Imprimer
dbf211004
4 octobre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 4 octobre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général / Barbade

Ce matin, le Secrétaire général est intervenu en personne lors de la cérémonie d’ouverture de la quinzième session de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), laquelle s’est tenue à Bridgetown à la Barbade.  Il a souligné que les objectifs de développement durable risquaient d’échouer et a indiqué que nous devons inverser la tendance par une reprise mondiale audacieuse, durable et inclusive.

Il a dit qu’il voyait quatre défis majeurs qui, s’ils ne sont pas relevés, font de toute notion de prospérité pour tous un lointain rêve.  Il s’agit du surendettement; des systèmes qui sont à court d’investissements; un commerce déloyal; et une urgence climatique qui rend les petits États insulaires en développement (PEID) comme la Barbade, dangereusement vulnérables.

Le Secrétaire général a noté que les PEID comme la Barbade envisagent l’avenir avec inquiétude et ils entendent des paroles, mais les actions ne suivent pas.  Il a réitéré son appel aux donateurs et aux banques multilatérales de développement afin qu’ils consacrent au moins 50% de leur soutien climatique à l’adaptation et à la résilience.

Hier, le Secrétaire général a pu constater de ses propres yeux les effets des changements climatiques à la Barbade.  Accompagné de la Première Ministre, Mme Mia Mottley, M. Guterres a visité une zone touchée par l’élévation du niveau de la mer, l’érosion côtière et les glissements de terrain.  Il a pris connaissance des efforts considérables déployés par le Gouvernement de la Barbade pour relever ces défis.

Éthiopie

En Éthiopie, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que la crise humanitaire au Tigré reste grave, avec 5,2 millions de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire, dont 400 000 personnes vivant dans des conditions proches de la famine.

La propagation du conflit dans les régions d’Amhara et d’Afar pousse de plus en plus de personnes dans des conditions désespérées.

L’acheminement de l’aide a été difficile.  Depuis le 12 juillet, l’ONU a acheminé 606 camions de fournitures humanitaires, mais il faut 100 camions pour transporter de l’aide au Tigré chaque jour.

L’ONU n’a pas été autorisée à faire venir du carburant depuis fin juillet, ce qui a conduit certains de ses partenaires à fortement réduire ou suspendre leurs activités.

L’argent pour mener des opérations s’épuise également.  Les fournitures médicales sont épuisées, et près de 200 000 enfants ont manqué des vaccinations critiques.

L’ONU discute avec le Gouvernement éthiopien pour un accès durable et régulier des convois d’aide.

Pendant ce temps, à Amhara, les combats le long de la frontière régionale du Tigré ont entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes.  Les habitants de certaines régions n’auraient pas accès à l’aide ou aux services de base, notamment l’électricité, l’eau et les télécommunications.

À Afar, on estime que des centaines de milliers de personnes sont directement touchées par le conflit, dont plusieurs dizaines de milliers qui sont déplacées et nécessitent une assistance urgente.

Les partenaires humanitaires de l’ONU continuent d’intensifier leur réponse à Amhara et à Afar.

L’ONU exhorte toutes les parties au conflit à veiller à ce que l’aide puisse parvenir à tous les civils dans le besoin.  L’OCHA souligne que, sans cessez-le-feu, les besoins humanitaires continueront de croître, et il n’y aura aucun moyen de remédier durablement aux souffrances du Tigré, d’Amhara et d’Afar.

Haïti

Au Conseil de sécurité ce matin, Mme Helen La Lime, la Cheffe du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), a déclaré que le pays traverse l’une des périodes les plus difficiles de son histoire récente.  Pour la plupart des observateurs, a-t-elle ajouté, il est difficile d’envisager un terme aux crises apparemment sans fin du pays.

Malgré cela, la Représentante spéciale a déclaré que le Premier Ministre Ariel Henry a adopté une approche inclusive et a cherché à créer des conditions minimales pour la tenue d’élections législatives, locales et présidentielles.

Comme étape positive, a-t-elle déclaré, des acteurs de tout le spectre politique et des organisations de la société civile ont adhéré à un accord qui comprend la formation d’un nouveau Conseil électoral provisoire, l’inclusion de la diaspora, ainsi que la tenue d’élections au plus tard au second semestre de 2022.  On ne peut qu’espérer que les dirigeants politiques et de la société civile haïtienne continueront à travailler ensemble pour trouver un terrain d’entente, a ajouté Mme La Lime.

Au sujet du récent tremblement de terre, Mme La Lime a déclaré que nous sommes dans une course contre la montre pour garantir que les enfants puissent retourner à l’école, que les agriculteurs ne manquent pas la prochaine saison des semis, et que les personnes vivant actuellement dans des camps spontanés de déplacés puissent rentrer chez eux le plus rapidement possible.

Mali

Le Secrétaire général condamne fermement les attaques aux engins explosifs improvisés d’aujourd’hui contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), près de Tessalit, dans la région de Kidal.  Un Casque bleu égyptien a été tué et quatre autres ont été grièvement blessés.

Le Secrétaire général exprime ses profondes condoléances à la famille de la victime, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple égyptiens.  Il souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Le Secrétaire général rappelle que les attaques contre les soldats de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international.  Il appelle les autorités maliennes à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs de ces attaques afin qu’ils soient traduits en justice rapidement.

Le Secrétaire général réaffirme la solidarité des Nations Unies avec le peuple et le Gouvernement du Mali.

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) se dit profondément préoccupée par les affrontements de ce week-end entre des groupes armés à Kacuat, dans l’État de Warrap, au cours desquels 35 personnes ont été tuées, des dizaines d’autres blessées et des centaines déplacées.  La région est le théâtre d’affrontements ces derniers mois, liés à des pillages de bétail et à des attaques en représailles, venant aggraver une situation humanitaire déjà désastreuse.  Malgré les problèmes logistiques dus aux fortes inondations, la Mission des Nations Unies a installé le mois dernier une base temporaire à Marial Lou, également dans l’État de Warrap, pour aider à prévenir la violence.  La Mission soutient également les efforts de réconciliation et de consolidation de la paix, en organisant notamment des conférences pour résoudre les différends frontaliers et fonciers, apaiser les tensions autour de la question des pâturages et des points d’eau et remédier à la prolifération des armes légères parmi les civils.  La Mission contribue également à renforcer les institutions judiciaires, telles que les tribunaux mobiles, afin que les responsables de la violence rendent des comptes.

Événement de haut niveau sur la prévention de la famine

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), en collaboration avec le Groupe des amis sur l’action contre les conflits et la faim, ont organisé, ce matin, un événement de haut niveau sur l’action à mener maintenant pour prévenir et éliminer la famine.  Lors de l’événement virtuel, les participants ont fait le point sur les efforts récents pour mettre un terme à l’avancée de la famine et au risque de famine.  Ils ont également discuté des mesures urgentes que la communauté internationale doit prendre pour empêcher une détérioration, dans sa gravité et son ampleur, d’une insécurité alimentaire déjà aiguë.  Les États Membres et les partenaires ont également pu entendre des efforts de l’Équipe spéciale de haut niveau sur la prévention de la famine.

Myanmar 

Au Myanmar, la situation humanitaire est désastreuse en raison des affrontements nourris et de la situation sécuritaire instable dans de nombreuses régions du pays.  Depuis le début de l’année, près de 240 000 personnes supplémentaires ont été déplacées et ont besoin de services d’aide humanitaire et de protection.  L’ONU, en collaboration avec ses partenaires, répond aux déplacements croissants, à l’insécurité alimentaire et à la vulnérabilité accrue.  Le PAM et ses partenaires ont ainsi aidé en septembre quelque 360 000 personnes vulnérables et déplacées à Kachin, dans le nord de Shan, à Rakhine et à Chin en fournissant une assistance alimentaire et en espèces.  L’ONU continue de fournir de l’eau, une aide à l’assainissement, des soins de santé, de la protection et une aide au logement.  L’équipe des Nations Unies appelle toutes les parties à faciliter un accès sûr et sans entrave des intervenants humanitaires afin d’aider les personnes dans le besoin.  Elle appelle également les donateurs à renforcer leur engagement.  Un tiers seulement des 385 millions de dollars nécessaires au Plan de réponse humanitaire et au Plan intérimaire de réponse d’urgence a été débloqué.

COVAX

Le Nicaragua a récemment reçu près de 140 000 doses de vaccin via le Mécanisme COVAX afin de renforcer sa campagne nationale de vaccination, portant le nombre total de doses reçues par ce pays par le biais dudit Mécanisme à plus de 1,4 million.  L’équipe de l’ONU appelle au maintien de l’utilisation de masques, de la distanciation physique et du lavage des mains, entre autres mesures, pour empêcher la propagation du virus.

Semaine mondiale de l’espace 

La Semaine mondiale de l’espace débute aujourd’hui.  Le thème de cette année, « Les femmes dans l’espace », vise à sensibiliser à l’importance d’une diversité des genres dans le secteur spatial et à identifier les obstacles auxquels les femmes sont confrontées en s’engageant dans une carrière spatiale.  Les femmes représentent de 20 à 22% de l’ensemble de la main-d’œuvre de l’industrie spatiale.  Le Bureau des affaires spatiales des Nations Unies (UNOOSA) a créé la campagne « Space4Women » pour promouvoir l’autonomisation des femmes dans ce domaine, en gardant à l’esprit que les femmes de différents horizons et de différentes régions sont confrontées à des défis différents.

Journée mondiale de l’habitat 

Aujourd’hui, c’est également la Journée mondiale de l’habitat, dont le thème est: « Accélérer l’action urbaine pour un monde sans carbone. »  Les villes sont en effet responsables d’environ 70% des émissions mondiales de dioxyde de carbone.  Les transports, les bâtiments, l’énergie et la gestion des déchets représentent la majeure partie des émissions urbaines de gaz à effet de serre.  Des événements et des activités pendant cette Journée permettront de montrer comment les gouvernements, les organisations nationales, régionales et locales, les communautés et le secteur privé peuvent travailler ensemble pour construire des villes neutres en carbone et inclusives.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.