Imprimer
DBF210823
23 août 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 23 août 2021

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Afghanistan

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré aujourd’hui qu’il continuait à fournir une aide à l’Afghanistan conformément aux principes humanitaires.  La réponse se poursuit dans tout le pays, y compris la fourniture de médicaments et de services de santé dans des installations fixes et des cliniques mobiles.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a distribué des kits de traumatologie et des kits médicaux à partir de stocks existants aux hôpitaux de Kaboul, Kunduz et Hilmand pour soutenir les services de santé de dizaines de milliers de personnes dans le besoin.  Toutefois, les stocks sont en baisse et il faut les réapprovisionner.

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré que ses opérations se sont poursuivies dans tout le pays, y compris la distribution de nourriture et les évaluations de la sécheresse.  Rien que la semaine dernière, le PAM a pu atteindre 80 000 personnes auxquelles ont été distribuées 600 tonnes métriques de produits alimentaires qui ont franchi les frontières terrestres.

L’OCHA a souligné que les Nations Unies sont claires: les femmes doivent pouvoir travailler pour que l’Afghanistan fonctionne, pour leur survie et pour qu’elles puissent subvenir aux besoins de leur famille.  Les femmes jouent un rôle essentiel dans la prestation des services humanitaires essentiels, y compris la santé et l’éducation.

L’ONU rappelle à nouveau à toutes les parties que la fourniture de l’aide humanitaire nécessite un accès sans entrave pour les travailleurs humanitaires, hommes et femmes, afin qu’ils puissent évaluer, distribuer et surveiller l’aide.  L’avenir de l’Afghanistan repose sur la création d’un environnement inclusif et propice où tous, y compris les femmes et les filles qui doivent pouvoir s’épanouir à travers leur participation pleine, égale et significative.

Le personnel humanitaire sur le terrain adapte ses opérations pour être en mesure de venir en aide aux 16 millions de personnes dans le besoin en 2021 dans tout le pays.  Le Plan de réponse humanitaire pour l’Afghanistan en 2021, qui nécessite 1,3 milliard de dollars pour venir en aide à plus de 18 millions de personnes, n’est financé qu’à hauteur de 39%, ce qui signifie qu’il y a un déficit d’environ 786 millions de dollars à moins de six mois de la fin de l’année.

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, Mme Henrietta Fore, la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), a averti qu’environ 10 millions d’enfants en Afghanistan ont besoin d’une aide humanitaire pour survivre.  Elle a expliqué qu’en ce moment, l’UNICEF étend ses programmes vitaux aux enfants et aux femmes, notamment en fournissant des services de santé, de nutrition et d’approvisionnement en eau aux familles déplacées.

Le Secrétaire général a été invité à participer au sommet spécial virtuel du G7 sur l’Afghanistan.  Son message sera axé sur le besoin d’unité au sein de la communauté internationale alors que les intérêts du peuple afghan doivent rester au premier plan.

Haïti

S’inscrivant dans la suite de la visite de la Vice-Secrétaire générale en Haïti la semaine dernière, le Sous-Secrétaire général aux affaires humanitaires, M. Ramesh Rajasingham, est actuellement en Haïti pour une visite de quatre jours.

Aujourd’hui, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé un appel éclair de 15 millions de dollars pour aider les familles touchées par le séisme.

Ces ressources aideront les autorités haïtiennes à fournir un logement, un abri temporaire, un soutien en santé mentale et assurer la prévention de la COVID-19 à quelque 137 000 familles rendues extrêmement vulnérables par le récent tremblement de terre qui a frappé le sud d’Haïti.  L’OIM a déjà mis en place des bases dans les zones les plus touchées et des centres supplémentaires à Jérémie, Les Cayes et Miragoâne.  L’Organisation utilise également l’imagerie satellite pour évaluer les dégâts et distribuer aux personnes touchées des milliers de bâches en plastique, des kits d’hygiène, des couvertures, des jerricans pliables et des ustensiles de cuisine.

Conseil de sécurité 

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une séance publique sur le Yémen.  Les membres du Conseil ont été informés par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Martin Griffiths, qui a souligné que les civils sont les plus touchés par le conflit au Yémen. 

Il a noté que la guerre a décimé l’économie, et que cet effondrement est la principale cause des besoins humanitaires de la population, y compris le risque de famine de masse.  M. Griffiths a déclaré qu’au total, plus de 20 millions de personnes au Yémen ont besoin d’une assistance et d’une protection humanitaires, soit environ les deux tiers de la population.  C’est un chiffre étonnant, a-t-il dit.

Il a appelé à un financement encore plus important, au renforcement de l’économie du Yémen, à la réouverture de l’aéroport de Sanaa et à un cessez-le-feu à l’échelle nationale. 

S’exprimant également lors de la réunion, M. Khaled Khiari, Sous-Secrétaire général aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, a appelé toutes les parties à donner la priorité aux besoins des civils et à s’abstenir de militariser l’économie.  Il a également souligné la nécessité de reprendre un processus politique inclusif dirigé par les Yéménites, afin de parvenir à un règlement négocié du conflit. 

La Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Mme Henrietta Fore, a également fait un exposé dans lequel elle a souligné qu’être un enfant au Yémen aujourd’hui est synonyme de cauchemars. 

Myanmar

L’équipe de pays des Nations Unies au Myanmar a déclaré aujourd’hui qu’elle continuerait à faire appel aux forces de sécurité pour assurer la protection des civils, alors que le nombre de personnes tuées dans des violences politiques dans le pays dépasse les 1 000.  Des milliers d’autres, dont beaucoup de femmes et d’enfants, ont été blessés. 

L’équipe de l’ONU condamne fermement l’usage généralisé de la force léthale, ainsi que d’autres violations graves des droits de l’homme, notamment les exécutions extrajudiciaires, les détentions arbitraires, des cas de torture, des mauvais traitements et des disparitions forcées. 

Plus de six mois après que l’armée a pris le contrôle du gouvernement démocratiquement élu du Myanmar le 1er février, plus de 3 300 personnes sont toujours en détention.  Il s’agit de politiciens, d’écrivains, de défenseurs des droits humains, d’enseignants, de travailleurs de la santé, de fonctionnaires, de journalistes, de moines, de célébrités et de simples citoyens.  

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a déclaré aujourd’hui que la situation à Tambura, dans l’État d’Équatoria-Occidental, est tendue en raison de la présence accrue de jeunes armés des communautés Azande et Balanda. 

La Mission a renforcé sa protection des déplacés et a évacué les travailleurs humanitaires de la région qui s’étaient réfugiés dans sa base d’opérations temporaires. 

La Mission envoie des troupes supplémentaires pour renforcer la base après l’arrivée de nouveaux déplacés qui sont à la recherche d’abri et d’une protection. 

COVID-19/Somalie

En Somalie, le coordonnateur résident, M. Adam Abdelmoula, a déclaré que l’équipe continue de soutenir le Gouvernement dans sa lutte contre la pandémie de COVID-19 et pour l’augmentation de l’utilisation des vaccins. 

L’ONU aide le Ministère de la Santé à assurer la distribution sûre et équitable des vaccins en aidant avec les systèmes de chaîne du froid, la formation des vaccinateurs et le suivi de l’utilisation des vaccins. 

La Somalie a reçu plus de 100 000 doses en début de mois, via le Mécanisme COVAX et grâce aux doses fournies par la France.  

La Somalie donne la priorité aux agents de santé de première ligne et aux travailleurs essentiels, ainsi qu’aux personnes âgées et aux malades chroniques.  À ce jour, près de 190 000 personnes ont reçu leur première dose de vaccin et plus de 92 000 ont reçu leur deuxième dose. 

Sur le plan socioéconomique, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) appuient un programme gouvernemental visant à soutenir 200 000 ménages cette année afin d’atténuer les impacts d’une invasion de criquets et de la pandémie de COVID-19.  Et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aide à évaluer les impacts socioéconomiques de la pandémie sur la santé, l’éducation, le genre, les déplacements et le budget, ainsi que les ports en Somalie.  

Journée internationale du souvenir de la traite des esclaves et de son abolition 

C’est aujourd’hui la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, qui a pour but d’inscrire la tragédie de la traite négrière dans la mémoire de tous les peuples. 

Dans un tweet, le Secrétaire général a rappelé que la traite transatlantique des esclaves avait pris fin il y a plus de 200 ans.  Malheureusement, a-t-il dit, nous continuons à vivre dans l’ombre de l’injustice raciale. 

Le Secrétaire général a souligné l’urgence de lutter contre le racisme, de démanteler les structures racistes et de réformer les institutions racistes. 

Contribution financière

Le Sénégal et la Sierra Leone ont payé leurs contributions au budget ordinaire de l’ONU.  Il y a désormais 123 États Membres qui sont à jour de leur contribution. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.