Imprimer
Dbf211015
15 octobre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 octobre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Afghanistan/Attentat

La Mission des Nations Unies en Afghanistan a indiqué aujourd’hui que le terrorisme sévit toujours dans le pays.  Au moins 30 personnes ont été tuées et de nombreuses autres, blessées, lors d’un attentat-suicide dans la plus grande mosquée chiite de Kandahar.  L’attentat a eu lieu pendant la prière du vendredi et la Mission a souligné que l’ONU condamne cette dernière atrocité contre des institutions religieuses et des fidèles.  Les auteurs de l’attentat doivent être traduits en justice.

Afghanistan/Réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exhorté aujourd’hui les États à faciliter et à accélérer les procédures de réunification familiale des Afghans dont les familles sont restées au pays ou réinstallées ailleurs dans la région.  Le HCR a dit que les derniers développements politiques dans le pays n’ont pas provoqué de déplacements à grande échelle par-delà les frontières.  Toutefois, nombreux sont les réfugiés et demandeurs d’asile actuels à être séparés de leurs familles, à cause de l’absence d’accès aux procédures de réunification familiale.

Le HCR a souligné que le principe d’unité familiale est protégé par le droit international et les instruments régionaux juridiquement contraignants.  Dans beaucoup de pays, la législation prévoit ce principe.

Éthiopie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) est très préoccupé par la situation dans le nord du pays où il reçoit des informations sur l’intensification du conflit dans plusieurs endroits.

Malgré des circonstances extrêmement difficiles, les agents humanitaires continuent de fournir une aide dans les trois provinces du nord.

Au Tigré, où plus de 90% de la population a besoin d’une aide humanitaire et où quelque 400 000 personnes vivent dans des conditions similaires à la famine, les opérations humanitaires se heurtent à des problèmes importants. Même si plus de 200 camions chargés de fournitures humanitaires sont arrivés au Tigré la semaine dernier, il en faut beaucoup plus.  Les convois n’ont pas reçu les autorisations pour transporter le carburant et les médicaments tant attendus.

Le manque d’argent liquide, de carburants et de fournitures perturbe la réponse humanitaire dans de multiples endroits.  La semaine dernier, les partenaires humanitaires des Nations Unies ont été ne mesure d’aider 17% de la population qui devraient avoir reçu une assistance.

Les services de transport d’eau dans les zones du centre et du nord-ouest ont été réduit, avec un impact sur plus de 472 000 hommes, femmes et enfants.

Les agences des Nations Unies disent qu’elles sont particulièrement préoccupées par le fait que l’entrée au Tigré des fournitures médicales tant attendues contribuent d’être bloquée.  Neuf camions chargés de médicaments attendent toujours une autorisation depuis le début du mois d’août.

À Amhara et à Afar, l’ONU poursuit l’intensification de ses opérations pour que les personnes affectées par les conflits reçoivent l’aide dont elles ont besoin.  Depuis le début du mois d’août, 640 000 personnes à Amhara et 72 000 people à Afar ont reçu une aide alimentaire.

Les Nations Unies appellent une nouvelle fois les parties au conflit à cesser les hostilités et à veiller à ce que les agents humanitaires puissent accéder aux gens qui ont désespérément besoin d’aide.

Conseil de sécurité/Kosovo

Le Représentant spécial du Secrétaire général au Kosovo, M. Zahir Tanin, a prévenu aujourd’hui les membres du Conseil que l’escalade des tensions peut compromettre les progrès constants mais fragiles qui ont été enregistrés dans le rétablissement de la confiance entre les communautés du Kosovo. 

Yémen

Le Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire pour le Yémen, M. David Gressly, a prévenu que l’intensification des combats dans le pays, ces dernières semaines, en particulier dans les provinces de Mareb, de Chaboua et de Beïda ont un impact dévastateur sur les civils.

Il s’est dit particulièrement préoccupé par la situation dans le district d’Al Abdiyah de la province de Mareb où la situation en matière de sécurité a gravement restreint la libre circulation de quelque 35 000 personnes, dont 17 000 personnes extrêmement vulnérables qui avaient trouvé refuge dans une autre zone après avoir fui les combats.

M. Gressly a appelé toutes les parties impliqués dans ces combats à se mettre d’accord dès maintenant pour cesser les hostilités dans le district d’Al Abdiya et faciliter la libre circulation des civils et des agents humanitaires ainsi que l’évacuation des blessés.

Venezuela

Suite à l’achèvement d’une évaluation technique, le Secrétariat a répondu positivement à la demande du Conseil électoral national du Venezuela de déployer un groupe d’experts des Nations Unies pour les élections municipales et régionales de novembre 2021.

Une équipe de trois experts sera déployée dans le pays en novembre pour suivre le processus électoral.  L’équipe fournira au Secrétaire général un rapport interne indépendant sur le déroulement général des élections.

Travailleurs migrants

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique que les travailleurs migrants sont confrontés à un risque plus élevé de blessures et de décès que les autres travailleurs.

On estime que 164 millions travailleurs migrants représentent près de 5% de la main-d’œuvre mondiale.  Ils sont plus susceptibles d’avoir des emplois dans l’économie informelle, où les risques sont plus grands, et ils sont surreprésentés dans les emplois dangereux.

L’OIM affirme que davantage de données sont nécessaires, notamment sur les circonstances des décès, pour concevoir des politiques visant à assurer la sécurité des travailleurs migrants.

Amérique latine

Les agences des Nations Unies déclarent, ensemble aujourd’hui, être attristées par le naufrage d’un bateau en Colombie qui transportait 30 personnes au Panama, au cours duquel trois personnes ont été tuées et six autres –dont des enfants– sont portées disparues.

Les agences ont déclaré que cet incident, une fois encore, met en évidence le désespoir des familles et les risques auquel les gens sont exposés alors qu’ils recherchent la sécurité et une vie meilleure.

Un nombre accru de personnes traversent la zone de Darien.  Sur les 91 300 personnes qui ont traversé la ligne entre janvier et septembre, 19 000 seraient des enfants.

Nous soulignons la nécessité de garantir des itinéraires migratoires sûrs, réguliers et ordonnés et de renforcer les enquêtes sur les réseaux impliqués dans la traite et la contrebande.  Les agences exhortent également les États à protéger les droits, y compris les droits de demander et de recevoir l’asile, de toutes les personnes en déplacement.

Nigéria

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a averti aujourd’hui qu’il pourrait être contraint, dès le mois prochain, de réduire l’aide alimentaire offerte à plus d’un demi-million de femmes, d’hommes et d’enfants dans le nord-est, à moins qu’il ne reçoive d’ici là un financement urgent.

Ces réductions auraient un impact sur les opérations du PAM dans les États de Borno, Yobe et Adamawa, à moins qu’il ne reçoive bientôt une somme minimum de 55 millions de dollars.

Ces réductions pourraient intervenir alors que la faim sévère a atteint son plus haut niveau en cinq ans au Nigéria après des années de conflit, une situation aggravée par la COVID-19, les prix élevés des denrées alimentaires et un approvisionnement alimentaire limité.

Le nombre de personnes déplacées dans le nord-est du Nigéria a atteint en septembre un niveau record de plus de deux millions.  Quelque 4,4 millions de personnes dans la région ne savent pas d’où viendra leur prochain repas et plus d’un million d’enfants souffrent de malnutrition.

Journée internationale des femmes rurales

C’est aujourd’hui la Journée internationale des femmes rurales, qui se tient cette année sur le thème « Les femmes rurales cultivent une alimentation de qualité pour tous ».

Le Secrétaire général a déclaré que, malgré le fait qu’elles garantissent au monde sa nourriture, de nombreuses femmes rurales souffrent de discrimination, de racisme systématique et de pauvreté structurelle.

Journée mondiale de l’alimentation

Ce sera demain la Journée mondiale de l’alimentation, qui a pour thème cette année « Nos actions sont notre avenir ».

Dans un message, le Secrétaire général déclare que la Journée n’est pas seulement un rappel de l’importance de l’alimentation pour chaque personne sur la planète, c’est aussi un appel à l’action pour atteindre la sécurité alimentaire dans le monde entier.

Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Dimanche, ce sera la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

Le Secrétaire général souligne que la pauvreté est une condamnation morale de notre époque.  Pour la première fois en deux décennies, l’extrême pauvreté est en hausse.

Invités du Point de presse aujourd’hui et lundi

Omar Abdi, le Directeur exécutif adjoint de l’UNICEF, était l’invité du Point de presse d’aujourd’hui. Il a informé les journalistes de la situation en Afghanistan.

Lundi, à 12 h 30, l’invitée du Point de presse sera la Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, Irene Khan.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.