Imprimer
Dbf211020
20 octobre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 20 octobre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invités du Point de presse aujourd’hui

Comme invitée aujourd’hui, nous avons Caitlin Williscroft, une spécialiste du bureau de pays d’ONU-Femmes en Afghanistan qui travaille sur le programme Femmes, paix et sécurité.  Elle sera accompagnée de Naheed Fareed, une ancienne parlementaire afghane, ainsi que de Mariam Safi, Directrice exécutive de l’Organisation pour la recherche et les études sur le développement des politiques (DROPS selon l’acronyme anglais).  Elles se joindront à nous virtuellement pour faire des exposés dans le contexte de l’anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité et du débat public de demain sur les femmes, la paix et la sécurité.

« Production Gap Report », le rapport du PNUE (en anglais)

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié aujourd’hui son rapport 2021 « Production Gap Report ».  Ce rapport révèle que, malgré de plus fortes ambitions climatiques et davantage d’engagements à zéro émission, les gouvernements prévoient toujours de produire plus du double de la quantité de combustibles fossiles en 2030 par rapport à ce qui serait compatible avec la limitation du réchauffement climatique à 1,5°C.

Au cours des deux prochaines décennies, les gouvernements prévoient collectivement une augmentation de la production mondiale de pétrole et de gaz et une diminution modeste de la production de charbon.

Le rapport montre également que les pays ont consacré plus de 300 milliards de dollars de nouveaux fonds aux activités liées aux combustibles fossiles depuis le début de la pandémie de COVID-19, soit plus qu’ils ne l’ont fait pour l’énergie propre.

Le Secrétaire général a constaté, avec ce rapport, qu’il reste encore un long chemin à parcourir pour parvenir à un avenir énergétique propre.  Il a jugé urgent que tous les financiers publics restants ainsi que les financements privés, y compris les banques commerciales et les gestionnaires d’actifs, passent du financement du charbon à celui des énergies renouvelables afin de promouvoir la décarbonisation complète du secteur de l’électricité et l’accès aux énergies renouvelables pour tous.

Le rapport complet en disponible en ligne.

Conseil de sécurité

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur la situation dans la région des Grands Lacs, l’Envoyé spécial du Secrétaire général, Huang Xia, a déclaré que la région était à la croisée des chemins.  Il a réaffirmé que la principale menace à la paix et à la stabilité reste la persistance des groupes armés.  Mais, a ajouté M. Xia, les initiatives bilatérales et régionales attestent de la prise de conscience de la valeur ajoutée du dialogue et de la coopération.  Plus que jamais, a-t-il dit, il est nécessaire de consolider ces acquis.

En ce qui concerne la COVID-19, il a déclaré que la pandémie avait exacerbé les vulnérabilités, mais également démontré la résilience des sociétés de la région.  Il a réitéré l’appel du Secrétaire général à une plus grande solidarité pour faciliter l’accès aux vaccins et renforcer les systèmes et structures de santé existants.

La Sous-Secrétaire générale pour l’Afrique aux Départements des affaires politiques et de consolidation de la paix et des opérations de paix, Martha Ama Akyaa Pobee, s’est également entretenue avec les membres du Conseil.  

Cet après-midi, le Conseil de sécurité tiendra une réunion sur la Somalie, suivie de consultations sur le Liban.

Somalie

Nos collègues humanitaires en Somalie signalent que les chocs climatiques aggravent la situation dans le pays, qui se prépare à une troisième saison consécutive des pluies inférieure à la moyenne.  En conséquence, la récolte céréalière de novembre dans le nord-ouest de la Somalie devrait être inférieure de 63% aux niveaux moyens de la dernière décennie.  Et plus de 250 000 personnes sont confrontées à de graves pénuries d’eau, dont la moitié dans l’État du Djoubaland.  On note aussi que les pâturages pour bétail se réduisent, ce qui affecte la sécurité alimentaire et la nutrition des personnes vulnérables.

Sans aide humanitaire, près de 3,5 millions de personnes en Somalie seront confrontées à des crises ou à des niveaux d’insécurité alimentaire plus élevés d’ici à la fin de l’année.  Environ 1,2 million d’enfants de moins de 5 ans sont également susceptibles de souffrir de malnutrition aiguë – parmi ceux-ci, plus de 213 000 devraient être gravement mal nourris.

L’eau, la nourriture et l’aide sanitaire sont les besoins humanitaires les plus urgents, selon nos partenaires sur le terrain.  Les organisations humanitaires transportent de l’eau par camion, fournissent des bons d’achat et livrent des fournitures nutritionnelles aux personnes dans le besoin. 

Ils sont toutefois considérablement limités par les niveaux de financement les plus bas en cinq ans.  Le Plan de réponse humanitaire 2021 de la Somalie n’est financé qu’à 50%.

 

 

Éthiopie

Les agences humanitaires se disent alarmées par l’escalade du conflit dans le nord de l’Éthiopie et de son impact sur les civils, spécialement après les bombardements aériens à Mekelle, au Tigré aujourd’hui.

Les premières informations font état de blessés, y compris des femmes et des enfants, et les agences essayent de collecter davantage de données.

Plus de 5,2 millions de personnes au Tigré, soit 90% de la population, ont besoin d’une aide vitale, dont les près de 400 000 personnes plongées dans la famine.

L’ONU réitère son appel à toutes les parties au conflit pour qu’elles désamorcent la situation au Tigré, à Amhara et à Afar et évitent d’autres victimes et souffrances civiles.

Les besoins humanitaires augmentent aussi à Amhara et à Afar, en raison de la propagation du conflit.

Toutes les parties à ce conflit doivent respecter le droit international humanitaire et assurer la protection des personnes et infrastructures civiles.

Environ 30% du personnel de l’ONU en Éthiopie est déployé dans plusieurs régions, y compris au Tigré.  L’ONU et ses partenaires humanitaires sont là et continuent de travailler. 

Par mesure de sécurité, un petit nombre de fonctionnaires de l’ONU a été réinstallé, soit 100 personnes et 17 dépendants.  À ce stade l’ONU compte près de 400 membres de son personnel au Tigré, déterminés à fournir une aide vitale aux gens les plus vulnérables.  L’on compte également près 2 000 membres d’ONG nationales et internationales dans la région. 

Dans tout le pays, l’équipe de l’ONU note de multiples problèmes sécuritaires qui font augmenter le nombre des déplacés en besoin d’aide humanitaire.

Syrie

L’ONU est profondément préoccupée par l’intensification des hostilités, ces derniers mois, dans le nord-ouest, et par l’impact qu’elle a sur les civils.

Hier, des tirs d’artillerie ont été signalés à Edleb, tuant un civil et blessant quatre autres.  Les mêmes tirs ont aussi été signalés dans d’autres parties d’Edleb, dans l’ouest d’Alep.

Aujourd’hui, plusieurs civils ont perdu la vie dans la ville d’Ariha, dans le sud de la ville d’Edleb.

La dernière escalade représente l’intensification la plus importante des conflits dans le nord-ouest de la Syrie depuis l’accord de cessez-le-feu de mars 2020.

 

 

L’ONU condamne toutes les violences en Syrie et rappelle aux parties au conflit leur obligation de respecter le droit humanitaire international, dont l’interdiction d’attaques aveugles et l’obligation de prendre toutes les précautions possibles pour éviter et minimiser l’impact du conflit sur les personnes et infrastructures civiles.

Cabo Verde/COVID-19

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Ana Graca, continue d’aider les autorités à traiter de l’impact sanitaire et socioéconomique de la pandémie de COVID-19. 

À ce stade, près de 80% des Caboverdiens de plus de 18 ans ont au moins reçu une première dose de vaccin et près de la moitié d’entre eux, sont pleinement vaccinés.  Les agences de l’ONU ont fourni un appui stratégique à la campagne nationale de vaccination.  Cabo Verde a reçu plus de 700 000 doses de vaccin, par le Mécanisme COVAX et par l’aide bilatérale, ce qui est suffisant pour vacciner presque toutes les personnes éligibles.

L’équipe de pays aide les établissements de santé, les étudiants, avec l’apprentissage à distance et les enfants, avec la fourniture de repas, entre autres efforts. 

Carte mondiale des sols touchés par la salinisation

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé aujourd’hui la Carte mondiale des sols touchés par la salinisation, un outil clef qui permettra de mettre fin à ce phénomène et de stimuler la productivité.  La FAO indique que la carte, fruit d’un projet conjoint réunissant 118 pays et des centaines de collecteurs de données, permet aux experts de localiser les zones où il convient d’adopter des pratiques de gestion durable des sols afin de prévenir la salinisation et la sodification et de gérer durablement les sols touchés par la salinisation.

La Carte fournit également des informations aux responsables politiques dans le cadre de projets portant sur l’adaptation aux changements climatiques et sur l’irrigation.

Conférence de presse

Mme Raychelle Awuor Omamo, Secrétaire d’État aux affaires étrangères du Kenya, a parlé aujourd’hui à la presse, à la sortie du Conseil de sécurité qui examinait la situation dans la région des Grands Lacs.

Par ailleurs, la Représentante permanente des États-Unis, Mme Linda Thomas-Greenfield, a répondu aux questions sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC).  

Demain, l’invitée du Point de presse sera Mme Christine Schraner Burgener, Envoyée spéciale du Secrétaire général pour le Myanmar.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.