Imprimer
dbf210707
7 Juillet 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 juillet 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Haïti 

Nous avons publié il y a peu de temps une déclaration dans laquelle le Secrétaire général condamne dans les termes les plus forts l’assassinat du Président Jovenel Moïse de la République d’Haïti.  Les auteurs de ce crime doivent être traduits en justice.  Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances au peuple et au Gouvernement haïtiens ainsi qu’à la famille de feu le Président. 

Le Secrétaire général appelle tous les Haïtiens à préserver l’ordre constitutionnel, à rester unis face à cet acte odieux et à rejeter toute violence.  L’ONU continuera d’être aux côtés du Gouvernement et du peuple haïtiens. 

Secrétaire général/COVID-19 

Alors que nous approchons aujourd’hui du seuil le plus probable de quatre millions de décès dus à la pandémie de COVID-19, nous recevrons un message du Secrétaire général dans lequel il devrait dire que, bien que les vaccins offrent une lueur d’espoir, le virus va plus vite que la distribution de vaccins. 

Le Secrétaire général appellera à nouveau à un plan mondial de vaccination pour doubler la production de vaccins et assurer une distribution équitable via COVAX. 

Conditions météorologiques extrêmes 

De nombreuses régions du monde connaissent des conditions météorologiques sans précédent.  Nous avons vu des vagues de chaleur record au Canada et dans le nord-ouest du Pacifique, des feux de forêt en Europe et des coulées de boue en Asie. 

Dans un tweet, le Secrétaire général a déclaré que partout dans le monde, les catastrophes naturelles sont devenues plus fréquentes et plus graves et que cela signifie que chaque pays, ville et industrie doit intensifier son action climatique maintenant. 

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré que la canicule au Canada et aux États-Unis avait eu des impacts majeurs sur les personnes, les animaux et la végétation.  Tant de records ont été battus en juin concernant les températures élevées qu’il était difficile de tout suivre. 

L’OMM a déclaré que ces vagues de chaleur deviennent de plus en plus intenses à mesure que les concentrations de gaz à effet de serre entraînent une augmentation des températures mondiales.  Elles commencent également plus tôt et se terminent plus tard dans l’année, et pèsent de plus en plus sur la santé humaine. 

République démocratique du Congo 

Le Conseil de sécurité s’est réuni pour entendre un exposé virtuel de Mme Bintou Keita, Chef de la Mission de maintien de la paix des Nations Unies en République démocratique du Congo.  Elle a informé les membres du Conseil de la situation dans le pays et noté que la situation sécuritaire dans les provinces de l’Ituri, du Nord et du Sud Kivu reste très préoccupante. 

Mme Keita a déclaré que la transition de la Mission de l’ONU dépend en grande partie du retour de la paix et de la stabilité dans la région.  Elle pense qu’il reste encore beaucoup de travail à faire avant que la Mission des Nations Unies dans le pays puisse se retirer de manière responsable.  Parmi les tâches immédiates à accomplir, elle a souligné la nécessité d’intensifier les bons offices pour établir les conditions propices à la tenue des élections de 2023 dans les temps et de manière consensuelle. 

Éthiopie 

Sur la situation humanitaire en Éthiopie, nous nous félicitons de l’annonce du Gouvernement éthiopien selon laquelle il a « accordé une autorisation de vol à toutes les parties intéressées pour fournir des services humanitaires dans la région du Tigré ». 

Malheureusement, aucun vol n’a encore pu aller directement d’Addis-Abeba à Mekele ou Shire cette semaine.  Cependant, nous effectuons un suivi auprès de tous les acteurs concernés pour garantir que les vols directs puissent être opérés dès que possible, à la lumière de l’annonce. 

D’après le Programme alimentaire mondial (PAM) il n’y a actuellement aucun accès aérien ou routier sécurisé au Tigré, ce qui l’empêche, ainsi que d’autres intervenants d’urgence, de se déployer pour atteindre les communautés affamées et vulnérables, en particulier dans les zones rurales. 

Le PAM a repris ses opérations dans le Tigré le 2 juillet après que les combats ont interrompu l’intervention d’urgence pendant 48 heures.  Cependant, le PAM atteint une fraction du nombre de personnes qu’il devrait atteindre en raison des graves défis qui menacent l’ensemble de la réponse humanitaire dans la région. 

Nous exhortons toutes les parties à convenir d’un cessez-le-feu afin que ces routes puissent être utilisées pour atteindre ceux qui en ont besoin. 

Le PAM demande 176 millions de dollars pour continuer à intensifier sa réponse au Tigré de juillet à décembre au moins. 

République centrafricaine 

Nos collègues humanitaires nous disent que la situation reste tendue à Alindao, à la suite des violences armées cycliques de la semaine dernière. 

Hier, à Bangui, la Coordonnatrice humanitaire de l’ONU, Mme Denise Brown, a fermement condamné la violence armée -aggravée par de graves violations du droit international humanitaire- qui a fait au moins deux morts parmi les civils.  La violence a également déplacé des milliers de personnes déjà déplacées, blessant un travailleur humanitaire et entraînant une réduction significative de l’aide humanitaire dans la ville. 

Selon nos confrères sur le terrain, des mouvements de population importants ont été enregistrés vers l’hôpital de district, les sites existants pour les déplacés internes, les bases de la Mission des Nations Unies dans le pays et les villages environnants.  Des incendies de maisons et des pillages de biens d’une population déjà malmenée par des années de conflit ont également été enregistrés, ainsi que des tentatives d’effraction dans des locaux humanitaires. 

Aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, M. Mankeur Ndiaye, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Mission de maintien de la paix, a réaffirmé l’importance de donner la priorité à une solution politique à la crise, qui reste la seule voie viable vers une paix durable. 

Myanmar 

Nos collègues de l’ONU sur le terrain se disent préoccupés par l’augmentation rapide du nombre de cas de COVID-19 enregistrés. 

Le 4 juillet, le taux de positivité des tests a atteint 22,3%, contre environ 10% il y a à peine deux semaines. 

De plus, plusieurs variants du COVID-19 ont été détectées, dont le variant Delta. 

L’équipe de l’ONU avertit qu'une épidémie majeure de COVID-19 aurait des conséquences dévastatrices sur la santé des personnes et sur l'économie. 

Elle souligne l’importance de reprendre la prestation des services de santé essentiels, de mettre en œuvre des mesures pour empêcher la propagation du virus et d'intensifier les vaccinations. 

À cette fin, l’équipe des Nations Unies affirme que les établissements de santé doivent être sécurisés et que les patients, les agents de santé et les autres prestataires de services doivent être protégés. 

Enlèvements d’enfants/Afrique de l’Ouest et centrale  

Hier, nous avons fait part de la préoccupation du Secrétaire général concernant d’autres enlèvements dans l’État de Kaduna au Nigéria. 

Aujourd’hui, la Directrice exécutive de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore, a exprimé son inquiétude face à la recrudescence d’attaques contre des enfants et d’enlèvements, y compris d’étudiants, au Nigéria mais aussi dans d’autres régions d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. 

Elle a mis en exergue le dernier rapport du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés, qui indique qu’un enfant sur trois qui est victime de violations graves se trouve en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. 

Elle a déclaré qu’il ne suffit pas de condamner ces crimes et a souligné que les groupes armés non étatiques et toutes les parties au conflit qui commettent des violations des droits de l’enfant ont l’obligation morale et légale de cesser immédiatement les attaques contre les enfants. 

Eswatini 

Hier après-midi, nous avons publié une déclaration exprimant la préoccupation croissante du Secrétaire général face aux développements dans le Royaume d’Eswatini, notamment les affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants qui ont fait des morts et des blessés. 

Le Secrétaire général souligne l’importance de permettre à tous les habitants d’exercer leurs droits civils et politiques de manière pacifique et exhorte les forces de sécurité à faire preuve de la plus grande retenue. 

Forum politique de haut niveau de l’ECOSOC  

Le Forum politique de haut niveau du Conseil économique et social (ECOSOC) a examiné, aujourd’hui, les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable 1, 2, 8 et 17, et les liens entre ces objectifs.  Lors d’une session intitulée « Comment pouvons-nous nous mettre sur la bonne voie pour mettre fin à la pauvreté et la faim et nous transformer vers des économies inclusives et durables? », les orateurs ont abordé les problèmes de la pauvreté et de la faim, qui sont en augmentation après des années de déclin, une tendance aggravée par la pandémie de COVID-19.  Pas moins de 132 millions de personnes supplémentaires ont souffert de la faim en 2020 à cause de la crise de la COVID-19, et il est prévu que jusqu’à 163 millions de personnes supplémentaires pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté d’ici à 2021. 

Les moyens de subsistance des personnes vivant dans la pauvreté et des travailleurs informels dans de nombreux pays sont menacés, sans protection sociale, les femmes étant particulièrement touchées. 

La séance du matin comprenait également une discussion sur les cibles de 2020 et sur la manière de continuer à les examiner tout en suivant les processus intergouvernementaux en cours pour maintenir le niveau d’ambition de ces objectifs. 

Nomination 

Le Secrétaire général nomme M. Benjamin Swanson (Royaume-Uni) au poste de Sous-Secrétaire général du Bureau des services de contrôle interne (BSCI). 

M. Swanson succède à M. David Kanja (Kenya), à qui le Secrétaire général est profondément reconnaissant pour ses services dévoués. 

M. Swanson a rejoint le BSCI en 2013, où il a exercé les fonctions de Directeur adjoint, basé à Nairobi, avant de devenir Directeur de la Division des enquêtes du BSCI basée à New York, où il était responsable de l’élaboration des plans stratégiques et opérationnels de la Division et de la gestion du personnel.  

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.