Imprimer
dbf220225
25 février 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 25 février 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Invité du Point de presse

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, parlera de la situation humanitaire en Ukraine.

Voyages du Secrétaire général

Le Secrétaire général se déplacera au cours du week-end.  Il se rendra à Genève où, lundi matin, il prononcera un discours à l’ouverture de la quarante-neuvième session ordinaire du Conseil des droits de l’homme. 

Plus tard, il participera à une conférence de presse pour lancer le nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) intitulé « Changements climatiques 2022: impacts, adaptation et vulnérabilité ». 

Pendant son séjour à Genève, il aura également une série de rencontres bilatérales.  Il devrait revenir ici lundi après-midi.

Il y a aussi une chance qu’il vienne s’adresser à la presse cet après-midi à la sortie du Conseil de sécurité. 

République centrafricaine

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, est aujourd’hui en République centrafricaine, où il a entamé une visite de quatre jours. 

Il devrait y rencontrer un certain nombre de dirigeants locaux, dont le Président, M. Faustin Archange Touadera.  Il rencontrera également des représentants de la société civile et des personnes directement touchées par l’insécurité dans le pays. 

Quatre membres du personnel des opérations de maintien de la paix qui avaient été arrêtés vendredi dernier ont été libérés hier. 

M. Mankeur Ndiaye, Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), a réitéré que l’ONU continuera à travailler pour assurer la protection de son personnel et de ses biens en toutes circonstances.  Nous sommes heureux qu’ils aient été libérés.

Yémen 

Nous attirons ici l’attention sur trois situations humanitaires en cours, sachant que l’ONU suit de près beaucoup d’autres situations.

En ce qui concerne le Yémen, l’ONU est toujours préoccupée face à la gravité de la situation dans le pays, y compris l’impact du conflit en cours, qui fait quotidiennement des victimes civiles. 

Plus de 23 000 personnes ont été déplacées depuis le début de l’année, la plupart dans les provinces de Hodeïda, Mareb, Shabouah et Taëz.  Ils rejoignent plus de quatre millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont été déplacés à travers le Yémen depuis le début de la dernière escalade en 2015. 

Les organisations humanitaires font tout ce qui est en leur pouvoir pour répondre aux besoins de la population, mais de graves pénuries de financement menacent le flux de l’aide humanitaire. 

Au début de cette année, les deux tiers des principaux programmes d’aide de l’ONU avaient déjà été contraints de réduire ou de fermer faute de liquidités.  D’autres réductions se profilent à l’horizon si l’on ne reçoit pas de financement, car les rations alimentaires ont déjà été réduites de moitié pour huit millions de personnes.  Ces personnes pourraient bientôt cesser complètement de recevoir une aide alimentaire de l’ONU. 

Les donateurs seront invités à s’engager généreusement lors d’une conférence d’annonces de contributions de haut niveau pour le Yémen, le 16 mars, coorganisée par l’ONU et les Gouvernements suédois et suisse.  L’ONU exhorte également les donateurs à engager des fonds avant la conférence des donateurs afin d’éviter des perturbations majeures dans les opérations humanitaires. 

Afghanistan

Un groupe de huit experts d’urgence de haut niveau issus d’agences des Nations Unies et d’organisations non gouvernementales internationales s’est rendu en Afghanistan.  Après une mission de cinq jours dans le pays, ils ont demandé aujourd’hui un soutien urgent à l’action humanitaire vitale en Afghanistan.  Les experts en urgence ont déclaré avoir été témoins de l’ampleur énorme des souffrances humaines en Afghanistan.  Mais ils ont également dit avoir vu des organisations humanitaires capables d’intensifier leurs opérations malgré des contraintes opérationnelles massives, notamment la crise bancaire et de liquidité en cours. 

Plus de 24 millions de personnes -ce qui représente 59% de la population afghane- ont maintenant besoin d’une aide vitale dans le pays, soit une augmentation stupéfiante de 30% depuis 2021. 

Le Plan de réponse humanitaire en Afghanistan cette année, qui est le plus grand appel humanitaire jamais lancé pour un seul pays, prévoit 4,44 milliards de dollars pour fournir une aide à plus de 22 millions de personnes.  Il n’est financé qu’à hauteur de 13%. 

Par ailleurs, la Directrice exécutive de l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance), Mme Catherine Russell, vient de conclure un voyage de trois jours en Afghanistan. 

Dans une déclaration, Mme Russell a noté que dans les rues de Kaboul, des dizaines de très jeunes enfants entrent et sortent de la circulation, pourchassant des voitures et demandant de l’argent.  Dans un hôpital de Kandahar, elle a vu des bébés émaciés allongés et immobiles -deux sur un lit- trop faibles pour même pleurer au milieu d’un pic de cas de malnutrition aiguë sévère. 

Éthiopie

En Éthiopie, le conflit dans la région d’Afar continue de provoquer des déplacements qui aggravent les besoins humanitaires.  Les autorités régionales estiment que des centaines de milliers de personnes ont été déplacées par les combats au cours des derniers mois, dont 200 000 environ vivant dans des zones difficiles d’accès pour les travailleurs humanitaires.  

La réponse humanitaire s’étend aux zones accessibles de l’Afar mais reste encore bien trop insuffisante.  Les évaluations ont révélé des besoins prioritaires en matière de vivres, de protection des enfants et de soins de santé. 

L’assistance humanitaire se poursuit également dans la région d’Amhara.  Plus de 6,8 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire au cours des deux derniers mois, dont plus de 230 000 ont été aidées par l’ONU et par des organisations non gouvernementales au cours de la semaine dernière.  Certaines zones proches de la frontière avec le Tigré restent toutefois inaccessibles aux personnels humanitaires. 

Dans la région du Tigré elle-même, l’ONU et ses partenaires humanitaires continuent à réduire leurs opérations en raison du manque d’articles, de carburant et d’argent.  Aucun convoi de secours n’a atteint le Tigré depuis la mi-décembre, et nous sommes maintenant fin février. 

Au cours de la semaine dernière, l’ONU et ses partenaires a acheminé par avion près de 47 tonnes d’articles médicaux vers le Tigré, notamment des antibiotiques et des médicaments contre le paludisme et le diabète. 

Mais les ponts aériens ne peuvent remplacer les convois de camions en termes de volumes transportés et de coûts. 

Cependant, le manque de carburant reste un obstacle majeur au Tigré, car il empêche l’expédition de fournitures aux établissements de santé de la région. 

Syrie

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, M. Geir Pedersen, a informé ce matin le Conseil de sécurité sur ce pays.  Il a déclaré que, d’un point de vue militaire, les lignes de front n’ont pas bougé, mais que nous voyons encore tous les signes d’un « conflit chaud » en cours.  N’importe lequel des nombreux points chauds pourrait dégénérer en conflagration plus large, a-t-il averti. 

M. Pedersen a ajouté qu’une date a été fixée pour la convocation de la septième session de l’organe restreint de la Commission constitutionnelle, dirigé par les Syriens eux-mêmes et facilité par l’ONU: le 21 mars. 

Joyce Msuya, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, a également informé le Conseil de sécurité de la situation humanitaire en Syrie.  Elle a déclaré que le monde avait abandonné le peuple syrien.  La Syrie est désormais parmi les 10 pays les plus touchés par l’insécurité alimentaire, contraignant les familles à déscolariser les enfants ou à recourir au mariage précoce pour faire face à la situation. 

Viet Nam 

Au Viet Nam, l’équipe des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente par intérim, Mme Rana Flowers, continue de soutenir les efforts des autorités en matière de santé, et sur les plans socioéconomique et du relèvement postpandémique.  L’équipe de l’ONU et le Gouvernement ont formé des travailleurs de la santé, dispensé des soins et des services nutritionnels aux femmes enceintes, aux mères et à leurs enfants; fourni de l’eau, des équipements sanitaires et des kits d’hygiène aux écoles et aux centres de santé.  L’équipe a également soutenu le redressement économique des microentreprises et petites entreprises dirigées par femmes. 

Le Viet Nam a atteint l’objectif de vacciner 100% de la population visée – âgée de 18 ans et plus.  Sur l’ensemble des vaccins livrés au Viet Nam, plus de 51 millions de doses ont été reçues par le biais du Mécanisme COVAX. 

Contribution financière 

Monaco est le dernier État Membre en date à s’être acquitté de sa quote-part au budget ordinaire de l’Organisation.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.