Imprimer
Dbf211112
12 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

COP26

À la Conférence sur les changements climatiques à Glasgow, le Secrétaire général a rencontré aujourd’hui divers groupes de négociation, dont la High Ambition Coalition, le Groupe des pays les moins avancés (PMA), les ministres du G77 + Chine, et l’Alliance des petits États insulaires en développement.  Il continue à réclamer des objectifs plus ambitieux sur tous les fronts, y compris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’adaptation, l’atténuation et le financement pour les pays en développement.

Libye

Le Secrétaire général s’est adressé par message vidéo à la Conférence de Paris sur la Libye qui se tient en ce moment.  Il a déclaré que la conférence avait un objectif primordial: saisir ce moment pour la paix.  Une paix que le peuple libyen s’est vu refuser pendant trop longtemps.

Il a noté que la majorité des Libyens soutiennent la tenue des élections prévues pour le 24 décembre.  À ce jour, près de trois millions de personnes se sont inscrites pour voter.  Leurs aspirations et leur détermination à participer à des élections libres et équitables doivent être satisfaites, a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général a vivement exhorté les Libyens à se rassembler dans un esprit d’unité nationale, à surmonter les divergences qui subsistent et à forger un consensus sur le cadre juridique des élections, en consultation avec toutes les institutions nationales concernées, en respectant leurs règles et procédures.  Il a appelé tous les partis libyens à participer au processus électoral et à respecter les résultats des élections.

Le Secrétaire général a également exhorté tous ceux qui ont du pouvoir et de l’influence sur la situation à faire passer le bien-être et la prospérité de la nation avant leurs intérêts personnels.  Toute partie qui sape ou sabote délibérément la paix doit être tenue pour responsable, a-t-il déclaré.  

Conseil de sécurité

Ce matin, au Conseil de sécurité, M. Jean-Pierre Lacroix, le Chef du Département des opérations de paix, a fait le point sur la Force conjointe du G5 Sahel.  Il a déclaré que la situation dans la région est restée instable et que les civils continuent de payer le prix le plus élevé.

Les forces de sécurité des États membres du G5-Sahel font face à cette menace avec détermination et courage, a déclaré M. Lacroix.  Néanmoins, la Force du G5 Sahel continue également de faire face à des défis importants.

Nous demeurons convaincus, a déclaré M. Lacroix aux membres du Conseil, que seul un bureau d’appui dédié, financé par des contributions fixées, peut fournir à la Force conjointe le soutien dont elle a besoin.

Il a également réitéré l’appel du Secrétaire général à la création d’un forum politique dédié pour promouvoir l’appropriation régionale et un soutien international renforcé, tout en veillant à ce que les opérations de la Force soient alignées sur les processus politiques importants, y compris la mise en œuvre de l’Accord sur la paix et la réconciliation au Mali. 

Avant cette réunion, le Conseil de sécurité a également voté la prolongation d’un an du mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Yémen

Le porte-parole adjoint a déclaré que l’ONU était au courant des informations faisant état du retrait des forces du Gouvernement du Yémen des zones situées au sud de la ville de Hodeïda jusqu’au district de Touheïta, et des indications selon lesquelles les forces houthistes se sont maintenant déplacées dans une grande partie des zones libérées.

L’ONU n’a pas été informée à l’avance de ces mouvements.  Néanmoins, la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH) suit la situation de près et assure la liaison avec les parties pour établir les faits sur le terrain et répondre, si nécessaire, conformément à son mandat.

L’ONU appelle toutes les parties au conflit à garantir la sûreté et la sécurité des civils dans et autour des zones où des changements se sont produits dans les lignes de front.

Myanmar

Concernant le Myanmar, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme a déclaré que la condamnation aujourd’hui du journaliste Danny Fenster et la lourde peine prononcée contre lui par un tribunal militaire, à la suite d’un procès inéquitable à huis clos, est emblématique du sort plus large des journalistes qui subissent une répression constante depuis la prise de pouvoir militaire le 1er février.

Mme Bachelet a déclaré qu’au moins 126 journalistes, responsables de médias ou éditeurs ont été détenus par l’armée depuis le 1er février, dont 47 sont toujours en détention.  Vingt de ces personnes ont été inculpées de crimes en raison de leur travail en tant que journalistes.  Neuf médias ont vu leur licence révoquée et 20 autres ont dû suspendre leurs activités.  Des dizaines de journalistes resteraient cachés en raison de mandats d’arrêt non exécutés.

La Haute-Commissaire a déclaré que les dirigeants militaires tentaient clairement de réprimer les tentatives des journalistes de rendre compte des graves violations des droits humains perpétrées à travers le Myanmar, ainsi que de l’ampleur de l’opposition au régime.  Elle a ajouté que les attaques contre les journalistes et les médias exacerbent encore la vulnérabilité de larges secteurs de la société qui dépendent d’informations précises et indépendantes.

Toujours au Myanmar, nos collègues sur le terrain nous disent que plus de 12 millions d’enfants n’ont pas eu accès à un enseignement organisé depuis plus de 18 mois, ce qui entraîne de graves conséquences pour leur éducation et leur bien-être. 

L’UNICEF s’efforce de faire en sorte que les enfants ne soient pas coupés d’un tel enseignement et, en collaboration avec des partenaires, distribue du matériel pédagogique à près de 300 000 enfants dans plusieurs États et régions afin qu’ils puissent poursuivre leurs études à domicile.  L’UNICEF a également aidé à fournir un enseignement sûr et continu à plus de 180 000 enfants dans des zones de minorités ethniques avec du matériel pédagogique à domicile et un soutien.

Afghanistan

Aujourd’hui, dans une déclaration, la Directrice générale de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore, a déclaré qu’elle était profondément préoccupée par les informations selon lesquelles le mariage des enfants est en augmentation en Afghanistan.  Elle a déclaré que l’UNICEF a reçu des rapports crédibles de familles offrant des filles aussi jeunes que 20 jours pour un futur mariage en échange d’une dot.

Mme Fore a noté que l’UNICEF estime que 28% des femmes afghanes âgées de 15 à 49 ans ont été mariées avant l’âge de 18 ans.  Maintenant que la majorité des adolescentes ne sont plus autorisées à retourner à l’école, le risque des mariages d’enfants est encore plus élevé.

Elle a déclaré que l’UNICEF a lancé un programme d’aide en espèces pour aider à compenser le risque de faim, de travail des enfants et de mariage d’enfants parmi les familles les plus vulnérables.  L’UNICEF prévoit d’étendre ce programme et d’autres programmes de services sociaux dans les mois à venir.

Pour leur part, nos collègues humanitaires et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont rencontré hier des réfugiés qui sont rentrés dans la province afghane de Baghlan.  Un millier de familles environ se sont installées dans une zone de retour et de réintégration du HCR.

Cette semaine, le Programme alimentaire mondial (PAM) a achevé l’enregistrement de 148 000 personnes dans le cadre de son programme de soutien saisonnier dans huit districts de la province du Badakhshan.  Le PAM a également distribué divers produits alimentaires à 10 500 personnes, et d’autres distributions sont à venir.

Niger

Aujourd’hui au Niger, le Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, M. Mahamat Saleh Annadif, et le Premier Ministre du Niger, M. Ouhoumoudou Mahamadou, ont lancé une initiative visant à renforcer la cohésion sociale et à consolider le dialogue national dans le pays.

Ce projet fait partie de la stratégie de l’ONU pour la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

M. Annadif a décrit l’initiative comme une opportunité de mobiliser les énergies pour contribuer au renforcement de la cohésion sociale au Niger et dans la région.  Il a ajouté que la cohésion sociale représente un effort quotidien, surtout dans un contexte fragilisé par l’insécurité créée par les groupes armés et autres réseaux criminels.

Soudan du Sud

Le Coordonnateur humanitaire par intérim au Soudan du Sud, M. Arafat Jamal, a mis en garde aujourd’hui contre une urgence climatique dans le pays, appelant à un investissement accru dans la réduction des risques de catastrophe et l’adaptation aux changements climatiques afin d’éviter les fortes inondations annuelles.

M. Jamal s’est récemment rendu dans les États du Jongleï et de l’Unité, où il a rencontré des personnes touchées par les inondations.

Il a déclaré que de vastes régions du Soudan du Sud sont désormais sous l’eau, avec plus de 780 000 personnes touchées depuis mai.

Des communautés entières ont été forcées de se déplacer vers des terrains plus élevés pour échapper aux eaux de crue.  De nombreuses personnes déracinées par les inondations de cette année avaient déjà été déplacées par les affrontements et les inondations de l’année dernière.

Les organisations humanitaires aident les personnes touchées par les inondations en fournissant de la nourriture, des abris, des comprimés de purification de l’eau, des médicaments et d’autres articles.

Le Soudan du Sud est classé parmi les cinq pays au monde les plus vulnérables face aux changements climatiques.  L’insécurité alimentaire atteint des niveaux record.  Le pays connaît régulièrement des pluies torrentielles, des inondations saisonnières et des infestations acridiennes, et ce sont les personnes les plus vulnérables qui en souffrent le plus.

Syrie

Le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), M. David Beasley, a conclu une visite de trois jours en Syrie, au cours de laquelle il a rencontré des familles vulnérables recevant une aide alimentaire du PAM à Alep.

M. Beasley a averti que plus de Syriens sont en proie à la faim aujourd’hui qu’à aucun autre moment au cours de la décennie de conflit dans leur pays.  Il a blâmé une combinaison mortelle de conflit, de changements climatiques, de COVID-19 et d’augmentation des coûts de la nourriture et du carburant.

Quelque 12,4 millions de personnes -près de 60% de la population- sont désormais en situation d’insécurité alimentaire et ne savent pas d’où viendra leur prochain repas.  Il s’agit d’une augmentation de 57% depuis 2019 et du nombre le plus élevé jamais enregistré dans l’histoire de la Syrie.

Le PAM assiste chaque mois plus de cinq millions de personnes avec une aide alimentaire à travers la Syrie.  Mais l’agence est confrontée à de graves contraintes de financement et a récemment dû réduire la taille de la ration alimentaire mensuelle que les familles reçoivent.  Le PAM n’est financé qu’à 31% et a besoin d’urgence de près de 480 millions de dollars pour les six prochains mois.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Unaisi Lutu Vuniwaqa, des Fidji, au poste de Sous-Secrétaire générale à la sûreté et à la sécurité.  Mme Vuniwaqa succède à Mme Nóirín O'Sullivan, de l’Irlande, que le Secrétaire général remercie pour sa contribution et son dévouement.

En tant qu’adjointe du Secrétaire général adjoint à la sûreté et à la sécurité, la Sous-Secrétaire générale sera responsable de la gestion courante et apportera son concours à la direction et à la gestion globales du Département.

Mme Vuniwaqa a plus de 35 ans d’expérience dans le maintien de l’ordre aux niveaux national et international.  Elle a récemment occupé le poste de Directrice générale de la police et Chef de la composante Police des Nations Unies au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), jouant un rôle déterminant pour promouvoir des initiatives sensibles aux questions de genre en matière de police, qui ont permis d’atteindre rapidement les objectifs de parité des sexes au sein du personnel en tenue fixés pour 2028.  Elle a été auparavant Commissaire adjointe à l’administration de la police dans les forces de police des Fidji, après avoir commencé sa carrière dans la police en 1986 et gravi les échelons, occupant depuis divers postes opérationnels et de gestion, notamment en matière de planification stratégique, de formation, de ressources humaines et de police communautaire.

Mme Vuniwaqa est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires de l’Université du Pacifique Sud des Fidji.

75e anniversaire de l’UNESCO

C’est aujourd’hui le soixante-quinzième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).  Dans un message, le Secrétaire général note que l’UNESCO a été conçue comme un pilier du système des Nations Unies; l’Organisation est née après l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité.

Le Secrétaire général souligne qu’à une époque de grandes inégalités, de crises environnementales, de polarisation et de pandémie mondiale, le rôle de l’UNESCO est plus que jamais essentiel pour rétablir la confiance et la solidarité.  Et pour assurer un meilleur accès à l’éducation pour tous, promouvoir la diversité culturelle et orienter le progrès technologique pour le bien commun, ajoute-t-il.

Le Secrétaire général a déclaré que chacun de ces efforts témoignait de l’importance de l’UNESCO au centre d’un multilatéralisme plus interconnecté, inclusif et efficace - qui offre des avantages tangibles aux populations du monde entier.

Journée mondiale de lutte contre le diabète

Dimanche est la Journée mondiale de lutte contre le diabète et le thème cette année est « accès aux soins ».

Un rapport publié aujourd’hui à cette occasion par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne que 100 ans après sa découverte, l’insuline demeure hors de portée pour de nombreuses personnes atteintes de diabète.  D’après le rapport, les prix élevés, la faible disponibilité de l’insuline humaine, le petit nombre de producteurs dominant le marché de l’insuline et la faiblesse des systèmes de santé sont les principaux obstacles à l’accès universel.

Une personne sur deux ayant besoin d’insuline pour le diabète de type 2 ne peut en obtenir.

Invités du Point de presse

Les invités du Point de presse étaient aujourd’hui le conseiller pour les questions de police et Directeur de la police des Nations Unies (UNPOL), M. Luís Carrilho, et les chefs de la police de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et de la Force intérimaire de sécurité à Abyei (FISNUA), M. Mody Berethe, et Mme Violet Lusala respectivement.  Ils ont informé les journalistes des événements qui se sont déroulés pendant la Semaine de la police des Nations Unies.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.