Imprimer
DBF210903
3 septembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 septembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général/Conférence de presse pré-Assemblée générale

Dans exactement une semaine, le vendredi 10 septembre à 12 h 30, le Secrétaire général donnera sa traditionnelle conférence de presse pré-AG.  Il parlera de l’Assemblée générale et de son rapport sur l’Agenda commun, qui sera publié ce même jour. 

Afghanistan

Le Secrétaire général est reconnaissant de la générosité des États Membres– en particulier le Danemark, les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Kazakhstan, la Macédoine du Nord, le Pakistan, la Pologne et le Qatar- qui ont mis à disposition des installations et procédé à des arrangements pour soutenir la poursuite des opérations de l’ONU en Afghanistan. 

Avec leurs offres et leurs engagements, ils ont grandement contribué à la sûreté et à la sécurité, à l’exécution des opérations et à la continuité globale des activités de l’ONU. 

Afghanistan/Humanitaire

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a averti aujourd’hui que l’Afghanistan est confronté à une crise d’insécurité alimentaire et de malnutrition.  Un tiers de la population, soit plus de 12 millions de personnes, est confronté à une insécurité alimentaire aiguë et sa situation devrait être fortement aggravée par la sécheresse qui affecte un tiers du pays. 

OCHA a noté qu’alors qu’une crise économique se profile, les opportunités d’emploi restent également limitées à travers le pays.  OCHA a ajouté que la récolte de 2021 devrait être inférieure à la moyenne et que la prochaine saison maigre devrait être plus intense et survenir plus tôt. 

Il est également nécessaire de remédier à la pénurie d’eau pour empêcher les déplacements et réduire la faim.  Début 2021, neuf millions de personnes avaient déjà besoin d’eau, d’assainissement et d’assistance en matière d’hygiène en Afghanistan. 

Avec ses partenaires humanitaires, l’ONU s’efforce depuis le début de l’année de répondre aux impacts des faibles précipitations sur la disponibilité en eau, les rendements des cultures, les opportunités de travail agricole, ainsi que l’accessibilité de la nourriture.  

Au cours des six premiers mois de l’année, l’ONU a fourni une aide alimentaire et des moyens de subsistance à plus de 5,5 millions de personnes, dont beaucoup se trouvent dans des zones touchées par la sécheresse.  Mais bien davantage est nécessaire.  

Dans certaines parties du pays, le plein impact de la sécheresse ne se fait pas encore sentir.  Au cours des derniers mois, de nombreux agriculteurs n’ont pas pu accéder à leurs champs en raison de conflits, et ce, à des moments critiques pour la plantation et la récolte. 

Le Plan de réponse humanitaire 2021 pour l’Afghanistan, qui nécessite 1,3 milliard de dollars pour venir en aide à plus de 18 millions de personnes, est financé à 40%, ce qui laisse un déficit de 766 millions de dollars. 

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fait savoir aujourd’hui qu’il ne constatait aucun afflux important de réfugiés aux frontières avec le Pakistan et l’Iran.  Cependant, le HCR a averti qu’une crise de déplacement est en train d’avoir lieu à l’intérieur même de l’Afghanistan.  Selon le HCR, l’absence de commerce et de soutien pourrait conduire à une crise majeure.  Il a donc invité la communauté internationale à ne pas fermer les yeux sur le sort de l’Afghanistan et du peuple afghan. 

Libye

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a exprimé aujourd’hui sa profonde préoccupation face aux affrontements armés en cours dans le pays, notamment des tirs semble-t-il indirects à Salaheddine, une zone densément peuplée de Tripoli, la capitale libyenne. 

La MANUL appelle à la cessation immédiate des hostilités et enjoint toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue.  Elle rappelle également à toutes les parties à ce conflit qu’en vertu du droit international humanitaire, elles ont pour obligation de garantir la protection des populations et des infrastructures civiles. 

Annonce de déplacement 

Le Chef du Département des opérations de paix de l’ONU, M. Jean-Pierre Lacroix, se rendra en Éthiopie et au Soudan.  Il y sera à partir de lundi et jusqu’au 9 septembre, et sera accompagné de l’Envoyé spécial pour la Corne de l’Afrique, M. Parfait Onanga-Anyanga. 

À Addis-Abeba, ils rencontreront de hauts responsables du Gouvernement éthiopien ainsi que des responsables de l’Union africaine pour discuter des questions de maintien de la paix et, en particulier, de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA). 

Mardi, les deux hauts responsables de l’ONU se rendront à Khartoum, au Soudan, pour discuter des questions liées à la Mission de maintien de la paix de l’ONU à Abyei.  Pendant leur séjour à Khartoum, ils rencontreront de hauts responsables soudanais, ainsi que le coprésident du Comité mixte de contrôle d’Abyei.  Ils se rendront ensuite à Abyei où ils dialogueront avec les dirigeants locaux, ainsi qu’avec le personnel de la Mission pour les remercier de leur contribution au maintien de la paix. 

M. Lacroix se rendra ensuite au Soudan du Sud, où il sera du 9 au 12 septembre.  Le Bureau du porte-parole fournira plus de détails sur ce voyage la semaine prochaine. 

Soudan 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué aujourd’hui que plus de 88 000 personnes dans 13 des 18 États du Soudan ont été directement touchées par des inondations depuis le début de la saison des pluies en juillet. 

Les partenaires humanitaires procèdent à l’évaluation des besoins et à une vérification des personnes touchées et commencent à fournir une aide humanitaire vitale.  Ils utilisent notamment des approvisionnements prépositionés dans les états de Gedaref, du Darfour occidental, du Darfour méridional et du Kordofan septentrional. 

À dater de mercredi dernier, ce sont au total 4 800 maisons qui ont été détruites, et 12 780 autres endommagées alors que les infrastructures publiques et les terres agricoles ont également été affectées.  Les fortes pluies devraient s’intensifier dans la majeure partie du pays cette semaine, entraînant davantage d’inondations, en particulier dans les régions de l’est, du centre et de l’ouest. 

Haïti

L’UNICEF avertit qu’environ 540 000 enfants de la région touchée par le tremblement de terre du mois dernier en Haïti sont aujourd’hui exposés à la possibilité d’une réémergence de maladies d’origine hydrique. 

Le manque d’accès aux abris, à l’eau potable et aux installations d’hygiène augmente rapidement la menace d’infections respiratoires aiguës, de maladies diarrhéiques, de paludisme et de choléra.  Toutefois, il n’y a pas eu un seul cas de choléra signalé en Haïti depuis février 2019. 

L’UNICEF travaille avec les autorités haïtiennes et des partenaires de la société civile, pour améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour 500 000 personnes. 

L’UNICEF a indiqué que les activités de plusieurs centres de distribution ont dû être temporairement suspendues en raison des tensions sur le terrain.  Le Fonds appelle les autorités locales à garantir des conditions sûres pour que les organisations humanitaires puissent opérer et intensifier l’aide humanitaire apportée aux communautés touchées par le séisme. 

Qualité de l’air 

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié aujourd’hui son premier Bulletin sur la qualité de l’air et le climat qui met en évidence les facteurs qui ont influencé les tendances de la qualité de l’air l’année dernière, par rapport aux autres années. 

Le Bulletin montre comment les périodes de confinement liées à la COVID-19 et les restrictions de voyage ont entraîné une baisse spectaculaire et de courte durée des émissions des principaux polluants atmosphériques, en particulier dans les zones urbaines. 

Cependant, des phénomènes météorologiques extrêmes, alimentés par les changements climatiques et environnementaux, ont déclenché des tempêtes de sable et de poussière sans précédent, ainsi que des incendies de forêt ce qui a affecté la qualité de l’air, et cette tendance se poursuit cette année. 

Invité du point de presse 

L’invité du point de presse de mardi sera la Représentante pays adjointe d’ONU-Femmes, Mme Alison Davidian.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.