Imprimer
dbf210810
10 août 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 août 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Afghanistan

L’ONU fait écho à l’appel de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, qui a averti aujourd’hui que l’incapacité d’endiguer la montée de la violence et des violations des droits de l’homme en Afghanistan a des conséquences désastreuses sur le peuple.  Elle a déclaré que depuis le 9 juillet et dans quatre villes seulement, à savoir Lachkar Gah, Kandahar, Hérat et Kunduz, au moins 183 civils ont été tués et 1 181 blessés, y compris des enfants.

Madame Bachelet a noté qu’il ne s’agit là que des victimes civiles qu’il a été possible de documenter, et que les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés.  Elle s’est particulièrement préoccupée par les premières indications selon lesquelles les Taliban imposent de graves restrictions aux droits de l’homme dans les zones sous leur contrôle, ciblant en particulier les femmes.

Pour la Haut-Commissaire, les parties au conflit doivent cesser de se battre pour éviter une nouvelle effusion de sang et les Taliban doivent mettre fin à leurs opérations militaires dans les villes.  Elle a également exhorté tous les États à user de leur influence, bilatéralement et multilatéralement, pour mettre fin aux hostilités.

Toujours au sujet de l’Afghanistan, le Chef de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), M. António Vitorino, s’est dit extrêmement préoccupé par l’impact de la détérioration de la situation sur les populations mobiles et déplacées, notamment les rapatriés.  Il a souligné que l’OIM continuera de soutenir le peuple afghan, en fournissant des abris de secours, des produits de première nécessité, des soins de santé et une assistance à la protection des déplacés.

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que pendant l’intensification des affrontements à Nimroz dans le sud-ouest du pays, près de 200 réfugiés afghans ont été contraints de fuir en Iran, au cours du week-end.  Beaucoup plus de civils afghans pourraient se retrouver piégés, selon le HCR, s’ils ne parviennent pas à échapper à une situation extrêmement volatile.

On estime également que depuis le début de l’année, près de 400 000 hommes, femmes et enfants afghans ont fui dans d’autres parties du pays, dont près de 244 000 depuis le mois de mai.

Éthiopie

Le HCR et ses partenaires ont dit avoir regagné l’accès aux camps de Mai Aini et d’Adi Harush qui abritent des réfugiés érythréens dans la province du Tigré.  Depuis le 13 juillet, de violents affrontements empêchaient le personnel du HCR de s’y rendre.

L’acheminement de l’aide d’urgence a repris le 5 août, a précisé le HCR, pour les 23 000 réfugiés des deux camps.  Cependant, l’accès reste limité en raison de la situation sécuritaire et les réfugiés vivent toujours dans des conditions désastreuses.  Les services de base tels que les soins de santé, restent indisponibles et l’eau potable s’épuise.

Le HCR souhaite la mise en place d’un passage sûr, ce qui permettra aux réfugiés de Mai Aini et d’Adi Harush d’aller vers le nouveau site d’Alemwach, près de Dabat, à environ 135 kilomètres.

Le HCR est également préoccupé par les nouveaux déplacements provoqués par les combats dans les régions d’Amhara et d’Afar.  Selon les estimations des autorités locales et du personnel humanitaire des Nations Unies, l’on parle de près de 100 000 personnes à Amhara et de 70 000 personnes à Afar.

Nigéria

En collaboration avec les organisations humanitaires au Nigéria, l’ONU a formé un groupe de travail pour répondre à l’insécurité alimentaire croissante dans la partie nord-est du pays.

Le groupe de travail collabore avec le Gouvernement nigérian pour mettre en œuvre un plan global sur la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé, la protection, l’eau et l’assainissement et l’hygiène.

Le plan nécessite une somme de 250 millions de dollars et vise à apporter de la nourriture aux gens les plus difficiles à atteindre.

Liban

Lors de consultations officieuses, M. Jean-Pierre Lacroix, le Secrétaire général aux opérations de paix de l’ONU, a fait le point ce matin avec les membres du Conseil de sécurité sur la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).  Le mandat de la Mission doit être renouvelé à la fin de ce mois.

Nicaragua

Le Secrétaire général continue d’être très préoccupé par la situation au Nicaragua.  Il condamne les mesures prises récemment contre l’opposition politique, des développements qui sapent gravement la confiance de l’opinion publique dans le processus démocratique, avant les élections de novembre.

Le Secrétaire général appelle les autorités à respecter pleinement les obligations internationales de leur pays en matière de droits de l’homme, à libérer immédiatement les dirigeants politiques et à les rétablir dans leurs droits politiques.

Il réitère également son appel à un large accord de tout l’éventail politique, en vue d’un processus électoral crédible et inclusif, en novembre.

Honduras

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et le Gouvernement du Honduras ont lancé aujourd’hui un plan de réponse humanitaire pour répondre aux besoins de 1,8 million de personnes parmi les plus vulnérables du pays.

Le plan, qui couvre la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire et la protection des personnes dans le besoin, veut aussi stopper le déplacement des populations.

Le plan nécessite un financement de 222 millions de dollars pour la période allant d’août 2021 à décembre 2022.

Aujourd’hui, 2,8 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, soit près d’un tiers de la population du Honduras, et plus de deux fois plus de personnes qu’au début de l’année dernière, lorsque 1,3 million de personnes avaient besoin d’aide.

Les Gouvernements d’El Salvador et du Guatemala lanceront également leurs plans dans les prochains jours.  Ces plans seront disponibles sur le site Internet de l’OCHA.

Mécanisme COVAX

Des vaccins soutenus par le Mécanisme COVAX sont arrivés au Suriname et au Nicaragua.

Le Suriname a reçu aujourd’hui sa troisième livraison, soit plus de 26 000 doses de vaccins, don de l’Espagne.  L’équipe de pays des Nations Unies aide les autorités à faire face aux multiples impacts de la pandémie, et à déployer la campagne nationale de vaccination.

Le Nicaragua a également reçu sa troisième livraison par le Mécanisme COVAX, soit 100 000 doses de vaccin, également don de l’Espagne.  L’ONU remercie l’Espagne pour des dons qui portent à près de 270 000 le nombre total de doses de vaccin que le Nicaragua a reçues par le Mécanisme COVAX.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a demandé aux pays qui ont des stocks excédentaires de vaccins de les donner aux pays où la couverture est encore faible.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.