Imprimer
Dbf211014
14 octobre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 octobre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Liban

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par les violences que l’on a vues aujourd’hui à Beyrouth.

L’ONU appelle toutes les parties concernées à cesser immédiatement ces actes de violence et à s’abstenir de toute provocation ou rhétorique incendiaire.

Le Secrétaire général réitère la nécessité d’une enquête transparente, approfondie et impartiale sur l’explosion qui a eu lieu l’année dernière au port de Beyrouth.

La Coordonnatrice spéciale pour le Liban, Mme Joanna Wronecka, a aussi réagi aux violences aujourd’hui.  Elle a condamné le recours à la violence armée, en dehors des autorités publiques, et a appelé à la retenue pour maintenir le calme et la stabilité et veiller à la protection des civils.

La Coordonnatrice spéciale a souligné la responsabilité essentielle des leaders du Liban de placer les intérêts du pays avant tout, en ce moment critique.  Elle a dit: « Il est temps que toutes les parties appuient l’indépendance judiciaire dans l’intérêt du peuple. »

Secrétaire général/Transport

Le Secrétaire général a fait aujourd’hui une déclaration par visioconférence à la deuxième Conférence mondiale des Nations Unies sur le transport durable qui a lieu à Beijing.

Il a souligné que le temps presse pour une action sur le climat, la nature et la pollution, notant que le transport, responsable du plus du quart des émissions de gaz à effet de serre, est un élément clef en la matière.  

Le Secrétaire général a souligné qu’il faut décarboniser tous les moyens de transport, pour parvenir à zéro émission d’ici à 2050 dans le monde entier. 

Nous savons quoi faire, a-t-il dit, en pointant la nécessité d’adopter des cibles plus ambitieuses et plus crédibles pour décarboniser tout le secteur des transports. 

Il a aussi noté que les engagements actuels des États Membres s’agissant des transports maritime et aérien ne sont pas conformes à l’objectif de limiter la hausse de la température à 1,5 degré Celsius, consacré dans l’Accord de Paris mais bien plus conforme à une hausse de plus de 3 degrés.

Le Secrétaire général a ajouté que la Conférence est une occasion importante de galvaniser l’action et de construire les systèmes de transport nécessaires à un avenir équitable, inclusif et vert.

Secrétaire général/Changements climatiques

Le Secrétaire général a envoyé un message préenregistré à une manifestation organisée par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) sur le thème « Making Climate Action Count », dans le cadre de leurs réunions d’automne à Washington.

Le Secrétaire général souligne, dans ce message, qu’à la veille de la COP26, il est essentiel, au nom de toute l’humanité, de concrétiser les promesses de l’Accord de Paris.  Nous n’y sommes toujours pas, a martelé M. António Guterres.

Il s’est dit particulièrement préoccupé par le manque de progrès dans le financement public de l’action climatique. 

Il a prévenu que la somme de 100 milliards de dollars par an qui doit être mobilisée auprès des secteurs public et privé pour l’atténuation et l’adaptation dans le monde en développement est le strict minimum car il faudra bien plus.

M. Guterres a pointé le rôle essentiel des banques de développement pour accélérer la transition des combustibles fossiles aux énergies renouvelables, tout en assurant l’accès universel à l’énergie.

Ces banques, a-t-il dit, doivent montrer la voie, en appuyant des plans de transition justes et crédibles et en finançant un redressement inclusif, résilient et vert, sans aggraver la crise de la dette souveraine sous laquelle ploient les pays à faible et moyen revenu.

Le Secrétaire général a aussi souligné la nécessité pour les donateurs et les banques de développement d’affecter au moins 50% de leur financement climatique à l’adaptation et à la résilience. 

Abdelaziz Bouteflika  

Toujours ce matin, le Secrétaire général est intervenu en personne à l’Assemblée générale qui rendait hommage à la mémoire de son ancien Président, Abdelaziz Bouteflika, également ancien Président de l’Algérie.  

Le Secrétaire général a une nouvelle fois présenté ses condoléances au Gouvernement algérien et a rappelé que, même en tant que Président de la vingt-neuvième session de l’Assemblée générale, entre 1974 et 75, Abdelaziz Bouteflika était particulièrement actif dans le domaine de la décolonisation et qu’il a donné une voix aux mouvements de libération en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Afghanistan

Aujourd’hui, le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué qu’à Hérat et partout en Afghanistan, il travaille jour et nuit pour intensifier son aide aux gens dans le besoin.

Pendant le seul mois de septembre, le PAM a fourni une aide à quatre millions de personnes, sous la forme de nourriture et de produits nutritionnels, et ce, dans toutes les 34 provinces, soit trois fois le nombre de personnes qu’il a aidées au mois d’août.

Le Chef du PAM, M. David Beasley, a noté qu’un nombre record d’Afghans a faim et qu’un million d’enfants risquent de mourir de malnutrition, sans une intervention urgente.  Il a souligné que si l’aide internationale n’arrive pas aussi vite que possible, la situation sera catastrophique car c’est une guerre contre la faim.

Pour sa part, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) poursuit l’évaluation du nombre des personnes et familles déplacées dans le pays.

En prévision de l’hiver, le programme humanitaire de l’OIM a été renforcé pour aider des milliers de familles et membres des communautés d’accueil.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique qu’elle travaille dans au moins 31 des 34 provinces.  La FAO dit aider les populations les plus vulnérables dans les zones rurales et isolées, grâce à l’appui de ses donateurs.

Nomination

Le Secrétaire général a nommé M. Daniel Endres, de la Suisse, Coordonnateur humanitaire régional pour l’Afrique de l’Est. 

Yémen

M. Hans Grundberg, l’Envoyé spécial pour le Yémen, a informé aujourd’hui le Conseil de sécurité de ses nombreuses consultations avec les acteurs yéménites régionaux et internationaux.  Dans toutes ces discussions, il a dit s’être concentré sur la manière d’avancer vers une solution politique durable pour mettre fin au conflit.  Il a ajouté que les Yéménites auxquels il a parlé ont tous souligné la nécessité de mettre fin au conflit.

M. Ramesh Rajasingham, Sous-Secrétaire général aux affaires humanitaires, a pour sa part prévenu les membres du Conseil que le travail humanitaire se complique dans le pays, principalement parce que les organisations commencent à manquer d’argent.

M. Rajasingham a ajouté que les agences humanitaires aident désormais près de 13 millions de personnes dans tout le pays, soit environ 3 millions de personnes de plus, qu’il y a quelques mois, grâce aux versements supplémentaires des donateurs. Mais sans davantage d’argent, ce sont quatre millions qui risquent de subir la réduction de leur aide alimentaire.

Colombie

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, M. Carlos Ruiz Massieu, est aussi intervenu au Conseil.

M. Massieu a réitéré l’appel que le Secrétaire général lance dans son rapport pour que l’on profite du cinquième anniversaire, au mois de novembre, de l’adoption de l’Accord final de paix, pour évaluer ce qui a été fait dans le cadre du processus de paix.  M. Massieu a parlé de ce qu’il reste à faire et a appelé à se réengager collectivement en faveur de la pleine mise en œuvre de cet accord historique.

République centrafricaine

La migration saisonnière du bétail approchant, les Casques bleus poursuivent leurs efforts de protection et de réduction des tensions, en coopération avec les autorités nationales et les communautés locales. 

Hier, à Bouar, la Mission des Nations Unies (MINUSCA) a organisé une réunion sur la gestion des conflits liés au mouvement saisonnier du bétail, à laquelle ont participé un certain nombre de personnes, dont sept femmes, représentant les autorités locales, les forces de sécurité ou encore la société civile.

Hier à Bria, 31 combattants ont été désarmés, dans le cadre du programme national sur le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement (DDRR).  Les armes collectées ont été transportées et stockées dans les locaux de la Mission.

COVID-19/Mongolie

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Tapan Mishra, continue d’aider les autorités à riposter à la pandémie, en répondant aux besoins sanitaires, humanitaires et socioéconomiques des Mongoles.

Sur les 5,4 millions de doses de vaccin qui sont arrivées dans le pays, la moitié est venue du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) qui se l’est procurée grâce au Mécanisme COVAX et à d’autres sources.

À ce jour, plus de 65% de la population est pleinement vaccinée.

L’UNICEF a aussi contribué à l’élargissement de la chaine du froid et à la construction d’un entrepôt central pour le stockage des vaccins. L’équipe de pays des Nations a également fourni des équipements de protection individuelle et d’oxygène, ainsi qu’une formation aux professionnels de la santé et aux journalistes.

Norvège

Hier, dans un tweet, le Secrétaire général s’est dit choqué et attristé par les nouvelles tragiques en provenance de la Norvège.

Il a ajouté que ses pensées vont aux proches des victimes et à tout le peuple norvégien en ce moment très difficile. Il a évidemment condamné l’attaque horrible. 

Venezuela

L’ONU a reçu une demande du Conseil électoral national pour le déploiement d’un Groupe d’experts électoraux et pas une mission d’observation électorale. La demande est en train d’être examinée et recevra une réponse bientôt.

Bélarus

L’ONU discute avec le Gouvernement du Bélarus de la question qu’il a posée lors de la réunion bilatérale avec le Secrétaire général, par les canaux appropriés.

L’équipe de pays des Nations Unies, dont les agences, fonds et programmes qui travaillent au Bélarus, se concentre sur la poursuite de son travail avec et pour le Bélarus.  L’équipe espère la poursuite de sa collaboration avec les autorités bélarusses et les partenaires concernés de la société civile, y compris dans le domaine du développement durable et des droits de l’homme.

Invité du Point de presse

Demain, l’invité du Point de presse sera M. Omar Abdi, Directeur exécutif adjoint de l’UNICEF qui parlera en personne de la situation en Afghanistan.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.