Imprimer
dbf210803
3 août 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 août 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Vice-Secrétaire générale / Liban

Demain, le Gouvernement français et les Nations Unies organisent une conférence internationale de soutien au peuple libanais, une année après l’explosion meurtrière à Beyrouth.  La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, fera une déclaration par visioconférence, au nom du Secrétaire général.

Mme Mohammed insistera sur la nécessité de soutenir le peuple libanais au moment où le pays fait face à une des pires crises économiques de son histoire récente.  Plus de la moitié du peuple libanais vit aujourd’hui dans la pauvreté, un Libanais sur trois souffre d’insécurité alimentaire et près de quatre millions risquent de ne plus avoir accès à l’eau potable.

La Vice-secrétaire générale soulignera que sous la direction du Premier Ministre désigné, M. Najib Mikati, le monde attend la formation rapide du Gouvernement qui devra mettre en œuvre les réformes et combattre les crises.

Le Secrétaire général a déclaré que le peuple libanais est résilient et mû par l’esprit et la volonté de bâtir ensemble.  La conférence sera l’occasion d’exprimer un soutien politique fort au peuple libanais.

Liban

Le Groupe international de soutien au Liban dont l’ONU est membre, s’est réuni aujourd’hui à la veille de l’anniversaire de l’explosion du port de Beyrouth.  Tous les membres ont exprimé leur solidarité aux familles des victimes, et à ceux dont la vie et les moyens de subsistance ont été touchés.  Le Groupe exhorte les autorités à terminer rapidement l’enquête sur l’explosion du port pour que la vérité soit connue et la justice soit rendue.

Les membres du Groupe ont aussi salué la tenue de la conférence présidée conjointement par la France et l’ONU afin de répondre aux besoins humanitaires des plus vulnérables.

Le Groupe a noté que pendant une année, le Liban a fonctionné sans gouvernement.  Il a pris note de la nomination d’un nouveau Premier Ministre et a appelé les dirigeants à soutenir, sans tarder, la formation d’un nouveau gouvernement redynamisé qui mettra en œuvre les réformes nécessaires.

La déclaration du Groupe qui est aussi composé de l’ONU, de l’Union européenne, de la Ligue des États arabes et de sept autres pays, est en ligne. 

Financement du développement

Hier le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé l’émission de 650 milliards des droits de tirages spéciaux pour booster les liquidités.

Le Secrétaire général salue chaleureusement cette décision qui vient au moment où les contraintes financières ont été exacerbées par la crise de COVID-19. 

Le Secrétaire général dit qu’il est important que les économies, qui n’ont pas besoin de ce coup de pouce, affectent ces ressources aux pays à faible et moyen revenu vulnérables qui nécessitent une injection de liquidités, grâce à la reconstitution du Fonds d’affectation spéciale pour la croissance et la réduction de la pauvreté du FMI.  

Il est également essentiel de créer rapidement le fonds de résilience et de durabilité proposé pour le FMI afin de soutenir une réponse et un relèvement global, y compris un appui plus fort à la vaccination et la gestion de la dette, et afin d’épauler les économies en développement dans leurs efforts visant une croissance inclusive.

Yézidis

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, le Secrétaire général rappelle qu’il y a sept ans aujourd’hui, l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) ciblait brutalement les Yézidis dans le nord de l’Iraq.   Le Secrétaire général y salue la récente promulgation de la loi sur les survivants yézidis par le Gouvernement iraquien.  

Afghanistan

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a appelé à la fin immédiate des combats dans les zones urbaines, en indiquant que les civils sont les plus touchés par les violences.  Selon les dernières informations, 40 civils ont été tués et 118 blessés au cours des dernières 24 heures dans la ville de Lashkargah où les Taliban poursuivent leur offensive.  À Kandahar, au moins 5 civils ont été tués et 42 autres blessés.  

La Mission a déclaré que l’offensive au sol des Taliban et les frappes aériennes de l’armée nationale afghane sont les plus dangereuses pour les civils.  Elle s’est dite profondément préoccupée par les tirs aveugles et les dégâts causés aux établissements de santé et aux habitations civiles.  Toutes les parties doivent en faire davantage pour protéger les civils sous peine de conséquences catastrophiques, a averti la Mission. 

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré qu’il continue de fournir une aide d’urgence vitale aux familles nouvellement déplacées par les violences.  Près de 360 000 personnes ont fui leur foyer cette année en raison du conflit.  Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a déployé des équipes de santé mobiles afin de répondre aux besoins des communautés touchées par le conflit et d’apporter une aide rapide, notamment un soutien sanitaire et psychosocial aux plus vulnérables.

Éthiopie

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, termine sa mission aujourd’hui à Addis-Abeba.  Il y a rencontré le Vice-Premier Ministre, M. Demeke Mekonnen Hassen, le Ministre des affaires étrangères, M. Gedu Andargachew Alene, ainsi que les chefs des agences onusiennes et non gouvernementales et le personnel humanitaire onusien.  La situation humanitaire continue de se détériorer dans la région d’Amhara, en raison des conflits régionaux et ethniques, des inondations soudaines et de l’insécurité alimentaire. 

Dans cette région, les conflits intercommunautaires dans le Gondar central et dans la zone d’Awi continuent de faire augmenter le nombre des personnes déplacées.  L’aggravation du conflit le long de la frontière régionale Amhara-Tigré accroît encore les déplacements.  Environ 100 000 hommes, femmes et enfants seraient déplacés dans les différentes zones de la région. 

Les agences des Nations Unies soutiennent leurs partenaires et homologues gouvernementaux dans toute la région de l’Amhara, notamment dans le cadre de programmes de santé, de nutrition et de transferts d’argent liquide.  La réponse reste néanmoins insuffisante face aux besoins humanitaires croissants; la présence humanitaire étant limitée dans la région.  Une mobilisation immédiate de ressources est nécessaire pour répondre aux besoins urgents des communautés touchées.  Prévoir des abris d’urgence et fournir de la nourriture et une aide non alimentaire sont les principales priorités.  Le prépositionnement des fournitures, en particulier pour répondre aux besoins en santé, en nutrition, en abris et en protection, est une urgence absolue.

Iraq 

La Mission d’assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme soulignent dans un nouveau rapport la nécessité de prévenir la torture dans les lieux de détention en Iraq, y compris au Kurdistan. 

Plus de la moitié des détenus interrogés par la MANUI et le Haut-Commissariat pour ce rapport ont fourni des témoignages crédibles et fiables d’actes de torture, venant corroborer des éléments d’information contenus dans les rapports précédents.  Aucune circonstance, même exceptionnelle, ne justifie la torture ou une quelconque forme d’impunité, a déclaré Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Iraq.  Elle a appelé à des efforts accrus en matière de prévention et d’établissement de responsabilités, conformément aux obligations de l’Iraq en vertu du droit international et de son droit interne.

Myanmar

L’équipe de pays des Nations Unies demeure préoccupée par l’impact humanitaire des combats dans diverses parties du pays.

Plus de 220 000 personnes ont fui à l’intérieur du pays, à cause d’affrontements armés dans l’ouest, le nord et le sud-est du Myanmar, depuis le 1er février et ce, dans un contexte marqué par l’augmentation du nombre des cas de COVID-19 et le début de la saison des moussons; les dernières inondations ayant affecté des milliers de personnes dans tout le pays.  L’insécurité alimentaire s’aggrave et les services essentiels, tels que les soins de santé et le secteur bancaire, sont toujours perturbés.

L’ONU et ses partenaires humanitaires essayent d’apporter aide et protection aux trois millions de personnes les plus vulnérables, mais ces efforts sont entravés par l’accès limité dû à l’insécurité, les barrages routiers, les restrictions de voyage et la pandémie de COVID-19 et mesures connexes.

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour le Myanmar, Mme Christine Schraner Burgener, fera le point de la situation par visioconférence vendredi à 10 heures. 

Malawi / COVID-19

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Maria Jose Torres, continue d’aider les autorités à faire face aux multiples impacts de la pandémie de COVID-19.

L’ONU vient de faciliter la livraison de 192 000 doses de vaccin données par la France, via le Mécanisme COVAX.  Cela s’ajoute aux 360 000 doses déjà reçues via le même Mécanisme, au mois de mars.  Le dernier lot a permis au Malawi de reprendre les vaccinations la semaine dernière, après une pause d’un mois.

L’ONU travaille en étroite collaboration avec ses partenaires pour livrer plus de doses dans le pays.  Elle aide également les autorités à prévenir, tester et traiter les cas de COVID-19, tout en luttant contre les impacts socioéconomiques de la pandémie.

Kirghizistan / COVID-19

Le Kirghizistan a reçu la semaine dernière plus de 220 000 doses de vaccins via le Mécanisme COVAX.  Il s’agit d’un don de la Suède et du premier lot des 2,6 millions de doses que le pays devrait recevoir au total via le Mécanisme.

Le Kirghizistan recevra également près de 200 congélateurs et 86 réfrigérateurs plus tard ce mois-ci pour renforcer la chaîne du froid, avec le soutien de l’UNICEF.

Depuis le début de la pandémie, l’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Ozonnia Ojeilo, s’efforce de renforcer le système de santé, notamment en assurant la sécurité des travailleurs en première ligne.

Coordinateur résident / Gabon

La nouvelle Coordonnatrice résidente au Gabon est Mme Savina Ammassari du Brésil, nommée avec l’accord du Gouvernement gabonais.

Mme Ammassari a pris ses fonctions il y a un mois et dirige les efforts des Nations Unies visant à aider les autorités gabonaises à faire face aux multiples impacts de la pandémie, à mieux s’en relever et à réaliser les objectifs de développement durable.  

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.