Imprimer
dbf220210
10 février 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 fevrier 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invité du point de presse aujourd’hui

M. Michael Dunford, Directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) pour l’Afrique de l’Est, est l’invité du point de presse aujourd’hui.  Il fera un exposé -virtuellement depuis Nairobi- sur la situation humanitaire dans la Corne de l’Afrique qui est désastreuse. 

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU devrait venir également aujourd’hui pour parler de l’Éthiopie, mais cela reste à confirmer. 

Secrétaire général/Assemblée générale

Ce matin, le Secrétaire général, M. António Guterres, s’est exprimé lors d’une consultation thématique de l’Assemblée générale faisant suite à son rapport « Notre Programme commun ».  Il a rappelé que lorsqu’il a présenté ce programme en septembre, il a déclaré que le monde était confronté à un choix difficile entre un scénario de rupture avec des tensions croissantes, une dégradation de l’environnement, un chaos climatique et de l’instabilité, et une percée vers un avenir plus sûr et plus pacifique. 

Le Secrétaire général a souligné que l’évolution de la situation depuis lors n’avait fait que renforcer les dangers de l’effondrement.  Il a dit que nous sommes au bord du précipice, mais que nous avons le pouvoir de nous retirer du bord du gouffre et qu’il n’est pas trop tard pour prendre les bonnes décisions, en particulier pour ceux qui sont laissés pour compte. 

Le Secrétaire général a souligné que l’accord prééminent sur lequel nous devons agir d’urgence est le Programme de développement durable à l’horizon 2030, et qu’alors que nous sommes seulement à huit ans de 2030, et que la COVID-19 nous éloigne davantage de la bonne voie, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver les objectifs de développement durable (ODD) et l’Accord de Paris. 

Pour assurer le suivi du rapport « Notre Programme commun », le Secrétaire général a déclaré qu’il créerait un conseil consultatif de haut niveau.  Le conseil proposera des options sur la manière d’y parvenir, qui seront examinées par les États Membres lors du Sommet de l’avenir. 

Le Secrétaire général a annoncé que l’ancienne Présidente du Libéria, Mme Ellen Johnson Sirleaf, et l’ancien Premier Ministre de la Suède, M. Stefan Löfven, avaient accepté son invitation à codiriger le conseil. 

Éthiopie

Une brève mise à jour humanitaire sur l’Éthiopie.  Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires indique que les combats dans la région septentrionale d’Afar continuent d’empêcher l’acheminement de l’aide dans la région voisine, le Tigré.  Ces affrontements provoquent également des déplacements à grande échelle et des besoins humanitaires croissants dans l’Afar. 

L’acheminement de fournitures humanitaires par la route au Tigré reste suspendu alors que plus de cinq millions de personnes ont besoin de nourriture et d’autres formes d’aide.  Les opérations humanitaires sont considérablement réduites ou suspendues, en raison d’un manque de carburant, d’argent liquide et de fournitures d’aide. 

La semaine dernière, une agence d’aide internationale a livré plus de 14 tonnes métriques de médicaments au Tigré.  Bien que cette aide aérienne, qui sauve des vies, soit la bienvenue, elle est loin d’être à la hauteur des besoins. 

Par ailleurs, une deuxième phase d’une campagne de vaccination contre la rougeole au Tigré s’est achevée, permettant de vacciner près de 600 000 enfants.  Dans certaines régions, les agents de santé ont déclaré avoir marché jusqu’à 35 kilomètres pour fournir des services de vaccination en raison de pénuries de carburant. 

Une distribution alimentaire limitée se poursuit au Tigré.  Depuis la mi-octobre, seulement 880 000 personnes ont reçu de la nourriture, alors que c’est le nombre de personnes qui devraient en recevoir chaque semaine. 

À Afar, les combats ont conduit au déplacement de centaines de milliers de personnes qui ont un besoin urgent de nourriture et de soins de santé.  Cependant, l’ONU a un accès limité à ces zones, en raison de l’insécurité persistante. 

Dans les régions de l’Afar que nous pouvons atteindre, près de 85 000 personnes ont reçu une aide alimentaire au cours de la semaine écoulée, ce qui porte à plus de 500 000 le nombre de personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire depuis la mi-octobre. 

Dans la région voisine d’Amhara, plus d’un million de personnes ont reçu une aide alimentaire la semaine dernière.

Madagascar

Après le passage du cyclone tropical Batsirai, les agences humanitaires signalent que les équipes de secours sont déployées dans les zones les plus frappées, pour appuyer la réponse menée par le Gouvernement. 

Le personnel additionnel de l’ONU et des ONG a atterri à Madagascar pour contribuer aux efforts de secours, grâce à l’Union européenne qui a facilité le pont aérien. 

Outre la distribution de repas chauds par le Programme alimentaire mondial (PAM) et les activités de protection par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), les partenaires du secteur de la santé ont envoyé des médicaments essentiels, des kits de soins d’urgence et de premiers soins, des moustiquaires et des équipements de prévention de la COVID-19 dans les zones affectées par le cyclone. 

Ils ont aussi installé des postes médicaux de secours dans des sites temporaires pour personnes déplacées. 

Les partenaires du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, dont l’UNICEF lui-même, ont fourni des kits, et ceux qui travaillent dans le secteur des abris, des kits de réhabilitation pour les ménages, les centres de santé et les écoles. 

La communication avec les communautés affectées se renforce, grâce entre autres à la mobilisation des volontaires et des partenaires communautaires. 

Myanmar

L’équipe de l’ONU sur place est toujours préoccupée par l’état de la liberté d’expression dans le pays, après la répression des médias indépendants qui a suivi le coup d’État militaire du 1er février 2021. 

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), au moins 146 journalistes ont été arrêtés, l’année dernière, dont 52, y compris 12 femmes, étaient toujours en détention à la date d’hier.  L’on sait qu’au moins trois journalistes ont perdu la vie en détention.

L’équipe de l’ONU au Myanmar exhorte les militaires à libérer tous les détenus arbitrairement, dont les journalistes.  La liberté d’expression et la liberté de la presse sont les piliers de la démocratie et des droits de l’homme fondamentaux qui sous-tendent toutes les libertés civiles.  Ces droits doivent être protégés. 

Environnement

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a indiqué que plus de 32 studios de jeux ont désormais adhéré à son alliance « Jouons pour la planète » (Playing for the Planet Alliance), plantant plus d’un million d’arbres et mobilisant 130 millions de joueurs sur des thèmes liés à l’environnement.  C’est en effet ce qu’indique le dernier rapport de l’alliance. 

Journée internationale des légumineuses

La Journée internationale des légumineuses est célébrée aujourd’hui sur le thème « Miser sur les légumineuses pour permettre aux jeunes de contribuer à rendre les systèmes agroalimentaires durables »

Les légumineuses, connues sous le nom de légumes secs, sont les graines comestibles des plantes cultivées pour la production de nourriture. 

L’objectif de la Journée est de sensibiliser l’opinion publique aux légumineuses et à leur rôle fondamental dans la transformation vers des systèmes agroalimentaires plus durables, plus résilients, plus inclusifs et plus efficaces, et ce, pour une meilleure production, une meilleure nutrition, un meilleur environnement et une meilleure vie, qui ne laisse personne sur le côté. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.