Imprimer
dbf220310
10 mars 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 mars 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Ukraine

Encore une mise à jour « plutôt déprimante » sur la situation humanitaire en Ukraine, qui continue de se détériorer à un rythme alarmant.  Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime que 1,9 million de personnes ont été déplacées et que plus de 2,3 millions ont franchi les frontières internationales et se trouvent hors d’Ukraine.

M. Martin Griffiths, Coordonnateur des secours d’urgence, a souligné trois éléments cruciaux à court terme: les civils, qu’ils restent ou partent, doivent être respectés et protégés; un passage sûr est nécessaire pour les fournitures humanitaires; et il faut un système de communication constante avec les parties au conflit.

En termes de réponse, les organisations humanitaires déploient du personnel supplémentaire à travers le pays et s’efforcent de transporter des fournitures vers des entrepôts dans différents centres, en Ukraine et à l’extérieur du pays. 

Jusqu’à présent, l’ONU -avec ses partenaires– a apporté une aide humanitaire à plus de 500 000 personnes en Ukraine, dont de la nourriture vitale, des abris, des couvertures et des fournitures médicales.  Si l’accès humanitaire est garanti, nous allons pouvoir atteindre des chiffres beaucoup plus élevés compte tenu de l’ampleur des opérations humanitaires actuellement déployées. 

Le HCR indique avoir livré hier, le 9 mars, 85 tonnes métriques d’aide humanitaire aux centres d’accueil et de transit de Vinnytsia, dans le centre de l’Ukraine, qui accueille des personnes ayant fui les hostilités plus à l’est. 

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial (PAM) s’est déclaré aujourd’hui profondément préoccupé par l’impact du conflit sur la sécurité alimentaire de l’Ukraine et par la capacité à se nourrir des familles des zones assiégées qui ne fait que baisser. 

Le PAM prévoit d’aider jusqu’à 3,1 millions de personnes.  Sa priorité est d’approvisionner les villes d’Ukraine en nourriture fournie en vrac, en pain et en rations alimentaires. 

Avec l’arrivée chaque jour de l’aide alimentaire, le PAM est dans une course contre la montre pour prépositionner la nourriture dans les zones où les combats devraient éclater. 

Pour sa part, son agence sœur à Rome, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), prévient que les prochaines semaines seront cruciales, car les agriculteurs devront préparer des terres pour semer des légumes à la mi-mars. 

De même, a déclaré la FAO, les agriculteurs doivent commencer à préparer des terres entre février et mai pour planter du blé, de l’orge, du maïs et du tournesol.  La FAO a souligné que tous les efforts possibles devraient être faits pour protéger les récoltes et le bétail, connaissant le rôle essentiel que joue le marché ukrainien des céréales pour le reste du monde. 

Aujourd’hui, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré que plus d’un million d’enfants ont fui l’Ukraine alors que les combats continuent de ravager le pays.  L’UNICEF a déclaré que, jusqu’à présent, six camions transportant près de 70 tonnes de fournitures sont arrivés en Ukraine.  Les fournitures comprennent du matériel de protection individuelle et des trousses médicales, chirurgicales et obstétricales. 

En collaboration avec ses partenaires, les équipes de l’UNICEF en Ukraine vont livrer des fournitures médicales à 22 hôpitaux dans cinq zones de conflit différentes dans le pays, au profit de 20 000 enfants et mères.  De l’autre côté de la frontière, trois camions ont été envoyés de Copenhague –où se trouve l’entrepôt de l’UNICEF en Europe et qui constitue le plus grand centre humanitaire au monde– qui transportent des fournitures essentielles, telles que des kits de développement de la petite enfance, de loisirs et d’hygiène.  Ces fournitures sont maintenant arrivées en Pologne. 

Et aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré avoir jusqu’à présent livré 81 tonnes métriques de fournitures.  Elle a également dit qu’elle établissait un système d’approvisionnement direct de fournitures pour les établissements de santé à travers l’Ukraine.  L’OMS a également débloqué 10,2 millions de dollars du Fonds de réserve et déployé du personnel pour fournir des soins aux réfugiés. 

À propos de fonds, l’appel éclair pour l’Ukraine 2022 a reçu 109 millions de dollars jusqu’à présent, ce qui représente 9,6%.  Si cela constitue un progrès, rappelons que l’appel lancé par le Secrétaire général le 1er mars nécessite 1,1 milliard de dollars pour une période de trois mois pour financer la réponse humanitaire en Ukraine. 

Un autre appel de fonds a été lancé par le HCR pour financer l’aide à fournir à l’extérieur du pays.  Nous encourageons les donateurs qui ont fait des promesses généreuses à débloquer rapidement l’argent et à signaler leur contribution au Service de suivi financier du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). 

Israël

Sur le plan diplomatique, dans le cadre de son travail continu de bons offices, le Secrétaire général s’est entretenu ce matin avec le Premier Ministre israélien, M. Naftali Bennett. 

Ils ont discuté des efforts diplomatiques en cours pour mettre fin au conflit en Ukraine.  Ils ont également discuté de l’octroi d’une aide humanitaire à l’intérieur de l’Ukraine, le Premier Ministre et le Secrétaire général étant convenus de rester en contact. 

Programme commun

De retour ici ce matin, le Secrétaire général a pris la parole lors de la cinquième consultation de l’Assemblée générale sur Notre Programme commun, axé sur la coopération internationale. 

Dans ses remarques, le Secrétaire général a déclaré que la guerre en Ukraine a renforcé la nécessité de mettre davantage l’accent sur la paix sous toutes ses formes.  Face à l’évolution récente de la situation, il a noté la pression renouvelée pour examiner si les systèmes de gouvernance mondiale sont adaptés à leur objectif et comment ils pourraient être améliorés. 

Le Secrétaire général a averti que le conflit en Ukraine pourrait avoir de graves conséquences mondiales, notamment l’épuisement des fonds humanitaires pour les personnes les plus vulnérables dans le monde, l’augmentation potentielle de la faim dans le monde et une augmentation des prix de l’énergie.  L’impact économique de la guerre frappera le plus durement les pays en développement, qui luttent déjà pour se remettre de la pandémie et affronter une inflation croissante, a-t-il déclaré. 

Le Secrétaire général a invité à déployer des efforts sérieux pour améliorer la gouvernance mondiale, gérer les risques et protéger les biens communs mondiaux et les biens publics mondiaux.  Il a annoncé qu’il avait demandé à son Conseil consultatif de haut niveau sur les biens publics mondiaux de formuler des recommandations concrètes pour améliorer la gouvernance mondiale et s’appuyer sur les idées du rapport Notre Programme commun. 

Médiation

Le Secrétaire général a également prononcé un discours sous la forme d’un message vidéo préenregistré à la huitième Conférence d’Istanbul sur la médiation, qui s’est tenue aujourd’hui à Antalya.  Il y a déclaré qu’au cours des dernières semaines, certaines de nos hypothèses fondamentales sur l’architecture internationale de paix et de sécurité ont été ébranlées par la tragédie qui se déroule en Ukraine. 

Le Secrétaire général a déclaré que nous devions trouver de meilleurs moyens d’engager nos efforts de médiation collective au service du principe central de la Charte, à savoir le règlement pacifique des différends, en utilisant les nombreux mécanismes régionaux et autres dont nous disposons. 

Le succès de la médiation dépend du soutien international et de l’unité politique, a-t-il ajouté.  En ce moment critique, a-t-il dit, rassemblons-nous politiquement pour soutenir le règlement pacifique des conflits partout dans le monde. 

Libye

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a déclaré suivre de près les informations relatives à la mobilisation des forces et le mouvement de grands convois de groupes armés qui ont accru les tensions à Tripoli et dans ses environs. 

La Mission souligne, une fois de plus, l’importance de préserver le calme et la stabilité dans le pays et demande à toutes les parties de s’abstenir de toute action susceptible de conduire à des affrontements armés.  La Mission des Nations Unies exhorte toutes les parties à coopérer avec la Conseillère spéciale du Secrétaire général, Mme Stephanie Williams, dans ses efforts continus pour trouver un moyen négocié de sortir de l’impasse politique actuelle. 

Mme Williams a déclaré dans un tweet qu’elle appelait à la retenue et à s’abstenir de toute action provocatrice, en paroles et en actes, y compris la mobilisation des forces. 

Elle a renouvelé son offre d’utiliser les bons offices des Nations Unies pour servir de médiateur et aider les Libyens à trouver un consensus et une voie à suivre. 

Syrie

Mme Izumi Nakamitsu, la Haute-Représentante pour les affaires de désarmement, a informé le Conseil de sécurité ce matin de la question des armes chimiques en Syrie.  Elle a déclaré au Conseil que la Syrie continue de refuser de délivrer un visa d’entrée à un membre d’une équipe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).  Elle a réitéré que l’utilisation d’armes chimiques constitue une grave violation du droit international et que l’ONU demanderait des comptes à ceux qui violent cette norme. 

Demain marquera, malheureusement, la onzième année écoulée depuis le début du conflit syrien.  Le Secrétaire général fera une déclaration à cette occasion, pour souligner une fois de plus les coûts élevés de la guerre et la nécessité d’arriver à une solution négociée à ce conflit horrible pour, ainsi, voir sa fin.

Afghanistan

La Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, est à Kaboul.  Elle a dit qu’elle parle aux autorités de facto de la nécessité urgente et cruciale de progresser vers la réalisation des droits fondamentaux des femmes et des filles et de mettre fin aux nombreuses violations graves des droits humains auxquelles les femmes et les filles sont soumises.  Elle a dit qu’elle écoute les femmes partager leurs expériences et celles de leurs sœurs. 

Mme Bachelet a souligné que si l’Afghanistan veut enfin trouver la paix et le progrès, les femmes afghanes doivent être des agentes actives du changement et avoir l’espace nécessaire pour diriger les processus de consolidation de la paix, d’aide humanitaire et de développement. 

Myanmar

Au Myanmar, nos collègues continuent d’être préoccupés par la détérioration de la situation humanitaire et des droits de l’homme due à l’intensification des affrontements armés dans plusieurs régions, en particulier dans le nord-ouest et le sud-est. 

Le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants déplacés qui ont été déracinés depuis la prise de pouvoir de l’armée, en février dernier, a dépassé le demi-million, ce qui porte à 873 000 le nombre total de personnes déplacées. 

Le Plan d’intervention humanitaire 2022 –qui a besoin de 826 millions de dollars- vise à aider le nombre record de 6,2 millions de personnes.  Nous exhortons les donateurs à donner généreusement en solidarité avec le peuple du Myanmar. 

Les besoins humanitaires critiques continuent de croître tandis que l’accès aux personnes dans le besoin reste limité.  Nous avons besoin d’un accès humanitaire sûr, inconditionnel et prévisible pour répondre aux besoins croissants, en particulier dans les zones de conflit. 

Liberté d’expression

Un rapport publié aujourd’hui à Paris par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) tire la sonnette d’alarme sur le déclin inquiétant des niveaux de liberté de la presse dans le monde.  Selon le rapport « World Trends in Freedom of Expression and Media Development », les conflits, la propagation de la propagande et de la désinformation ainsi que les nouvelles lois qui prétendent contrer les « fausses nouvelles » sont les principaux facteurs de ce déclin. 

Pourtant, souligne l’UNESCO, comme le montrent les crises récentes, c’est dans ces moments-là qu’une presse libre et indépendante est la plus vitale et doit donc être protégée. 

Selon le rapport, l’UNESCO a enregistré de 2016 à fin 2021 les meurtres de 455 journalistes, décédés pour leur travail ou dans l’exercice de leur travail.  Dans le même temps, l’emprisonnement de journalistes a atteint des niveaux record.

L’agence note que les journalistes qui couvrent les manifestations sont régulièrement harcelés et que de nouvelles mesures juridiques sapent, au lieu de la renforcer, la liberté de la presse.  Elle souligne que depuis 2016, 44 pays sur 193 ont adopté ou modifié des lois et des règlements qui menacent la liberté d’expression et la liberté de la presse en ligne. 

Journée des femmes juges 

Aujourd’hui marque la première Journée internationale des femmes juges.  La Journée a été créée par l’Assemblée générale pour réaffirmer notre engagement à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies et des plans nationaux efficaces pour la promotion des femmes dans les systèmes et institutions judiciaires aux niveaux de la direction, de la gestion et autres.  En 2017, 40% des juges étaient des femmes, ce qui représente une augmentation de 35% par rapport à 2008. 

Comme le Secrétaire général l’a dit à maintes reprises, ce n’est que par la participation active des femmes, sur un pied d’égalité avec les hommes, à tous les niveaux de la prise de décisions, que nous pourrons parvenir au développement durable, à la paix et à la démocratie. 

Vol 302 Ethiopian Airlines  

Autre triste anniversaire: il y a trois ans aujourd’hui, le vol 302 d’Ethiopian Airlines s’écrasait peu après son décollage d’Addis-Abeba. 

Aujourd’hui, nous nous souvenons à nouveau de toutes les victimes de cet horrible accident, en particulier des familles et des amis de nos collègues qui étaient à bord de ce vol, qui se dirigeait vers Nairobi. 

Trois ans plus tard, nous n’oublions pas nos 21 collègues – dont beaucoup étaient dans la fleur de l’âge et venaient de diverses parties du système des Nations Unies.  Leur mémoire se perpétue dans notre travail de promotion des idéaux de cette Organisation et de notre dévouement envers les personnes que nous servons. 

Ils nous manquent tous énormément et nous envoyons nos pensées à leur famille et à leurs amis. 

Contribution financière

Nous remercions le Royaume de Thaïlande, qui a payé l’intégralité de ses cotisations au budget de l’ONU, ce qui porte à 70 le nombre d’États Membres à avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.