Imprimer
Dbf210820
20 août 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 août 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par Mme Eri Kaneko, Porte-parole associée de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Victimes du terrorisme

Ce matin, le Secrétaire général a déclaré à la Réunion de haut niveau pour commémorer la Journée internationale de commémoration, en hommage aux victimes du terrorisme qui sera célébrée demain, qu’à cette occasion, nos pensées vont aux personnes, aux familles, aux communautés et aux sociétés qui ont été traumatisées par des actes terroristes.

Le thème de cette année est « Survivre au terrorisme: le pouvoir des connections ».  Le Secrétaire général a déclaré qu’il était particulièrement important de se concentrer sur les connexions dans l’environnement actuel marqué par la pandémie, qui limite nos déplacements et notre capacité à voir nos proches.

Il a dit qu’« aujourd’hui, nous disons à toutes les victimes et survivants du terrorisme: vous n’êtes pas seuls.  Nous reconnaissons votre douleur et les avantages inestimables du soutien, des soins et des connections pour votre santé mentale et physique et votre bien-être ».

Le Secrétaire général adjoint du Bureau des Nations Unies contre le terrorisme, M. Vladimir Voronkov, qui a aussi participé à cette manifestation, a exhorté tous les États Membres à mettre en place des plans d’assistance complets pour les victimes du terrorisme et leurs familles qui puissent répondre à leurs besoins à court et à long termes.

Vice-Secrétaire générale/Haïti

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, est en Haïti pour exprimer la solidarité des Nations Unies au peuple haïtien après le séisme et la tempête qui ont frappé le pays six jours plutôt.

Aujourd’hui, Mme Mohammed qui est accompagnée de l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), M. Achim Steiner, a visité le Département du sud, le plus touché par le séisme.

Hier soir, elle a rencontré le Premier Ministre, M. Ariel Henry, et a réitéré le soutien de l’ONU au Gouvernement.

« Nous sommes solidaires de Haïti et sommes époustouflés par l’incroyable travail des autorités nationales et des agences de l’ONU pour aider en ces temps difficiles », a-t-elle déclaré.

Mme Mohammed a rencontré l’équipe de pays des Nations Unies ainsi que les membres de la société civile.  Elle a encouragé le personnel national et international qui travaille avec les institutions nationales pour une meilleure réponse à la crise.

Aujourd’hui, elle fait une conférence de presse à 14h30 qui sera en direct sur www.webtv.un.org.

Haïti/Situation humanitaire

M. Ramesh Rajasingham, Sous-Secrétaire général aux affaires humanitaires et Coordonnateur adjoint des secours d’urgence, se rendra en Haïti du 23 au 25 août pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les besoins humanitaires croissants après le séisme dévastateur qui a ravagé la péninsule le 14 août dernier.

Durant sa visite sur le terrain, il rencontrera les déplacés, les autorités locales et les secouristes nationaux aux internationaux.  Il devrait également rencontrer les autorités nationales et les représentants diplomatiques à Port-au-Prince.

Le Groupe consultatif ad hoc du Conseil économique et social (ECOSOC) a exprimé aujourd’hui sa solidarité au peuple haïtien et appelé la communauté internationale à rester engagée dans le pays.

Burkina Faso

Dans une déclaration communiquée hier soir, le Secrétaire général condamne fermement l’attaque menée par des hommes armés non identifiés le 18 août contre un convoi à proximité de la ville d’Arbinda au Burkina Faso, où des dizaines de personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées.  Il présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par la spirale de violence orchestrée par des groupes extrémistes dans la région du Liptako-Gourma.  Il appelle les autorités burkinabé à ne ménager aucun effort pour identifier et à traduire rapidement en justice les auteurs de ces actes.

Le Secrétaire général réitère la solidarité des Nations Unies avec le Gouvernement et le peuple du Burkina Faso et les pays du Sahel dans leurs efforts pour contrer et prévenir le terrorisme et l’extrémisme violent, promouvoir la cohésion sociale et parvenir à un développement durable.

Changements climatiques

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié aujourd’hui un rapport qui indique qu’un milliard d’enfants sont exposés aux impacts extrêmes de la crise climatique. 

Le rapport indique que les changements climatiques menacent la santé, l’éducation et la protection des enfants, en particulier ceux de la République centrafricaine, du Tchad et du Nigéria. 

Le rapport classe les pays en fonction de l’exposition des enfants aux chocs climatiques et environnementaux, tels que les cyclones et les vagues de chaleur, ainsi que de leur vulnérabilité à ces chocs, et en fonction de leur accès aux services essentiels.

L’UNICEF avertit que le nombre d’enfants à risque augmentera probablement à mesure que les impacts du climat s’accéléreront.  Il appelle les gouvernements à accroître les investissements dans l’adaptation au climat et la résilience dans les services essentiels pour les enfants.

Myanmar

Le personnel de l’ONU sur le terrain est préoccupé par la situation humanitaire désastreuse dans le pays.  Le conflit armé et l’insécurité depuis le 1er février ont entraîné le déplacement de plus de 210 000 personnes dans diverses régions du pays.  Plus de la moitié des personnes ont été déplacées par le conflit et la violence dans le sud-est du pays.

La situation humanitaire est aggravée par l’impact des crues soudaines de mousson, qui auraient touché plus de 125 000 personnes à travers le pays, ainsi que par une augmentation continue des cas de COVID-19, qui continue d’exacerber les vulnérabilités de la population.

L’ONU et ses partenaires humanitaires s’emploient à fournir une aide d’urgence et des services de protection à un total de 3 millions de personnes touchées par les conflits, la violence, les risques naturels et l’insécurité alimentaire.  Ces efforts sont toutefois entravés en raison de l’insécurité générale, des contraintes d’accès, y compris les blocages routiers, les obstacles bureaucratiques et les restrictions liées à la COVID-19.

Nous appelons toutes les parties à faciliter l’accès sûr et sans entrave des partenaires humanitaires à toutes les personnes dans le besoin.  Les efforts de secours de l’ONU et de ses partenaires humanitaires sont toujours guidés par les principes internationalement reconnus d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance opérationnelle.

Amérique centrale

L’ONU, avec les Gouvernements salvadorien et guatémaltèque, a lancé des plans d’intervention humanitaire pour répondre aux besoins cruciaux de plus de 2,5 millions de personnes parmi les plus vulnérables de ces pays. 

Le Plan pour El Salvador doit répondre aux besoins de 912 000 personnes et lance un appel de 156 millions de dollars.  L’accent sera mis sur la satisfaction des besoins essentiels dans les zones sujettes aux effets des catastrophes et de la violence et sur le rétablissement des services et systèmes de base.

Le Plan pour le Guatemala cible 1,7 million de personnes et lance un appel de 210 millions de dollars.  La réponse se concentre sur les zones touchées par les ouragans Eta et Iota, les communautés soumises à des chocs climatiques récurrents et les zones où la présence de personnes en déplacement est élevée.

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site Web du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Afghanistan

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Afghanistan a déclaré aujourd’hui être préoccupé par le fait que la trajectoire actuelle du conflit, de l’incertitude, de la sécheresse et de la pandémie pourrait mettre en péril les fragiles acquis du développement, y compris les droits des femmes et des filles afghanes.

L’urgence en cours sur les plans humanitaire et de développement, accélérée par la paralysie des institutions de l’État, pourrait effacer les progrès durement gagnés en matière de développement au cours des 20 dernières années.

L’Administrateur du PNUD, M. Achim Steiner, a déclaré que le peuple afghan a plus que jamais besoin de développement et d’aide humanitaire.  Nous sommes déterminés à poursuivre nos efforts pour faire face au relèvement rapide, à la riposte à la COVID-19 et à la prévention des déplacements et des vulnérabilités à grande échelle, a-t-il ajouté.  Selon le PNUD, il est de notre devoir moral de rester et d’être à la hauteur, en répondant à ces besoins essentiels. 

Information sur l’Afghanistan

La source d’une information publiée dans The New York Times n’est pas l’ONU, mais une ONG norvégienne.  Ce n’est pas un document de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.