Imprimer
SC/14521
16 mai 2021

Conseil de sécurité: la grave escalade à Gaza et en Israël fait craindre un risque « terrible » de radicalisation et d’extrémisme « dans toute la région »

Une semaine de conflit, 177 Palestiniens et 10 Israéliens tués par les frappes israéliennes et les tirs de roquettes palestiniens depuis Gaza, a compté le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à la réunion que le Ministre chinois des affaires étrangères, dont le pays préside le Conseil de sécurité ce mois-ci, a convoqué ce dimanche, après deux séances à huis-clos, comme l’a rappelé l’Inde.  Compte tenu de l’intensification de la violence en Cisjordanie et des tensions dans le nord d’Israël, le Coordonnateur spécial a dit craindre, devant les Ministres jordanien et égyptien, un risque « terrible » de radicalisation et d’extrémisme dans toute la région.   

M. Tor Wennesland a indiqué que depuis le 10 mai le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres militants ont lancé 2 900 roquettes et mortiers sans discrimination depuis la bande de Gaza vers Israël.  L’Inde, qui a perdu une de ses ressortissantes, a souligné qu’après ses deux séances à huit clos depuis le début des hostilités, le Conseil de sécurité a dû tenir cette réunion publique face à une situation qui menace d’échapper à tout contrôle.  Le Coordonnateur spécial a signalé qu’en réponse aux tirs de roquettes, l’armée israélienne a mené plus de 950 frappes contre des « cibles militantes ».   

Il s’est inquiété de l’aggravation de la violence en Cisjordanie occupée et a alerté que le 14 mai et ses 11 morts a été la journée la plus sanglante depuis 2008.  M. Wennesland a appelé à une pause dans les combats et a dit craindre un risque « terrible » de radicalisation et d’extrémisme dans toute la région, avant que la France ne fasse en effet part d’« un autre développement inquiétant », à savoir les tirs depuis le Sud-Liban et la Syrie. 

Les combats poussent Israéliens et Palestiniens dans une spirale de violence aux conséquences « dévastatrices » pour toute la région, a alerté, à son tour, le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, qui a dit travailler avec les parties pour obtenir un cessez-le-feu.  Israël, a demandé le Ministre palestinien des affaires étrangères, pensait-il que ses troupes qui prennent d’assaut le plus saint des sites, la mosquée Al-Aqsa, le plus saint des mois, le Ramadan, et la nuit la plus sainte, la nuit du destin, n’auraient aucune conséquence?  Pensait-il que les Palestiniens accepteraient de vivre dans des enclaves et d’attendre que les colons s’emparent de la maison voisine?  S’attendait-il à ce que les Palestiniens vivent avec l’occupation, ses murs, ses blocus, ses colonies et ses prisons? a martelé M. Riad Al Malki.  

Que feriez-vous, a demandé à son tour Israël, si des milliers de roquettes terroristes ciblaient vos parents et vos enfants?  Ce n’est pas la première fois que le Hamas s’en prend aveuglément à des civils mais cette fois, a prévenu Israël, « la donne a changé ».  Les dernières attaques du Hamas relèvent d’une stratégie préméditée visant non seulement à détruire Israël mis aussi à prendre le pouvoir en Cisjordanie. 

L’escalade actuelle, a rétorqué la Tunisie, est le résultat des « décisions injustes des autorités d’occupation » d’expulser des familles palestiniennes du cœur de Jérusalem-Est, de Cheik Jarrah et de Silwan, et de leur objectif de judaïser la ville de Jérusalem.  Où sont-ils, a encore demandé le Ministre palestinien des affaires étrangères, ceux qui ont dit que la paix peut être réalisée sans les Palestiniens et à leurs dépens?  Les évènements de cette semaine nous rappellent à nouveau les conséquences de « notre inertie collective », a tranché le Ministre des affaires étrangères de l’Irlande, M. Simon Coveney.  

Nous avons, a souligné la France, entamé des démarches auprès des acteurs concernés, au cours des derniers jours.  Le Président Emmanuel Macron, a-t-elle précisé,  s’est entretenu avec le Premier Ministre israélien et le Président palestinien pour faciliter un retour au cessez-le-feu à Gaza.  Face à la gravité et l’urgence de la situation, ce Conseil doit s’unir, a exigé la France, estimant que c’est aujourd’hui la seule priorité.  Or, à ce jour, a regretté le Ministre chinois des affaires étrangères, le Conseil n’a pas pu s’exprimer d’une seule voix, en raison de « l’obstruction » d’un de ses membres.  Le Président Jo Biden, se sont défendus les États-Unis, s’est entretenu hier avec le Premier Ministre Benyamin Netanyahu et le Président Mahmoud Abbas et nous exhortons toutes les parties à éviter des actes qui peuvent compromettre un avenir pacifique, dont les démolitions et la construction de colonies à l’est des lignes de 1967.   

Le Président américain, a ajouté la Ligue des États arabes, doit peser de tout son poids et lever tous les doutes sur le risque de voir Israël « obtenir tout, en échange de rien ».  Il est temps d’agir, a renchéri le Niger, car si nous permettons la création de « bantoustans » au lieu d’un État palestinien viable et indépendant, nous aurons semé la graine de la haine et de la violence.   La seule voie de sortie, a prescrit le Secrétaire général, c’est le retour à la table des négociations avec pour objectif la solution des deux États, vivant côte à côte dans la paix et la reconnaissance mutuelle, avec Jérusalem comme capitale commune.   

Au nom du Groupe des pays arabes, l’Algérie a salué les efforts du Comité ministériel du Conseil de la Ligue des États arabes et les efforts « inlassables » de l'Égypte et de la Jordanie.  Elle a milité pour la convocation d’une conférence internationale afin de relancer le processus de paix, conformément à la demande du Président Mahmoud Abbas.  En attendant, le Vice-Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Sergey Vershinin, a rappelé la proposition de son pays d’organiser une réunion ministérielle du Quatuor pour le Moyen-Orient, avec la participation des pays phares de la région.  Il a aussi jugé urgent de surmonter la division dans les rangs palestiniens, en vue de parvenir à l’unité nationale.    

Une mise en garde est venue d’Israël: le Conseil de sécurité peut créer une « équivalence immorale » entre les actions d’une démocratie et celles d’une organisation terroriste et s’il fait ce choix, le Hamas aura gagné, au détriment de l’Autorité palestinienne, sapant toute chance d’un dialogue.   « Vous pouvez opter pour un avenir de paix qui passe par la démilitarisation de la bande de Gaza plutôt que par la destruction de l’État d’Israël.  « À vous de choisir, le monde vous regarde ».  

Nous nous réunissons aujourd’hui dans le contexte de la plus grave escalade à Gaza et en Israël qu’on n’ait vu depuis des années, a alerté le Secrétaire général de l’ONU, M. ANTÓNIO GUTERRES.  Les hostilités en cours sont « horribles » et ne font que causer morts, destructions et désespoir, sans oublier qu’elles nous éloignent de tout espoir de paix et de coexistence.  Les combats doivent cesser et ils doivent cesser immédiatement, a martelé le Secrétaire général.  Les tirs de roquettes et de mortiers, d’une part, et les tirs d’artillerie et les bombardements aériens, d’autre part, doivent cesser.  Les Nations Unies, a-t-il assuré, travaillent avec toute les parties pour obtenir un cessez-le-feu immédiat. 

Horrifié par le nombre croissant de victimes parmi les civils palestiniens, y compris des femmes et des enfants, et déplorant les victimes israéliennes des roquettes lancées depuis Gaza, le Secrétaire général s’est également dit profondément préoccupé par les affrontements violents entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, où des familles palestiniennes sont menacées d’expulsion.  En Israël, la violence perpétrée par les groupes de type « justiciers » et « gangs » ajoutent une dimension horrible à une crise déjà en détérioration.  Les dirigeants des deux côtés ont la responsabilité de faire taire les discours incendiaires et d’apaiser les tensions. 

Les combats poussent Israéliens et Palestiniens dans une spirale de violence aux conséquences dévastatrices pour leur communauté et toute la région.  Cette spirale peut causer une crise sécuritaire et humanitaire et encore plus d’extrémisme, non seulement dans le Territoire palestinien occupé et en Israël, mais aussi dans la région.  

Ce bain de sang, cette terreur et ces destructions « insensés » doivent cesser immédiatement, a encore martelé le Secrétaire général.  Toutes les parties doivent respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme ainsi que le statu quo sur les lieux saints. 

La seule voie de sortie, a souligné le Secrétaire général, c’est le retour à la table des négociations avec pour objectif la solution des deux États, vivant côte à côte dans la paix et la reconnaissance mutuelle, avec Jérusalem comme capitale commune, conformément aux résolutions des Nations Unies, au droit international et aux accords antérieurs.  Seule une solution politique négociée et durable mettra une fois pour toutes fin à ces cycles dévastateurs de violence et conduira à une paix pour les Palestiniens et les Israéliens, a conclu le Secrétaire général. 

M. TOR WENNESLAND, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient et Représentant personnel du Secrétaire général, a cité un bilan humain d’une semaine de confrontation déjà trop élevé avec 177 Palestiniens et 10 Israéliens tués par les frappes israéliennes et les tirs de roquettes palestiniens.  Depuis le 10 mai, selon des sources officielles israéliennes, le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres militants ont lancé 2 900 roquettes et mortiers sans discrimination depuis la Bande de Gaza vers Israël.  M. Wennesland a indiqué que 9 Israéliens, dont 5 femmes et 2 enfants, et un ressortissant indien ont été tués.  Le Cabinet du Premier Ministre israélien a fait état de plus de 250 blessés, dont 23 gravement.  Bien qu’un nombre important de roquettes aient été interceptées par le système « Dôme d’acier », M. Wennesland a dit que 450 de ses roquettes palestiniennes sont tombées dans des zones résidentielles ou commerciales en Israël. 

M Wennesland a indiqué qu’en réponse aux attaques à la roquette des militants palestiniens qui ont commencé le 10 mai, l’armée israélienne a mené plus de 950 frappes contre ce qu’elle nomme des « cibles militantes », dont des usines et des dépôts d’armes, des réseaux de tunnels, des installations de formation du Hamas, des quartiers généraux et bureaux de renseignement et de sécurité et des maisons d’agents du Jihad islamique.  Selon l’armée israélienne, « ces frappes ont tué plus de 100 membres, y compris des commandants supérieurs ». 

S’inquiétant de l’impact de ces combats sur les civils, le Coordonnateur spécial a cité les autorités sanitaires de Gaza qui rapportent que 177 Palestiniens, dont au moins 44 enfants, 31 femmes et une personne handicapée, ont été tués et 1 200 blessés lors de ces frappes.  Plus de 34 000 personnes ont fui et plus de 40 écoles de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) sont désormais ouvertes à Gaza en tant qu’abris, avec un accès limité à l’eau mais sans accès aux soins de santé ou à la nourriture.  À la suite des opérations militaires, 7 usines, 40 écoles et un centre de santé ont été détruits totalement ou partiellement et au moins 18 bâtiments, dont 4 tours, dont une abritant des médias internationaux, ont été détruits et plus de 350 bâtiments endommagés.  

Selon Tsahal, ces bâtiments contenaient des installations militaires du Hamas, a précisé M. Wennesland avant de regretter que plusieurs maisons aient été frappées ce dimanche matin, faisant 12 morts et 50 blessés.  Hier, 9 membres d’une même famille palestinienne, dont 2 femmes et 7 enfants, sont morts dans le camp d’al-Shati, alors qu’en Israël, un garçon de 5 ans a été tué par une roquette à Sderot et une fille de 16 ans et son père ont été tués à Lod.  De telles tragédies sont inacceptables et ne peuvent être justifiées, s’est alarmée M. Wennesland avant de prévenir qu’une nouvelle intensification des hostilités aurait des conséquences dévastatrices tant pour les Palestiniens que pour les Israéliens. 

Mettant l’accent sur la détermination de l’ONU de travailler avec toutes les parties pour rétablir le calme, M. Wennesland a réitéré l’appel urgent lancé par le Secrétaire général à Israël et aux groupes armés palestiniens pour qu’ils prennent des mesures immédiates et décisives pour désamorcer la situation et éviter de nouvelles pertes en vies humaines.  Après avoir rappelé que le lancement aveugle de roquettes et de mortiers par le Hamas depuis des quartiers civils très peuplés vers des quartiers résidentiels en Israël constitue une violation du droit international humanitaire, M. Wennesland a aussi exhorté les autorités israéliennes à respecter les principes du droit international humanitaire, régissant les conflits armés, y compris le recours proportionnel à la force, et à faire preuve de la plus grande retenue pour épargner les civils.   

Par ailleurs, M. Wennesland s’est inquiété de l’aggravation de la violence en Cisjordanie occupée, dont Jérusalem-Est.  Illustrant son propos, il a indiqué que 19 Palestiniens ont été tués, dont 2 enfants, et que quelque 4 074 Palestiniens ont été blessés par les forces de sécurité israéliennes dans des affrontements ou d’autres incidents depuis le 10 mai.  À cette date, des milliers de Palestiniens se sont affrontés avec la police israélienne dans et autour de la sainte esplanade et d’autres parties de la vieille ville, a précisé M. Wennesland avant de citer 650 Palestiniens blessés par des balles métalliques recouvertes de caoutchouc et d’autres moyens de contrôle des foules ainsi que 32 blessés du côté des forces israéliennes. 

Le 14 mai, la violence s’est intensifiée alors que les Palestiniens organisaient une « Journée de la colère » pour soutenir Gaza.  Des affrontements entre Palestiniens et les forces de sécurité israélienne ont eu lieu à Qalqilyia, Ramallah, Naplouse, Bethléem, Hébron et des dizaines d’autres endroits.  Onze Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes au cours de cette seule journée, M. Wennesland a précisé qu’il s’agit du plus grand nombre de morts palestiniens enregistrés en une seule journée en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, depuis que l’ONU a commencé à enregistrer des morts en 2008. 

Au niveau humanitaire, M. Wennesland a cité les dommages considérables causés aux infrastructures dans la bande de Gaza se traduisant par un manque d’électricité, une diminution de l’eau potable et du traitement des eaux usées affectant des centaines de milliers de personnes.  Le système de santé, déjà submergé par des pénuries chroniques de médicaments, en équipement inadéquat et la pandémie de COVID-19, sera probablement incapable de répondre aux besoins, d’autant plus que les hôpitaux sont confrontés à des pénuries d’équipement et d’électricité.  

Face à ce constat, il a jugé vital qu’Israël ouvre les points de passage pour le mouvement du personnel critique à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza.  M. Wennesland a appelé à une pause dans les combats.  Il a réitéré l’appel du Secrétaire général à la cessation immédiate des hostilités et a prévenu du risque « terrible » de radicalisation et d’extrémisme dans toute la région.  Le cycle de violences, a-t-il aussi prévenu, ne s’arrêtera qu’avec un règlement politique du conflit, dont la fin de l’occupation et la réalisation de la solution des deux États.  Il a réitéré son appel aux membres du Quatuor pour le Moyen-Orient, aux principaux partenaires arabes et internationaux, ainsi qu’aux dirigeants israéliens et palestiniens, pour qu’ils redoublent d’efforts pour revenir à des négociations constructives. 

Il n’existe pas de mots pour décrire les horreurs endurées par notre peuple, a déclaré d’emblée le Ministre des affaires étrangères et des expatriés de la Palestine ,M. RIAD AL MALKI, en prenant l’exemple du bébé de cinq mois, Omar Al Hadid de cinq mois, qui devra désormais vivre sans sa mère et ses frères Osama 6 ans, Abdelrahman 8 ans, Suheib 14 ans, tous tués par une frappe aérienne israélienne.  « Et sa famille n’est pas la seule ».  Lorsque vous embrasserez vos enfants et petits-enfants ce soir, pensez aux nôtres et à la façon dont vous pouvez honorer les morts et épargner la vie des autres.  Pensez à ce que cela fait de voir votre monde s’effondrer et de ne pas pouvoir les protéger.  « Pensez à ce que signifie de dormir sans savoir lequel de vous va se réveiller ». 

Chaque fois qu’un dirigeant étranger parle du droit d’Israël de se défendre, il l’encourage à continuer d’assassiner des familles entières dans leur sommeil.  Israël tue des Palestiniens à Gaza, une famille à la fois.  Israël essaie de déraciner les Palestiniens de Jérusalem, expulsant des familles, une maison, un quartier à la fois.  Israël persécute notre peuple, commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.  Conscient que certains ne veulent pas utiliser ces mots, alors même qu’ils savent qu’ils sont vrais, le Ministre a reproché à Israël d’être impitoyable et implacable dans la poursuite de sa politique coloniale. 

Le Ministre a posé deux questions: qu'est-ce que le peuple palestinien a le droit de faire pour résister à de telles politiques et se défendre?  La violence, lorsqu’elle est commise par des Palestiniens, est-elle terrorisme et quand elle est commise par Israël, légitime défense?  Qui doit arrêter les colons ou ceux qui résistent à leur présence et aux agressions?  Les manifestants palestiniens bénéficieront-ils d’une protection internationale ou seront-ils livrés aux balles et aux calomnies israéliennes?  M. Al Malki a également demandé si les Palestiniens pourront compter sur un soutien pour les enquêtes que pourrait lancer la Cour pénale internationale (CPI), ou cherchera-t-on encore des raisons pour s’y opposer, en protégeant les criminels de guerre et en privant les victimes palestiniennes de tout recours à la justice?  Les produits des colonies israéliennes seront-ils interdits ou continuera-t-on à poursuivre ceux qui appellent à leur boycott?  « Que sommes-nous en droit de faire si ce n’est d’espérer qu’un jour Israël sera prêt à mettre fin à son occupation dans ses propres termes et à négocier la paix? »

La deuxième question c’est: quels sont les outils que la communauté internationale est prête à déployer pour assurer le respect par Israël de ses obligations et la fin de son occupation, outils qu’elle utilise régulièrement dans d’autres conflits.  Le Ministre a parlé d’intervention militaire, de sanctions, de suspensions des relations bilatérales, de poursuite des auteurs de crimes, de déploiement d’une force de protection ou encore de l’imposition d’un embargo sur les armes?  La communauté internationale continuera-t-elle d’espérer convaincre la Puissance occupante de mettre fin à son occupation coloniale alors que l’histoire a prouvé qu’Israël n’est pas disposé à écouter? 

Israël continue de faire les mêmes choses et d’attendre un résultat différent.  Pensait-il que ses troupes qui prennent d’assaut le plus saint des sites, la mosquée Al-Aqsa, le plus saint des mois, le Ramadan, et la nuit la plus sainte, la nuit du destin, n’auraient aucune conséquence?  Pensait-il que les Palestiniens accepteraient de vivre dans des enclaves et d’attendre que les colons israéliens s’emparent de la maison voisine?  S’attendaient-ils à ce que les Palestiniens coexistent avec l’occupation, ses murs, ses blocus, ses colonies et ses prisons?  Il n'y a aucun peuple sur terre qui tolérerait cette réalité. 

Israël ne cesse de vous dire « mettez-vous à notre place? »  Mais Israël ne porte pas de chaussures, il porte des bottes militaires.  C'est une puissance occupante et coloniale.  Nous ne sommes pas deux voisins vivant côte à côte et en paix.  Israël est le voleur armé qui est entré dans notre maison et terrorise notre famille.  Il détruit nos maisons, opprime notre peuple, génération après génération, décennie après décennie, puis revendique un droit à la sécurité qu’il nous refuse. 

Que feriez-vous si votre pays était occupé, votre peuple persécuté, assiégé, massacré?  Rappelant que les Palestiniens ont fait le choix difficile de poursuivre un chemin pacifique vers la liberté, et qu’il est dans l’intérêt de tous que ce chemin soit couronné de succès, le Ministre a insisté sur le fait que cela ne pourra se faire sans qu’Israël « supporte le coût de l’occupation au lieu d’en récolter les fruits ». 

Combien de civils palestiniens tués faut-il pour une condamnation?  Israël n’est pas seulement une puissance occupante, c’est une puissance nucléaire, a poursuivi M. Al Malki, en évoquant son arsenal militaire, son « Dôme d’acier » et ses abris alors que le peuple à Gaza est assiégé, pris au piège, sans nulle part où aller et se réfugier.  Même les écoles de l’UNRWA dans lesquelles ils s’abritent sont vulnérables aux attaques israéliennes.  Ce sont les civils palestiniens qui ont besoin de protection.  Ils méritent compassion, solidarité et action, s’est-il impatienté. 

Le Ministre a parlé d’apartheid, « oui je dis bien apartheid, n’en déplaise à certains ».  Où sont-ils ceux qui ont proclamé avoir réalisé la paix au Moyen-Orient en négociant des accords entre des pays qui n’étaient même pas en guerre?  Où sont-ils ceux qui ont proclamé que la paix au Moyen-Orient pouvait être réalisée sans les Palestiniens et à leurs dépens?  Où sont-ils ces agents immobiliers qui ont décidé qu’ils pouvaient vendre ce qu’ils ne possédaient pas à ceux qui n’avaient aucun droit légitime? 

Les Palestiniens leur ont dit alors et le disent maintenant, « Jérusalem n'est pas à vendre ».  Nos racines sont profondes, notre histoire longue, notre héritage gravé dans chaque pierre, rue et ruelle de cette ville.  La guerre et la paix commencent à Jérusalem.  « Vous voulez sauver la paix, commencez par sauver Cheik Jarrah.  Protégez Haram al-Sharif des tentatives de le diviser temporellement et spatialement ».  Alors qu’Israël continue de proclamer que Jérusalem est la capitale unifiée d’Israël, le Ministre a demandé aux membres du Conseil s’ils avaient déjà vu une ville plus divisée?  L’alternative qu’Israël a choisie est l’apartheid.  « Oui l'apartheid », a martelé le Ministre pour lequel, un jour dans un proche avenir, même ce Conseil ne pourra plus nier cette réalité. « Agissez maintenant pour mettre fin à l’agression et à l’assaut contre notre peuple, nos maisons, nos terres.  Agissez maintenant pour que la liberté puisse prévaloir, pas l’apartheid. ».

Israël a commencé par citer le cas d’une adolescente de 16 ans, citoyenne israélienne arabe de Jérusalem et étudiante en biologie, qui a été tuée la semaine dernière dans sa chambre par une roquette du Hamas.  Dix personnes, arabes et juives, ont trouvé la mort en Israël du fait de ces tirs de roquettes et de missiles, a-t-il déploré, ajoutant que plusieurs centaines de ces engins ont aussi failli tomber sur la population de Gaza, que le Hamas utilise comme «  bouclier humain ».  « Que feriez-vous si des milliers de roquettes terroristes ciblaient vos parents et vos enfants?  Comment agiriez-vous face à une organisation aussi fanatique si elle bombardait Moscou, Dublin, Beijing ou Paris?  » a lancé Israël aux membres du Conseil.  Selon lui, ce n’est pas la première fois que le Hamas cible des civils aveuglément.  Mais « cette fois la donne a changé », a-t-il affirmé, voyant dans les attaques du Hamas une stratégie préméditée visant non seulement à détruire Israël mis aussi à prendre le pouvoir en Cisjordanie. Dénonçant la façon avec laquelle le Hamas a réagi au report, le mois dernier, des élections palestiniennes, la délégation a estimé qu’il paiera un « lourd prix » pour ses actions.  

Rappelant son attachement à l’état de droit, Israël a jugé la propagande du Hamas d’autant plus « inquiétante » que jamais cette organisation ne s’excuse pour ses tirs aveugles de roquettes contre des civils.  Il a également réfuté la thèse selon laquelle le « différend » sur la destruction de biens et les expulsions seraient à l’origine de ces tirs.  Quant aux soi-disant agressions contre des lieux saints, Israël a assuré que sa police a dû intervenir pour garantir que les croyants, juifs et musulmans, puisent pratiquer leur culte sans être menacés de violences.  Affirmant chérir la liberté de religion, Israël a fait remarquer que, pendant le Ramadan, des centaines de milliers de musulmans ont été libres de prier dans les lieux sacrés de Jérusalem.  Israël continue à respecter cette liberté et a même pris des mesures pour éviter que des juifs pénètrent sur ces sites, alors que le Hamas s’emploie à accentuer les tensions en tirant des roquettes, a pointé la délégation.  

Depuis des années, a poursuivi Israël, le Hamas utilise l’aide internationale pour abuser du peuple de Gaza.  Il a construit un réseau de tunnels souterrains qui passent sous des mosquées et des écoles, le but étant d’augmenter le nombre de victimes civiles quand Israël est contraint d’intervenir.  Le Hamas utilise aussi comme « boucliers » des immeubles qui hébergent des médias internationaux, a souligné la délégation, estimant que le Hamas « doit être tenu responsable de ce qui en découle ».  Adressant ses remerciements aux États-Unis et aux autres États qui ont soutenu le droit d’Israël à se défendre contre ces actes, elle a estimé qu’en agressant des civils israéliens et en se cachant derrière des civils palestiniens, le Hamas commet un « double crime ».  De son côté, a-t-elle fait valoir, Israël réagit à ces attaques aveugles en menant des « frappes ciblées » contre des objectifs militaires.  Afin de prévenir toute victime civile, nous envoyons des messages pour veiller à ce que chacun puisse sortir avant les tirs, a indiqué Israël.  

Pour la délégation, toute tentative visant à comparer Israël et le Hamas est « factuellement et juridiquement infondée ».  Israël fait tout son possible pour éviter de faire des victimes civiles, alors que le Hamas considère ces pertes comme une « victoire » dans son djihad et sa campagne destinée à gagner la « compassion internationale », a-t-elle accusé, jugeant par ailleurs inacceptables les violences perpétrées par cette « organisation terroristes » contre des Israéliens arabes.  De l’avis d’Israël, l’assaut du Hamas n’a pas été provoqué et constitue une « manipulation palestinienne ». 

Rappelant la récente signature d’accords avec quatre pays musulmans ainsi que son retrait de Gaza en 2005, Israël a constaté que ces différents efforts ont malheureusement « conduit au terrorisme du Hamas ».  Dans ce contexte, a-t-il souligné, le Conseil de sécurité est « à la croisée des chemins ».  Il peut créer une « équivalence immorale » entre les actions d’une démocratie et celles d’une organisation terroriste.  S’il fait ce choix, le Hamas aura gagné dans sa stratégie visant à frapper des civils israéliens en se cachant derrière des civils palestiniens.  « Cela renforcera le Hamas face à l’Autorité palestinienne et sapera les chances de dialogue », a mis en garde la délégation.  De plus, le cycle de violence se perpétuera et toutes les possibilités de paix seront réduites à néant.  Mais le Conseil de sécurité peut aussi « condamner sans équivoque » ces attaques et soutenir les « efforts héroïques » d’Israël pour se défendre.  Vous pouvez envoyer un message sans ambages au Hamas affirmant que la communauté internationale n’accepte plus sa stratégie et son « mécanisme de terreur », a conclu Israël.  Vous pouvez opter pour un avenir de paix qui passe par la démilitarisation de la bande de Gaza plutôt que par la destruction de l’État d’Israël.  « À vous de choisir, le monde vous regarde. » 

M. AYMAN SAFADI, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères de la Jordanie, a déclaré qu’Israël est responsable de la situation difficile dans les territoires palestiniens occupés et de tout ce qui a causé le bain de sang.  « Les hostilités doivent cesser et « les pratiques illégitimes d’Israël doivent cesser », a insisté le Ministre.  Ce dernier a exhorté le Conseil de sécurité à agir maintenant pour protéger les Palestiniens.  Il a estimé qu’une paix durable est une nécessité nationale et régionale, avant de préciser que la paix ne peut être le résultat des activités de colonisation qui constituent une violation grave et flagrante du droit international.  « La paix ne peut pas être obtenue en confisquant des territoires, en forçant les Palestiniens à partir ou en modifiant le statut historique des sites historiques de Jérusalem », a-t-il ajouté. 

Soulignant que la ville de Jérusalem et ses lieux saints sont sacrés, le Ministre a déclaré que « toute tentative de saper cette zone est une provocation pour deux milliards de musulmans ».  C’est pourquoi, il a estimé qu’il incombe à Israël de protéger le statu quo à Jérusalem, ainsi que l’identité arabe et islamique de ces lieux saints.  Le Conseil doit forcer Israël à respecter Cheik Jarrah, a-t-il dit, soulignant que, selon le droit international humanitaire, les habitants de Jérusalem-Est doivent être protégés.  « Nous parlons d’un crime de guerre », a-t-il dit, citant la résolution 478 (1980).  Après avoir rappelé que « l’occupation est la source du conflit et la principale menace à la paix, le Ministre a appelé Israël à respecter le droit international, les résolutions pertinentes de l’ONU, dont la résolution 2334 (2016).  Il a appelé à une solution prévoyant la création d’un État palestinien dans le respect des frontières du 4 juin 1967, conformément à l’Initiative de paix arabe et à diverses résolutions du Conseil de sécurité.  Il a exhorté le Conseil à lancer des négociations sérieuses visant à mettre fin à l’occupation et à consolider la paix, sur la base de l’initiative « terre contre paix » qu’Israël sape actuellement.  « Cette occupation inhumaine doit disparaître », a-t-il insisté, avant de souligner que la Jordanie cherche à travailler avec le Conseil pour instaurer une paix juste qui réponde aux besoins de tous ceux qui y vivent. 

Le Ministre des affaires étrangères de l’Égypte, M. SAMEH  SHOUKRY, a regretté que les premiers espoirs du processus de paix au Moyen-Orient se soient dissipés peu à peu face à une détérioration continue de la situation palestinienne.  Revenant sur des confrontations et provocations « sans précédent », pendant le mois du Ramadan sur l’esplanade sainte de la mosquée Al-Aqsa, ainsi que sur la situation à Cheik Jarrah, le Ministre a regretté « l’absence de sérieux » sur la solution des deux États.  Aujourd’hui on assiste à une opération militaire israélienne qui menace la paix et la sécurité de toute la région, s’est inquiété le Ministre, rappelant qu’il y a déjà eu de nombreuses victimes civiles. 

Il appartient au Conseil de sécurité d’œuvrer sans tarder à un apaisement de la situation « pour reprendre notre souffle » et relancer la mise en œuvre de la solution des deux États, seule solution viable, a exigé le Ministre pour lequel il n’y a pas lieu de « réinventer la roue ».  Il a dénoncé l’expansion des colonies israéliennes, les expulsions de citoyens arabes de Jérusalem-Est et le champ de bataille qu’est devenue l’esplanade sainte de la Mosquée Al-Aqsa.  Nous avons, a-t-il rappelé, œuvré à tous les niveaux pour un cessez-le-feu immédiat et nous demandons la montée en puissance du Quatuor pour le Moyen-Orient, ainsi que la protection des lieux saints.  Il est temps de faire des concessions, au nom de la paix, a conclu le Ministre. 

M. WANG YI, Conseiller d’État et Ministre des affaires étrangères de la Chine, a déploré l’escalade du conflit israélo-palestinien et ses nombreuses victimes, notamment des femmes et des enfants.  Face à cette « situation dangereuse », la communauté internationale doit empêcher que la région ne plonge davantage dans les troubles et tout faire pour préserver les vies humaines, a-t-il plaidé, jugeant que la question de Palestine ne pourra être réglée de manière juste et durable que si les parties parviennent à s’entendre sur la paix.  Cela passe en premier lieu par la cessation des hostilités.  L’emploi de la force ne pourra ramener la paix et ne fera qu’alimenter la haine, a souligné le Ministre, exhortant les différentes parties à cesser immédiatement les actions militaires, qu’il s’agisse d’une offensive terrestre ou de tirs de roquettes.  Dans ce contexte, il importe, selon lui, qu’Israël fasse preuve de retenue et arrête ses destructions de biens palestiniens et ses expulsions.  De même, a-t-il ajouté, Israël doit cesser ses activités de peuplement et le statu quo historique des lieux saints doit être préservé. 

Si la désescalade est prioritaire, il en va de même pour l’acheminement de l’aide humanitaire, alors que la pandémie de COVID-19 rend la situation plus complexe encore dans la bande de Gaza, a poursuivi le chef de la diplomatie chinoise.  Il a donc appelé Israël à respecter ses obligations au regard du droit international, notamment en levant le blocus imposé à Gaza et en facilitant l’accès de l’aide humanitaire.  Il a souhaité à cet égard que la communauté internationale continue à soutenir l’UNRWA et que l’ONU joue son rôle de coordonnateur en planifiant les secours d’urgence afin d’éviter une « catastrophe ». 

Pour la Chine, le Conseil de sécurité doit réaffirmer sans relâche son appui à la solution des deux États et faire tout son possible pour calmer le jeu.  Le Ministre a regretté à ce sujet qu’en raison de l’obstruction d’un de ses membres, le Conseil n’ait pu s’exprimer d’une seule voix, dans le cadre d’une déclaration de la présidence chinoise.  Il a appelé les États-Unis à prendre clairement position afin de contribuer à l’apaisement des tensions et d’avancer sur la voie d’un règlement politique.  Il a en outre souhaité que l’OCI et la Ligue des États arabes jouent un rôle plus actif pour redynamiser les efforts à grande échelle en faveur de la paix. 

« La solution des deux États est la solution », a insisté M. Wang. Constatant que les droits du peuple palestinien n’ont cessé d’être bafoués en dépit des résolutions pertinentes du Conseil, il y a vu la preuve qu’un règlement durable ne sera possible que sur la base de cette solution.  Des générations attendent que leurs droits légitimes leur soient rendus, la justice n’a que trop tardé, a martelé le Ministre, avant d’appuyer les efforts déployés pour parvenir à une reprise des négociations.  Depuis qu’elle a pris la présidence du Conseil, la Chine y prête une attention particulière, a-t-il assuré.  Elle redoublera d’efforts pour relancer les pourparlers de paix et réitère son invitation aux deux parties pour qu’elles entament un dialogue.  Dans cette perspective, le Conseil et les Nations Unies doivent tout mettre en œuvre pour régler le problème actuel, a-t-il conclu.  « Nous devons être du bon côté de l’histoire.  »

La Tunisie a estimé que l’escalade actuelle fait suite aux « décisions injustes des autorités d’occupation » d’expulser des familles palestiniennes de leurs maisons au cœur de Jérusalem-Est, à Cheik Jarrah et à Silwan, et à l’objectif des Israéliens de judaïser la ville en la vidant de ses habitants palestiniens.  Dans ce contexte, la Tunisie a appelé la communauté internationale et le Conseil de sécurité à protéger le peuple palestinien et le statut historique et juridique d’Al-Qods al-Charif. 

Tout en exprimant son appréciation pour les efforts diplomatiques déployés par plusieurs parties internationales et régionales, la Tunisie a déclaré que nous ne pouvons plus nous contenter de solutions temporaires face à la poursuite de l’occupation et de projets d’implantations qui rongent le Territoire palestinien.  Elle a donc exhorté la communauté internationale à assumer pleinement ses responsabilités en poussant Israël, Puissance occupante, à mettre fin à l’occupation, à respecter les résolutions de l’ONU et la légitimité internationale.  La Tunisie a assuré qu’en tant que membre arabe non permanent du Conseil de sécurité, elle poursuivra ses efforts avec les autres membres du Conseil pour travailler à la fin immédiate de « l’agression flagrante contre le peuple palestinien ». 

Elle a estimé que la sécurité et la stabilité de la région dépend d’un règlement juste, global et durable de la juste cause palestinienne, sur la base des résolutions de l’ONU, des termes de référence internationalement convenus et de l’Initiative de paix arabe.  Elle a appelé à un règlement qui restaure les droits légitimes du peuple palestinien, dont le droit à l’autodétermination par l’établissement d’un État indépendant et souverain dans les frontières du 4 juin 1967, avec Al-Qods al-Charif pour capitale.  Après avoir rappelé que l’occupation du Territoire palestinien est contraire au droit international, la Tunisie a exprimé sa ferme détermination à continuer de participer activement à tous les efforts et initiatives constructives visant à parvenir à ce règlement souhaité dans les meilleurs délais, afin de renforcer la sécurité et la paix dans la région et dans le monde. 

Mme INE ERIKSEN SØREIDE, Ministre des affaires étrangères de la Norvège,  a exprimé la profonde préoccupation de la Norvège face à la situation, y compris les risques d’une nouvelle escalade.  Elle a appelé à la désescalade, avant de condamner les tirs de roquettes du Hamas et d’autres groupes contre la population civile d’Israël, en reconnaissant le droit d’Israël à la légitime défense.  Dans le même temps, elle a exhorté Israël à garantir la proportionnalité de sa réponse et à faire preuve de la plus grande retenue afin de protéger les civils, conformément au droit international humanitaire.  À plusieurs reprises, la Norvège a condamné toutes les attaques contre des civils, a rappelé la Ministre qui s’est dite consternée par la mort d’un grand nombre d’enfants.  Elle a également dénoncé l’attaque d’hier qui a frappé les locaux de plusieurs médias à Gaza, en faisant valoir qu’une presse libre et indépendante a un rôle important à jouer.  Il est urgent de cesser les hostilités, a poursuivi la Ministre, saluant tous les efforts en ce sens, y compris par les pays voisins et exige un accès rapide, sûr et sans entrave des acteurs humanitaires. 

S’agissant de Jérusalem, la Ministre a rappelé qu’il s’agit d’une ville sacrée pour trois religions et deux peuples.  Les autorités israéliennes ont donc le devoir de sauvegarder les droits des croyants sur les lieux saints de Jérusalem-Est et de veiller à ce que le statu quo historique sur l’esplanade sainte soit respecté.  La Ministre a espéré que les droits de tous les résidents de Jérusalem seront respectés conformément au droit international.  Passant aux événements à Gaza, elle a reconnu qu’ils ne se produisent « pas dans le vide ».  Il faut s’attaquer aux problèmes sous-jacents de cette crise.  Les expulsions dans les quartiers de Cheik Jarrah et Silwan à Jérusalem-Est alimente le conflit et contribue à une nouvelle escalade d’une situation extrêmement tendue, a-t-elle estimé.  Comme le Conseil l’a répété à maintes reprises, dont récemment dans la résolution 2334 (2016), toutes les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut du territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, sont illégales au regard du droit international humanitaire.  Cela comprend les expulsions forcées et la confiscation des biens palestiniens, a spécifié la Ministre. 

Tant qu'il n’y aura pas de paix, pas de solution des deux États, les civils continueront de souffrir, a prévenu  Mme Eriksen  Søreide, appelant à redoubler d’efforts pour relancer les négociations en vue d’une solution des deux États.  Avant de conclure, elle a tenu à souligner à nouveau l’importance de l’action du Conseil, qui se réunit pour la troisième fois cette semaine sur cette question, estimant qu’il est désormais vital que le Conseil parle d’une seule voix pour faire face à la situation. 

M. SIMON COVENEY, Ministre des affaires étrangères et de la défense de l’Irlande, s’est fait l’écho des appels lancés par le Secrétaire général en faveur de la désescalade.  Il s’agit du « dernier cycle tragique d’un conflit dont la récurrence fait honte à nous tous », a-t-il déclaré, ajoutant que les événements de cette semaine « nous rappellent à nouveau les conséquences de notre inertie collective ».  À ses yeux, le Conseil de sécurité doit « exercer sa responsabilité » en commençant par ajouter sa voix aux appels lancés dans le monde entier pour mettre fin à la violence et progresser vers une paix juste et durable. 

Dans ce contexte, qui nécessite un « leadership responsable » de toutes parts, M. Coveney a appelé toutes les parties à s’abstenir d’actes violents et provocateurs.  Tout en appelant à l’arrêt de tirs de roquettes et d’engins incendiaires de Gaza vers Israël, il a demandé à Israël de veiller à ce que ses forces de sécurité agissent dans le plein respect des principes de proportionnalité, de distinction et de précaution dans leurs opérations militaires.  Il a également souhaité que cessent toutes les violations contre les enfants, y compris les attaques contre les écoles, avant de plaider en faveur d’un accès humanitaire à la bande de Gaza, en particulier par les points de passage d’Erez et de Kerem Shalom.  Israël, en tant que Puissance occupante, a le devoir d’assurer un accès sans entrave à l’aide humanitaire, a insisté le Ministre. 

De même, a-t-il poursuivi, les Nations Unies et les partenaires humanitaires doivent être autorisés à fournir du carburant, de la nourriture et des fournitures médicales vitales.  Exhortant toutes les parties à assurer la sûreté et la sécurité du personnel humanitaire, M. Coveney a dénoncé les destructions d’habitations et les dommages faits aux infrastructures vitales telles que les routes, les réseaux électriques et les installations d’eau.  À cet égard, il s’est dit préoccupé par le fait que des bâtiments de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) aient été endommagés lors des opérations militaires à Gaza.  Il a par ailleurs condamné dans les termes les plus forts la frappe menée hier contre un immeuble abritant des médias.  Selon lui, la liberté d’expression et d’information et le travail des journalistes doivent être protégés sans exception. 

Le Ministre s’est d’autre part alarmé des affrontements et de la violence à Jérusalem-Est, notamment autour des lieux saints et en Cisjordanie.  Se disant profondément troublé par l’utilisation de balles réelles par les forces de sécurité israéliennes, il a réaffirmé que le droit de manifester pacifiquement doit être respecté.  Alors que cette semaine a également été marquée par des incidents de violence interethnique dans les villes mixtes d’Israël, il convient de se concentrer sur la désescalade et la prévention des victimes civiles, a-t-il souligné, jugeant également urgent de « regarder au-delà », sans vouloir en revenir au statu quo ante.  

« Nous ne pouvons pas revenir au non-respect du droit international, avec l’expansion des colonies illégales dans le Territoire palestinien occupé », a asséné M. Coveney, pour qui il est également exclu de revenir aux expulsions de Palestiniens, aux démolitions de propriétés palestiniennes, à la violence des colons et à l’intimidation.  Ces actions sapent les perspectives de paix et de réconciliation, a-t-il regretté, appelant à la relance de négociations crédibles afin d’établir un véritable horizon politique menant à une solution des deux États conforme aux résolutions de l’ONU et au droit international.  Dans cette perspective, a-t-il conclu, le Conseil doit « jouer son rôle » en exigeant la fin immédiate de la violence.  « Nous avons la responsabilité collective ici, aujourd'hui, de le dire d’une seule voix. » 

Les États-Unis ont demandé à toutes les parties d’assurer la protection des civils et de respecter le droit international humanitaire, de protéger les installations médicales et autres installations humanitaires, ainsi que les journalistes et les organisations de médias.  Les États-Unis ont dit travailler sans relâche par la voie diplomatique pour tenter de mettre fin à ce conflit.  Le Président Biden s’est entretenu hier avec le Premier Ministre Benyamin Netanyahu et le Président Mahmoud Abbas, a indiqué la délégation, avant de préciser que son Secrétaire d’État s’est entretenu avec des dirigeants israéliens, palestiniens et régionaux.  Les États-Unis ont ajouté qu’ils restent activement engagés avec les responsables israéliens, égyptiens et qataris, ainsi qu’avec le Coordonnateur spécial et son équipe pour mettre en place les conditions d’un calme durable et apporter soutien et bons offices à la recherche d’un cessez-le-feu. 

Jugeant urgent de mettre fin au cycle de la violence, ils ont demandé au Hamas et aux autres groupes palestiniens de Gaza de mettre immédiatement un terme aux tirs de roquettes et autres provocations.  Préoccupés par la violence intercommunautaire continue au sein des communautés mixtes en Israël, ils ont exhorté toutes les parties à éviter des actes qui peuvent compromettre un avenir pacifique et cela inclut les incitations, les attaques violentes et les actes terroristes, ainsi que les expulsions, y compris à Jérusalem-Est, les démolitions et la construction de colonies à l’est des lignes de 1967. 

Prolonger ce cycle actuel de violence ne fera qu’éloigner la solution négociée des deux États, a prévenu la délégation américaine, avant de juger essentiel que toutes les parties recommencent à travailler de bonne foi à la vision d’un Israël et d’un État palestinien, vivant côte à côte dans la paix, à l'intérieur de frontières sûres et reconnues, dans lesquelles Israéliens et Palestiniens jouissent de mesures égales de liberté, de sécurité, de prospérité, et la démocratie. 

Les États-Unis ont appelé à tout mettre en œuvre afin que les enfants israéliens et palestiniens ne se réveillent tous les matins en ayant peur pour leur vie.  Ils ont exprimé leur détermination à travailler avec toutes les parties dans la région pour faire en sorte que les Palestiniens et les Israéliens puissent vivre dans la dignité et la prospérité. 

M. SERGEY VERSHININ, Vice-Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, a regretté la dégradation de la situation au Proche-Orient avant de condamner le recours à la force et les affrontements militaires qui ont provoqué de nombreuses victimes civiles des deux côtés, palestinien et israélien.  Pour sa part, la Fédération de Russie œuvre à la cessation des hostilités, a dit le Vice-Ministre, car elle est convaincue que ce n’est que par des pourparlers directs entre Israéliens et Palestiniens que les questions de fond sur le statut final pourront trouver réponse.  En attendant, il faut garantir la liberté de culte et protéger les lieux saints à Jérusalem.  Toute tentative de changer la donne démographique à Jérusalem est inacceptable et la tâche prioritaire aujourd’hui est « d’éteindre le feu ».  Le Vice-Ministre a appelé les parties au respect des normes internationales et à la protection du personnel médical et des médias.  Il n’existe qu’une solution politique à ce dossier, a martelé M. Vershinin, pour lequel il est impératif de relancer le dialogue israélo-palestinien au plus vite pour pouvoir avancer dans la mise en œuvre de la solution des deux États.  Pour ce faire, il faut renoncer à la colonisation, aux expulsions, aux provocations et aux tentatives de changer la donne sur le terrain, a-t-il exigé. 

Pour parvenir à la désescalade de la situation, le Vice-Ministre a rappelé la proposition de son pays de convoquer une réunion ministérielle du Quatuor pour le Moyen-Orient, avec la participation des pays phares de la région.  Il a aussi jugé urgent de surmonter la division dans les rangs palestiniens, en vue de parvenir à l’unité nationale selon le modèle de l’Organisation de libération de la Palestine.  Tous les membres du Conseil de sécurité sont unis autour de la nécessité de respecter à la lettre le droit international et la solution des deux États. 

L’Estonie s’est associée à l’appel urgent lancé par le Secrétaire général pour que toutes les parties cessent immédiatement les combats.  Elle a condamné les tirs aveugles de roquettes depuis Gaza par le Hamas et d’autres groupes militants contre la population civile israélienne, estimant qu’il n’existe aucune justification à ces violences.  Selon elle, Israël a le droit légitime de se défendre contre de telles attaques.  Cependant, a relevé la délégation, il est essentiel de garantir la proportionnalité de ces actions, conformément au droit international humanitaire.  L’Estonie a ensuite rappelé à toutes les parties que viser aveuglément des structures civiles et médiatiques viole le droit international et doit être évité à tout prix.  Elle a exprimé son soutien aux journalistes indépendants et aux agences de presse qui couvrent le conflit, notant que leur travail est vital et joue souvent un rôle important dans la protection des civils. 

Pour l’Estonie, il est également important de calmer la situation instable autour des lieux saints, dont le statu quo doit être respecté.  Se disant préoccupée par la poursuite des affrontements dans d’autres parties de la Cisjordanie occupée ainsi que par la recrudescence de la violence communautaire dans plusieurs villes israéliennes, elle a appelé les dirigeants politiques, communautaires et religieux des deux parties à tout mettre en œuvre pour calmer la situation.  Enfin, l’Estonie a réaffirmé que la solution au conflit ne peut passer que par des négociations constructives.  À cette fin, elle a déclaré soutenir tous les efforts, en particulier ceux du Quatuor pour le Moyen-Orient, en vue d’une reprise des négociations directes, afin de parvenir à la solution des deux États.

Le Viet Nam a appelé Israël à cesser de recourir à une force excessive et à mettre fin à toutes les activités unilatérales qui alimentent les tensions.  Nous exhortons, en outre, toutes les parties à mettre immédiatement fin à tous les actes de violence et à s’abstenir de toute action ou rhétorique qui pourrait compliquer davantage la situation.  Il est de l’intérêt de toutes les parties de désamorcer les tensions et de respecter le statut des lieux saints de Jérusalem, a souligné le Viet Nam.  Alors que nous sommes au bord d’une guerre totale, le Viet Nam a appelé tous les acteurs internationaux et régionaux, en particulier le Quatuor diplomatique et ceux qui ont une influence sur les parties au conflit, à redoubler d’efforts pour éviter la répétition du scénario catastrophique de 2014.  Il a estimé que la crise actuelle souligne une fois de plus la nécessité urgente d’un règlement juste, global et durable du conflit « le plus ancien de l’histoire contemporaine du monde ».  Il a estimé que la seule option viable est la solution des deux États vivant côte à côte en toute sécurité, avec un État de Palestine sur la base des frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. 

Le Mexique s’est dit consterné par la rapide détérioration de la situation au Moyen-Orient.  Il a regretté les victimes civiles à Gaza et en Israël et rejeté toute acte de nature à menacer les populations civiles, ajoutant que les attaques aveugles, les discours de haine et les provocations ne font qu’alimenter la violence sur le terrain.  Le Mexique a regretté que le Conseil n’ait toujours pas réussi à jouer le rôle qui lui revient en tant que garant de la paix et de la sécurité dans le monde, et ne se soit pas encore exprimé d’une même voix sur ce dossier.  Les efforts déployés au plan bilatéral et multilatéral se nourrissent mutuellement, a-t-il souligné, estimant que le Conseil de sécurité doit appuyer sans ambages les efforts du Coordinateur spécial et du Quatuor pour le Moyen-Orient. 

S’agissant de Jérusalem, le Mexique s’est dit d’avis qu’il faut que cette ville reste un lieu de cohabitation harmonieuse entre les trois religions monothéistes, en rappelant aux autorités israéliennes d’y garantir la liberté de culte.  Il a condamné l’utilisation disproportionnée de la force par Israël contre Gaza et a appelé au respect du droit international.  De même il a condamné les tirs de missiles du Hamas et d’autres organisations en direction d’Israël.  Une action doit être posée au plus haut niveau pour amorcer une désescalade, a souhaité la délégation. 

Le Mexique s’est aussi opposé à toute mesure visant à changer la composition démographique à Jérusalem-Est, en insistant au passage sur le fait que le quartier de Cheik Jarrah fait partie du Territoire occupé, et qu’en tant que tel, c’est le droit international qui s’y applique.  Il a appelé à régler les causes sous-jacentes du conflit pour créer les conditions propices à la création d’un État palestinien viable, conformément à la solution des deux États.  La communauté internationale doit encourager et faciliter ce processus, a estimé la délégation. Il est donc urgent que le Conseil de sécurité se prononce dans les plus brefs délais sans équivoque et de manière équilibrée, a-t-elle conclu. 

Le Kenya a dit soutenir les négociations diplomatiques visant à parvenir à la solution des deux États, jugeant que l’escalade de la violence à Jérusalem, Tel Aviv et dans la bande de Gaza annule tout progrès vers « l’objectif ultime » d’une paix permanente et sûre.  Il a condamné les émeutes violentes et l’exploitation d’une telle colère populaire par des groupes extrémistes, avant de s’élever contre les tirs de roquettes depuis Gaza vers Israël, aucune cause ne pouvant, selon lui, justifier des attaques délibérées contre des civils.  Dans le même temps, le Kenya a déploré les actions policières et militaires menées par Israël.  Elle a appelé les autorités israéliennes à opter pour la désescalade, à protéger les vies humaines et à éviter la démolition des infrastructures civiles.  Il est également important que le statu quo convenu sur Jérusalem soit respecté et que cessent les activités de colonies illégales dans le Territoire palestinien occupé, a-t-elle plaidé. 

Pour le Kenya, « ce moment sombre est une invitation à une nouvelle vision du futur ».  Il a donc appelé à un cessez-le-feu immédiat et à la cessation des violences, première étape vers une « nouvelle impulsion pour la paix ».  Dans ce cadre, il a encouragé les parties à collaborer avec le Coordonnateur spécial et les Envoyés spéciaux du Quatuor pour le Moyen-Orient, saluant aussi tous les efforts régionaux et bilatéraux en faveur de la paix.  Enfin, appelant de ses vœux une reprise des négociations, il a souhaité que ces dernières soient guidées par les mécanismes internationaux convenus, y compris la résolution 2334 (2016) du Conseil de sécurité. 

Profondément préoccupé par la situation à Gaza, le Royaume-Uni a appelé à une cessation urgente des hostilités.  Il a condamné les tirs de roquettes sur les populations civiles, avant de fustiger « les actes de terrorisme du Hamas et d’autres groupes terroristes ».  Tout en reconnaissant le droit légitime d’Israël à la légitime défense, le Royaume-Uni a exhorté ce pays à éviter de faire des victimes civiles.  Les actions d’Israël doivent être proportionnées et conformes au droit international humanitaire, a insisté le Royaume-Uni, avant de se dire préoccupé aussi par les informations selon lesquelles le Hamas utilise à nouveau des infrastructures et des populations civiles comme couverture pour ses opérations. 

Alors que cette session extraordinaire du Conseil se tient pendant des fêtes religieuses juive et musulmane, le Royaume-Uni a jugé indispensable de respecter la liberté de culte et de s’abstenir de toute violence contre des fidèles pacifiques.  Il a aussi appelé au respect du statu quo historique de Jérusalem avant de saluer le rôle important du Royaume hachémite de Jordanie en tant que gardien des lieux saints à Jérusalem. 

Après avoir réitéré son opposition aux expulsions, aux démolitions et à toutes les activités de colonisation, le Royaume-Uni a rappelé que les colonies sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle à la paix.  Il a donc exhorté le Gouvernement israélien à cesser immédiatement ses politiques liées à l’expansion des colonies et à œuvrer à la place à la création d'un État palestinien, dans le respect des frontières d’avant 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.  Le Royaume-Uni a conclu en rappelant que la solution des deux États est le meilleur moyen de mettre fin définitivement à l’occupation et d’apporter la paix et la stabilité dans la région. 

L’Inde a rappelé que le Conseil de sécurité a tenu deux séances à huit clos sur la situation au Moyen-Orient cette semaine pendant lesquelles elle a fait part de ses préoccupations face à la violence à Jérusalem, en particulier à Haram al-Sharif/mont du Temple pendant le mois sacré de Ramadan, et au potentiel processus d’expulsion dans le quartier de Cheik Jarrah et Silwan à Jérusalem-Est, une zone qui fait partie d’un arrangement facilité par l’ONU.  Nous avons fait part de notre appréhension face à la propagation de la violence dans d’autres parties de la Cisjordanie et de Gaza, a rappelé l’Inde. 

La réunion publique d’aujourd’hui a été rendue nécessaire par la violence continue, qui a commencé à Jérusalem-Est il y a une semaine et qui risque maintenant de devenir incontrôlable.  Les événements de ces derniers jours ont entraîné une forte détérioration de la situation en matière de sécurité.  L’Inde a condamné les tirs de roquettes de Gaza vers Israël et les frappes israéliennes.  Nous avons perdu l’une de ces concitoyennes qui travaillait comme infirmière à Ashkelon, a-t-elle indiqué.  Elle a appelé à une désescalade immédiate et à la retenue en évitant notamment toute tentative qui pourrait changer le statu quo historique sur les lieux saints à Jérusalem.  Appuyant les efforts diplomatiques du Quatuor pour le Moyen-Orient, et d’autres membres de la communauté internationale, des pays de la région en particulier, pour calmer la situation et mettre fin à la violence actuelle et chercher à instaurer une paix durable, l’Inde a encouragé la reprise du dialogue et des pourparlers directs entre les deux parties.  Avant de conclure, elle a réitéré son appui à « la juste cause palestinienne » et son attachement à la solution des deux États. 

Le Niger s’est dit profondément préoccupé par les récents développements survenus avec la recrudescence de la violence entre Israël et les Palestiniens, ainsi que de la flambée d’émeutes intracommunautaires en Israël même.  Les incidents déclenchés par le projet d’expulsion des familles palestiniennes des quartiers de Cheik Jarrah et de Silwan, mais aussi, le raid de la police israélienne dans la mosquée Haram al-Sharif, pendant le mois béni de Ramadan, risquent de plonger la région dans un conflit plus large, a-t-il dit craindre.  Le risque d’internationalisation de la crise se précise, en raison d’informations faisant état de l’imminence d’une offensive terrestre des troupes israéliennes sur Gaza et des tirs de missiles depuis le Liban, en direction d’Israël.  Le Niger a demandé un arrêt immédiat des hostilités et a déploré les violences et les autres violations de droits de l’homme et du droit international humanitaire. 

Si Israël a le droit de se protéger et de se défendre, il faut reconnaître aux Palestiniens ces mêmes droits, a-t-il fait valoir, eux qui subissent l’occupation et les effets d’une colonisation effrénée depuis plus de 54 ans.  Nous ne pouvons pas constamment appeler au respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire partout ailleurs, et nous abstenir de le faire lorsqu’il s’agit d’Israël, s’est indigné le Niger.  Il n’est simplement pas logique, que des populations sans défense, vivant sous le joug d’une occupation féroce, se résignent à rester éternellement sans réaction devant l’inertie de la communauté internationale.  Que cela soit claire, de même qu’on ne peut soigner une maladie en s’attaquant à ses symptômes, on ne pourra pas régler la crise israélo-palestinienne en arrêtant simplement les violences actuelles.  

La véritable solution, c’est d’amener Israël à mettre fin à sa politique de colonisation, avec son lot d’expropriation, d’expulsions, de destruction, de brimades et d’humiliations de toutes sortes.  La véritable solution, a-t-il poursuivi, c’est d’avoir le courage de créer les conditions en vue de l’avènement d’un État palestinien indépendant et viable dans ses frontières de 1967, vivant côte à côte avec Israël, et avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil et de l’Assemblée générale.  Le Conseil de sécurité, a pressé le Niger, doit se montrer à la hauteur de sa responsabilité première en veillant à la mise en œuvre de la solution à deux États, conformément à sa résolution 2334 (2016).  Il est temps d’agir, « car si nous permettons la création de « bantoustans » au lieu d’un État palestinien viable et indépendant, nous aurons semé la graine de la perpétuation de la haine, de la violence et de la souffrance humaine dans cette merveilleuse région, berceau des trois religions monothéistes ». 

Saint-Vincent-et-les Grenadines a fait remarquer que nous avons été témoins ces derniers jours de la flambée de violence la plus grave depuis la guerre de 2014 à Gaza.  Il a jugé inacceptables les récentes frappes aériennes contre la population civile dans la bande de Gaza, qui ont tué plus de 140 Palestiniens, dont des enfants.  Il a réitéré son appel à la « Puissance occupante pour qu’elle cesse son agression militaire contre les Palestiniens ».  Le droit international doit être respecté et ceux qui le violent, traduits en justice.  Saint-Vincent-et-les Grenadines s’est dite alarmée par l’escalade des violences et des provocations des forces israéliennes sur différents lieux saints de Jérusalem.  Après avoir appelé les parties à renoncer à la rhétorique incendiaire, il a rejeté « toute tentative unilatérale de changer le statut historique de Jérusalem-Est » qui reste la ville sainte des trois religions monothéistes. 

Saint-Vincent-et-les Grenadines s’est dite profondément préoccupée par l’expulsion potentielle des Palestiniens de Jérusalem-Est occupée.  L’occupation continue du territoire palestinien constitue une violation flagrante du droit international et demeure une menace importante pour une paix durable et globale. Saint-Vincent-et-les Grenadines a demandé à Israël de cesser toute activité de colonisation et toute mesure visant à modifier la composition démographie du Territoire occupé.  Il a réaffirmé que la solution des deux États convenue au niveau international et fondée sur les frontières d’avant 1967, reste la voie la plus crédible pour résoudre le conflit. 

La France s’est dite extrêmement préoccupée par la gravité de la situation au Proche-Orient.   Cette situation est le résultat d’une absence de perspective politique à une situation qui n’a que trop duré.  Elle ne pourra que continuer à produire des souffrances et de la violence si la volonté n’est pas là pour avancer résolument vers l’établissement des deux États vivant en paix et en sécurité, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues sur la base des lignes du 4 juin 1967, ayant tous deux Jérusalem pour capitale, dans le cadre du droit international et des résolutions de ce Conseil.  

La France a dit avoir exprimé très tôt sa préoccupation à l’égard des tensions qui sont apparues dès le mois d’avril dans la vieille ville de Jérusalem et à Cheik Jarrah, et des risques liés à l’accélération de la colonisation dans les territoires occupés, y compris à Jérusalem-Est.    Aujourd’hui, la poursuite de l’escalade des violences au Proche-Orient fait courir le risque d’un conflit majeur, aux conséquences graves dans les territoires palestiniens et en Israël, et aux répercussions régionales imprévisibles.  Tout doit être fait pour mettre un terme à ce cycle de violences, a-t-elle exigé, l’urgence étant la cessation des hostilités.   

Condamnant avec la plus grande fermeté les tirs revendiqués par le Hamas et d’autres groupes terroristes visant Israël, la France les a qualifiés d’inacceptables et a demandé qu’ils cessent immédiatement, réaffirmant une nouvelle fois qu’elle ne transigera jamais avec la sécurité d’Israël.   Elle a souligné le droit d’Israël à se défendre mais elle a appelé les autorités israéliennes à faire preuve de la plus grande retenue et à agir de façon proportionnée et avec toutes les précautions nécessaires, dans le strict respect du droit international et du droit international humanitaire.    À cet égard, la France a fait part de sa préoccupation face au sort des populations civiles à Gaza déjà très éprouvées par un blocus qui n’a que trop duré.  Elle a appelé tous les acteurs à garantir l’accès rapide et sans entrave de l’aide et à protéger le personnel humanitaire et médical, ainsi que les ambulances, faisant également écho à l’appel du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) à agir en faveur de la protection des enfants.  

 La poursuite des affrontements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie ainsi que les heurts en Israël sont également très inquiétants.  Toutes les déclarations provocatrices et tous les appels à la violence et à la haine sont inacceptables et doivent absolument cesser, a martelé la France qui a souhaité que les mesures d’apaisement à Jérusalem se poursuivent.  Cela passe par le plein respect du  statu quo de 1967 sur les Lieux saints et la fin de toutes les activités de colonisation, notamment l’éviction de familles palestiniennes à Jérusalem-Est, notamment à Cheik  Jarrah, qui sont contraires au droit international humanitaire.  La France a condamné une nouvelle fois la colonisation sous toutes ses formes.   

Enfin, les tirs depuis le Sud-Liban et depuis la Syrie sont un autre développement inquiétant.  La France a donc mis chacun en garde sur les conséquences régionales d’une escalade au nord d’Israël.  Pour sa part elle a dit avoir multiplié les démarches auprès des acteurs concernés au cours des derniers jours.  Le Président Macron, a-t-elle indiqué, s’est entretenu à cette fin avec le Premier Ministre israélien et le Président palestinien pour faciliter un retour au cessez-le-feu à Gaza et à un retour au calme en Israël et dans les Territoires palestiniens.  Il s’entretiendra dans les prochains jours avec le Président Sissi.  Le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères a également multiplié les contacts avec ses homologues israélien, palestinien, jordanien, et égyptien à ce sujet.  La France a exprimé son intention de poursuivre ces contacts dans les prochains jours.  Face à la gravité et l’urgence de la situation, ce Conseil doit s’unir pour lancer un appel unanime à une cessation rapide des hostilités, a exigé la France, estimant que c’est aujourd’hui la seule priorité et que c’est la responsabilité collective de ses membres.   

S’exprimant au nom du Groupe des pays arabes, l’Algérie a constaté que cette réunion se tient à un moment où les crimes et les attaques israéliennes « contre la vie, le caractère sacré et les biens du peuple palestinien » se poursuivent dans la ville occupée de Jérusalem.  Cela s’ajoute aux bombardements continus de la bande de Gaza, a-t-elle relevé, regrettant que les Palestiniens aient été soumis à de violentes campagnes tout au long du mois sacré de ramadan, et ce, dans un « terrible silence international », qui a poussé la Puissance occupante à persister dans son projet de colonisation.  Dans ce contexte, la délégation a réitéré la ferme condamnation par le Groupe de tous les crimes commis par les forces d’occupation israéliennes contre les Palestiniens, qui ont touché leur sécurité et leur droit à la liberté de culte.  Elle a en outre condamné l’usage excessif de la force contre la bande de Gaza assiégée. 

Pour l’Algérie, la récente escalade n’est rien d’autre que le résultat direct de la stratégie israélienne visant à « obstruer la voie de la paix et saper les chances de création d’un État palestinien pleinement souverain ».  Selon elle, cela s’est vérifié dans la décision d’empêcher la tenue d’élections générales à Jérusalem et dans les attaques auxquelles les Palestiniens sont quotidiennement exposés.  Face à cette « impasse injustifiée », le Groupe arabe condamne les crimes et les mesures arbitraires d’Israël qui constituent une grave violation des résolutions des Nations Unies, du droit international et du droit international humanitaire.  Il appelle les Nations Unies, et le Conseil de sécurité en particulier, à assumer leurs responsabilités juridiques, morales et humanitaires afin de mettre immédiatement un terme à cette agression israélienne et de fournir une protection internationale au peuple palestinien.  

L’Algérie a ensuite réaffirmé la nécessité de préserver le statut juridique et historique de la ville de Jérusalem et de ses lieux saints, islamiques et chrétiens, y compris la mosquée Al-Aqsa.  Elle a également souligné l’importance de la tutelle hachémite sur ces lieux saints islamiques et chrétiens de Jérusalem, de même que le rôle joué par le Comité de Jérusalem, dirigé par le Royaume du Maroc, dans la défense de la Ville sainte.  De l’avis du Groupe arabe, a-t-elle poursuivi, le Conseil de sécurité doit prendre des mesures pratiques pour parvenir à un cessez-le-feu global.  L’Algérie a salué à cet égard les efforts du Comité ministériel formé par le Conseil de la Ligue arabe et les efforts inlassables de l’Égypte et de la Jordanie, appelant chacun à user de tous les moyens diplomatiques disponibles afin de mettre fin aux politiques et procédures israéliennes afin de garantir que la situation ne se détériore pas à l’avenir.  Ce cessez-le-feu, a-t-elle ajouté en conclusion, doit être suivi d’un engagement sérieux de tous, et en particulier du Quatuor, en réponse à la demande formulée par le Président Mahmoud Abbas en faveur de la tenue d’une conférence internationale pour relancer le processus de paix. 

La Ligue des États arabes, a fustigé l’incapacité du Conseil de sécurité de s’entendre sur la moindre déclaration, au cours de ces derniers jours.  Elle a regretté qu’aucune déclaration n’ait été adoptée condamnant la force d’occupation et rappelant les droits fondamentaux du peuple palestinien.  Elle a dénoncé la duplicité de ceux qui ne veulent pas appliquer aux Palestiniens les règles de l’ONU, s’agissant de la protection des civils en temps de conflit, mais les appliquent aux colons Israéliens après qu’ils ont occupé des terres palestiniennes, en violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité. 

« Israël va-t-elle échapper pour toujours à sa responsabilité pour les crimes commis contre le peuple palestinien? » a demandé la Ligue des États arabes, avant d’accuser le Conseil de sécurité de fermer les yeux face à l’arrogance israélienne.  Elle a estimé que l’incapacité du Conseil de sécurité de revitaliser le Quatuor constitue le principal obstacle à la reprise de pourparlers directs entre les parties.  Elle a aussi demandé ce que compte faire le Conseil de sécurité pour protéger les lieux saints des musulmans et des chrétiens dans le Territoire occupé, mais aussi pour protéger les médias. 

Après avoir rappelé que la sécurité ne sera assurée que lorsqu’adviendra la solution des deux États, avec un État de Palestine dans ses frontières du 4 juin 1967, la Ligue des États arabes a appelé le Président américain à peser de tout son poids et à lever tous les doutes sur le risque de voir Israël « obtenir tout, en échange de rien ».  Le moment est venu pour les États Unis de s’engager en faveur de cet effort de paix et pour l’Administration américaine de s’inspirer de de l’exemple de l’ancien Président Jimmy Carter qui a, en 1979, mené une médiation pour la paix entre l’Égypte et Israël. 

La communauté internationale, tous les partenaires internationaux et régionaux doivent continuer à exercer des pressions pour parvenir à la solution des deux États par des négociations, a ajouté la Ligue des États arabe, en rejetant d’emblée l’idée d’autres initiatives qui risqueraient de nuire à l’objectif de créer un État de Palestine.  Elle a exhorté le Secrétaire général à réfléchir aux moyens de réunir le Quatuor pour organiser une conférence internationale chargée de préparer la création de l’État de Palestine. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.