Imprimer
Dbf210719
19 Juillet 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 juillet 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

Le Conseil de sécurité a tenu, ce matin, des consultations à huis clos sur la situation politique en Syrie.  Les membres du Conseil ont entendu l’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, qui est intervenu par visioconférence depuis Oslo.

Dans un effort pour faire avancer le processus politique, M. Pedersen a exhorté toutes les parties à définir, avec plus de précision, le type de réformes et de mesures qu’elles sont prêtes à prendre, si des mesures concrètes sont prises de l’autre côté.  L’Envoyé a noté que toutes les mesures doivent être réciproques et mutuelles.  Elles doivent être réalistes et précises, et être mises en œuvre en parallèle.

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) indique qu’elle continue de protéger les civils et d’aider les communautés locales touchées par les affrontements dans l’État d’Équatoria-Occidental.

La Mission a déployé une patrouille dans le comté de Mundri-Ouest la semaine dernière.  Une équipe de l’ONU évalue également la situation dans la localité de Tambura, où elle travaille avec des partenaires humanitaires pour aider les familles déplacées par une récente vague d’attaques armées.

Des officiers de la police des Nations Unies ont récemment formé des agents de la Police nationale sur la manière de traiter les cas liés à la violence sexuelle et sexiste.  Cela a été organisé dans le cadre d’une série de formations sur les enquêtes sur les crimes de nature sensible et le soutien aux survivants d’abus.

Éthiopie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que, malgré les récentes améliorations de l’accès au sein du Tigré depuis la fin juin, les mouvements à l’intérieur et à l’extérieur de la région demeurent limités.  Cela affecte la capacité des travailleurs humanitaires à reconstituer les fournitures et à mobiliser du personnel pour soutenir les opérations d’aide.

À l’intérieur du Tigré, il est actuellement possible d’accéder à des zones auparavant difficiles d’accès.

On estime que 75% des personnes qui ont besoin d’assistance –soit 4 millions sur les 5,2 millions de personnes dans le besoin– se trouvent désormais dans des zones où des opérations humanitaires peuvent avoir lieu, contre 30% en mai.

Cependant, les fournitures humanitaires s’épuisent rapidement à l’intérieur du Tigré, l’accès routier n’étant possible que par la région d’Afar, sous le contrôle strict des autorités régionales et fédérales.

La semaine dernière, un convoi humanitaire de 54 camions transportant de la nourriture, du carburant, des fournitures médicales et d’autres articles essentiels est arrivé à Mekele, le premier à atteindre la région en plus de deux semaines.  Les fournitures sont cependant loin d’être suffisantes pour soutenir l’aide humanitaire.  Beaucoup plus de camions devraient arriver chaque jour pour répondre aux besoins des personnes qui nécessitent une aide.

Suite à l’approbation du Gouvernement éthiopien, le Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS) a effectué avec succès, samedi, un vol d’essai vers le Tigré.  Les vols réguliers devraient reprendre le 21 juillet.

En attendant, l’ONU continue d’appeler au rétablissement des services de base, de l’électricité, des communications, des vols commerciaux et du système bancaire pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation humanitaire.

Un financement est également nécessaire de toute urgence.  Plus de 430 millions de dollars -la moitié de la somme nécessaire– doivent encore être mobilisés pour financer la réponse humanitaire au Tigré jusqu’à la fin de l’année.

Bhoutan/COVID-19

Le Bhoutan lancera demain sa deuxième campagne de vaccination de masse.  Le Bhoutan a reçu des doses par l’intermédiaire du Mécanisme COVAX et d’accords bilatéraux.

Le Gouvernement a commencé à enregistrer les personnes de plus de 11 ans et celles qui ne s’étaient pas enregistrées lors du premier cycle de vaccination dans le but de devenir, d’ici à la fin du mois, l’un des premiers pays au monde à vacciner l’ensemble de sa population éligible avec les deux doses du vaccin contre la COVID-19.

L’équipe de pays de l’ONU soutient les autorités, l’UNICEF aidant à accélérer le deuxième envoi de vaccins et à fournir un soutien opérationnel.  L’ONU renforce également le système de la chaîne du froid pour stocker les vaccins.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) apporte un soutien financier.

Tunisie/COVID-19

En Tunisie, les hôpitaux font face à une pression énorme et ont dépassé leurs capacités dans plusieurs régions.  Mercredi dernier, le pays a enregistré 7 878 nouveaux cas de COVID-19 avec 164 nouveaux décès.

À ce jour, 728 000 personnes en Tunisie sont entièrement vaccinées.

L’ONU en Tunisie se mobilise pour soutenir le Gouvernement.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mobilisé des fonds pour aider les autorités à renforcer le système hospitalier, équiper les laboratoires, et fournir des équipements de protection individuelle ainsi que des kits de diagnostic.

De son côté, l’UNICEF a fourni des équipements de protection aux écoles publiques ainsi qu’une assistance sociale pour atténuer l’impact de la pandémie sur les familles les plus vulnérables.

Myanmar/COVID-19

L’équipe de pays de l’ONU au Myanmar intensifie sa réponse suite à une augmentation alarmante du nombre de cas de COVID-19 signalés dans le pays.

L’ONU donne la priorité à la planification de l’intensification des vaccinations, ce qui inclut à la fois les vaccins contre la COVID-19 et les vaccinations de routine.

Même avec des dépistages et des informations limités, près de 5 500 nouveaux cas et 233 décès ont été signalés le 17 juillet.  Les chiffres réels devraient être beaucoup plus élevés.

Le 17 juillet également, le taux de positivité des tests a atteint 39,12%, contre 22,34% deux semaines auparavant.  De plus, plusieurs variants de la COVID-19 ont été détectés, dont le variant Delta.

L’équipe de pays de l’ONU s’efforce de remédier à la pénurie d’oxygène en achetant des concentrateurs d’oxygène et d’autres équipements.  L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires s’efforcent d’augmenter la disponibilité des vaccins contre la COVID-19, notamment par le biais du Mécanisme COVAX.

COVID-19/Relèvement

Une nouvelle note de synthèse publiée aujourd’hui par l’Organisation internationale du Travail (OIT) indique que les femmes seront moins nombreuses que les hommes à retrouver du travail dans la période post-COVID-19.

Selon cette note, il y aura 13 millions de femmes ayant un emploi en moins en 2021 par rapport à 2019, tandis que l’emploi des hommes aura retrouvé son niveau de 2019.  En outre, dans le monde, seulement 43,2% des femmes en âge de travailler auront un emploi en 2021 par rapport à 68,6% des hommes en âge de travailler.

L’étude de l’OIT montre que les femmes ont subi des pertes disproportionnées en matière d’emplois et de revenus en raison du fait qu’elles étaient surreprésentées dans les secteurs les plus touchés comme, par exemple, l’hôtellerie et la restauration ainsi que le secteur manufacturier.

C’est la région des Amériques qui a subi les pertes les plus sensibles en ce qui concerne l’emploi des femmes en raison de la pandémie (-9,4%).  Ensuite, on trouve les États arabes où, entre 2019 et 2020, l’emploi des femmes a baissé de 4,1% contre 1,8% pour les hommes.

Projet PAM/OMS

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont lancé un nouveau projet visant à améliorer la réponse d’urgence aux crises sanitaires.

Le projet, appelé INITIATE², développera des solutions telles que des installations de terrain et des kits spécifiques aux maladies.  Les agences formeront également les intervenants logistiques et sanitaires à leur installation et à leur utilisation.

Coordonnateur résident

Mme Mireia Villar Forner prend ses nouvelles fonctions de Coordonnatrice résidente de l’ONU en Colombie.

Les Coordonnateurs résidents sont les représentants désignés du Secrétaire général pour le développement au niveau des pays.  Ils dirigent le travail des équipes de l’ONU sur le terrain, notamment pour soutenir les autorités dans leur réponse à la pandémie en cours et à ses multiples impacts, et leur permettre de mieux se remettre dans la perspective de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.