que la grande majorité des soldats de la paix respectent les normes les plus élevées de conduite mais a fait observer que quand ils ne le font pas, ils ont un impact dévastateur sur les victimes et les survivants et compromettent l’efficacité opérationnelle et la réputation de l’ONU dans le monde. 

Le Secrétaire général a noté que l’ONU n’a cessé de faire des progrès dans la formation et la création de canaux sécurisés pour dénoncer les cas de mauvaise conduite et qu’elle s’efforce d’améliorer la transparence, de renforcer l’établissement interne des responsabilités et de mettre en avant les besoins et les droits des victimes et des survivants. 

Le Secrétaire général a aussi demandé aux États Membres de continuer de soutenir les initiatives visant à améliorer la faculté de l’ONU de prévenir les cas de mauvaise de conduite, de faire appliquer ses normes et de remédier au mal qui a été fait.  

Il a aussi souligné la nécessité d’une action ambitieuse pour assurer l’établissement des responsabilités des membres du personnel de maintien de la paix de l’ONU coupables de mauvaise conduite. 

Éthiopie

Pendant le week-end, le Secrétaire général a publié une déclaration dans laquelle il se dit choqué par le meurtre de trois agents humanitaires de Médecins Sans Frontières (MSF), dans le Tigré, en Éthiopie. 

Pour répondre aux questions sur les attaques présumées contre des biens humanitaires à Mekele, l’ONU condamne toute attaque contre les agents humanitaires et leurs biens.  Elle rappelle une nouvelle fois aux parties leurs obligations, en vertu du droit international humanitaire. 

Toutes les parties doivent assurer la protection des civils et l’aide humanitaire que fournit les Nations Unies, se fonde dûment sur les principes humanitaires.

La sûreté du personnel est une priorité et l’ONU fait tout ce qui est en son pouvoir pour l’assurer.

Gaza

M. Tor Wennesland, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a annoncé que dans le cadre de l’ONU, la fourniture du carburant financé par le Qatar à la centrale électrique de Gaza a repris aujourd’hui, conformément aux accords précédents entre le Bureau des Nations Unies pour l’appui aux projets (UNOPS) et l’État qatari.  

M. Wennesland a salué toutes les mesures prises pour désamorcer la situation.  L’ONU continuera à travailler avec les toutes les parties et les partenaires concernés pour solidifier le cessez-le-feu et aider la population de Gaza. 

République centrafricaine  

La Coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, Mme Denise Brown, a fermement condamné le meurtre d’un agent de Médecins Sans Frontières (MSF), tué alors qu’il transférait un patient, la semaine dernière à Batangafo, dans le nord-ouest du pays.  

Il s’agit de la troisième attaque contre MSF, ce dernier mois, conduisant l’ONG à suspendre ses opérations dans la région, sans compter la perte tragique d’autres agents en Éthiopie, la même semaine.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) les attaques contre les civils et les agents humanitaires se sont généralisées en République centrafricaine depuis la fin de l’année dernière.  L’on parle de meurtres, de pillages, d’attaques contre les centres de soins, de déplacements forcés ou encore d’occupation d’écoles.  

L’OCHA indique qu’en 2020, La République centrafricaine a été le pays le plus dangereux au monde pour les agents humanitaires.  Au 31 mai, l’on comptait 229 incidents, soit au moins un par jour, qui ont causé la mort d’un agent humanitaire et blessé 11 autres. 

Quelque 2,8 millions de personnes, soit 57% de la population, ont besoin d’une aide humanitaire et de protection.  À ce jour, 727 000 personnes sont déplacées, un niveau jamais atteint depuis 2014. 

Malgré l’aggravation du climat sécuritaire, les agents humanitaires ont aidé 1,2 million de personnes en République centrafricaine, au premier trimestre de cette année.  Or, le Plan de réponse humanitaire n’est financé qu’à hauteur de 34%. 

Racisme

Dans un rapport publié aujourd’hui, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, lance un appel urgent aux États Membres pour qu’ils adoptent un agenda transformateur et déracinent le racisme systémique.  

Le rapport indique que dans le monde entier, la mobilisation des individus qui appellent à la justice raciale a forcé la reconnaissance tant attendue du racisme, et de sa nature systémique et des institutions qui la perpétuent. 

Mme Bachelet appelle tous les États à adopter des réformes et des réponses impliquant tout leur gouvernement et toute leur société et à doter les plans d’action nationaux et régionaux des ressources nécessaires.  Elle les appelle aussi à élaborer des mesures concrètes par le dialogue et avec une participation et une représentation substantielles des peuples d’origine africaine.  

Myanmar

Le Programme alimentaire mondial (PAM) se dit préoccupé par la hausse importante des prix alimentaires dans tout le pays.  

Le prix de l’huile de cuisine a par exemple augmenté de 40% depuis le mois de février.  

Cette augmentation est d’autant plus troublante qu’elle intervient au moment où 80% des ménages ont perdu près de 50% de leurs revenus, cette année. 

Le PAM s’organise pour aider 2 millions de personnes vulnérables dans les zones urbaines.  L’agence s’est déjà portée au secours de plus de 300 000 de ces personnes dans certaines parties de Rangoon. 

Colombie

Pendant le week-end, le Secrétaire général a publié une déclaration dans laquelle il condamne l’attaque perpétrée vendredi dernier contre un hélicoptère qui transportait le Président de la Colombie et d’autres responsables du pays. 

Invités du point de presse  

La Présidente de l’Estonie, Mme Kersti Kaljulaid, qui vient d’être nommée Mandataire mondiale du Secrétaire général pour « Toutes les femmes, tous les enfants », a donné une conférence de presse.

Elle a été suivie plus tard par la Secrétaire générale adjointe aux stratégies et politiques de gestion, et à la conformité, Mme Catherine Pollard, son homologue des opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et la Représentante permanente de l’Afrique du Sud, Mme Mathu Joyini, pour parler de la Réunion de haut niveau organisée virtuellement ce matin sur « L’amélioration de la conduite du personnel de maintien de la paix ».

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.