Imprimer
dbf220331
31 mars 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 31 mars 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Climat

Ce matin, le Secrétaire général de l’ONU a annoncé le lancement de son Groupe d’experts de haut niveau sur les engagements de zéro émission nette des entités non étatiques. 

Il était accompagné de la Présidente de ce groupe, Mme Catherine McKenna, ancienne Ministre canadienne de l’environnement et des changements climatiques. 

Dans son allocution, le Secrétaire général a déclaré que si les gouvernements ont la plus grosse part de responsabilité dans l’objectif d’atteindre zéro émission nette d’ici au milieu du siècle, nous avons également besoin que chaque entreprise, investisseur, ville, État et région passe de la parole aux actes pour réaliser ses promesses de zéro émission nette, raison pour laquelle il lance ce groupe d’experts. 

Le Groupe formulera des recommandations en faveur de normes et de critères plus crédibles et plus solides pour mesurer, analyser et rendre compte des engagements des entités non étatiques pour arriver au niveau zéro pour les émissions nettes.  

Promesses de dons pour l’Afghanistan 

Ce matin également, le Secrétaire général s’est exprimé en direct par liaison vidéo, lors de la séance d’annonces de contributions de haut niveau sur l’Afghanistan.  Il a noté qu’en dépit des efforts collectifs, la situation humanitaire déjà désastreuse en Afghanistan s’est détériorée de manière alarmante au cours des derniers mois. 

Le Secrétaire général a souligné qu’environ 95% de la population n’a pas assez à manger, que neuf millions de personnes sont menacées de famine et que les prix mondiaux des denrées alimentaires montent en flèche en raison de la guerre en Ukraine.  L’économie afghane s’est effectivement effondrée et plus de 80% de la population est endettée, a-t-il ajouté. 

Le Secrétaire général a souligné que la communauté internationale devait trouver les moyens d’éviter que le peuple afghan pâtisse des conséquences de la décision de cesser le soutien au développement de l’Afghanistan et du gel de près de 9 milliards de dollars d’avoirs afghans à l’étranger.  Le Secrétaire général a aussi déclaré regretter profondément qu’en Afghanistan, l’éducation des filles au-delà de la sixième année d’école reste suspendue, y voyant une violation de l’égalité des droits des filles qui nuit à l’ensemble du pays et expose encore plus les filles à la violence, à la pauvreté et à l’exploitation.  Il a souligné qu’il n’y avait tout simplement aucune justification à cette discrimination. 

Le Secrétaire général a noté que l’appel de financement pour l’Afghanistan s’élève cette année à 4,4 milliards de dollars, soit le plus grand appel jamais connu pour un seul pays.  Il a indiqué que cet appel est pour l’heure financé à moins de 13%.  

Un communiqué de presse sur l’événement et les promesses reçues sera publié aujourd’hui sur le site Web de l’OCHA (Bureau pour la coordination des affaires humanitaires) dans lequel seront comptabilisés les montants des dons.

Ukraine

Aujourd’hui, un autre convoi humanitaire interinstitutions dirigé par l’ONU a atteint Soumy, une ville qui a été fortement touchée par la guerre.  C’est la deuxième fois que l’ONU et ses partenaires parviennent à fournir une aide indispensable aux personnes vivant à Soumy et dans les communautés voisines.  Cela fait suite au premier convoi dirigé par l’ONU qui est arrivé à Soumy le 18 mars, et au troisième convoi humanitaire interinstitutions couronné de succès au cours des deux dernières semaines. 

Le convoi d’aujourd’hui, qui comprenait sept camions, a livré de la nourriture, des médicaments et des produits d’hygiène qui seront distribués dans les jours à venir par la Croix-Rouge ukrainienne et ses partenaires locaux.  Il y avait, entre autres, de la nourriture pour près de 6 000 personnes fournie par le PAM (Programme alimentaire mondial) et l’ONG « People in Need »; des produits d’hygiène fournis par cette ONG pour environ 6 000 personnes; des couvertures, des sacs de couchage et des lampes solaires provenant du HCR (Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés) pour plus de 1 500 personnes; et des fournitures médicales essentielles offertes par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) pour équiper plus de 10 000 personnes pour les trois prochains mois. 

Dans un communiqué publié aujourd’hui, la Coordonnatrice des opérations humanitaires pour l’Ukraine, Mme Osnat Lubrani, a déclaré que le système de notification humanitaire avec l’Ukraine et la Fédération de Russie, qui a été facilité par l’OCHA, a permis le passage sécurisé du convoi d’aujourd’hui.  Mais ce n’est clairement pas suffisant, a-t-elle souligné en soulignant qu’il faut atteindre les personnes les plus vulnérables touchées par la grave crise humanitaire en Ukraine.

L’ONU et ses partenaires n’ont toujours pas été en mesure d’atteindre les zones où les gens ont désespérément besoin de soutien, y compris Marioupol, Kherson et Tchernihiv, malgré des efforts considérables et un engagement continu avec les parties au conflit.  L’ONU poursuit son dialogue avec les deux parties au conflit dans le but de négocier de toute urgence, immédiatement et de manière cohérente, et de faciliter l’acheminement d’une aide humanitaire essentielle pour aider les personnes qui sont les plus durement touchées par la guerre en cours. 

Pour sa part, le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population) indique qu’il a transporté aujourd’hui 3 000 kits dignité, contenant du savon, des sous-vêtements et d’autres articles de base, mais aussi des articles d’hygiène essentiels vers des centres de services sociaux, des abris et des salles de crise pour les survivantes de violences sexistes à Dnipro, Poltava et Zaporijia.

Aujourd’hui encore, dans un communiqué, la Directrice d’ONU-Femmes, Mme Sima Bahous, a noté que les femmes et les filles constituent environ 90% de toutes les personnes déplacées hors d’Ukraine.  C’est un nombre très élevé.  Elle a averti qu’elles sont particulièrement exposées à des risques spécifiques liés au genre tels que la traite, les violences sexuelles et sexistes et le refus d’accès aux services et aux biens essentiels. 

L’OIM (Organisation internationale pour les migrations) a reçu une cargaison de 20 000 biscuits à haute teneur énergétique à son entrepôt de Lviv.  Elle enverra le stock dans l’est de l’Ukraine et le distribuera à ceux qui en ont le plus besoin, en particulier les enfants et les mères enceintes et allaitantes.  L’OIM fournit une aide alimentaire à certaines zones isolées des oblasts de Louhansk et de Donetsk.

De plus, au cours des derniers jours, près de 80 millions de dollars ont été reçus en réponse à l’appel humanitaire de 1,1 milliard de dollars lancé en faveur de l’Ukraine.  Ainsi, environ 51% de l’appel est actuellement financé.

Syrie

Hier, un convoi interinstitutions de l’ONU traversant les lignes de front, composé de 14 camions avec à leur bord de la nourriture pour quelque 43 000 personnes, des articles non alimentaires et des fournitures d’assistance sanitaire, a fait le trajet depuis Alep à Sarmada, dans le nord-ouest du pays.

Il y a 4,1 millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans le nord-ouest de la Syrie qui dépendent de l’aide pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires, et 80% d’entre eux sont des femmes et des enfants. 

Les conditions humanitaires dans la région se détériorent en raison des hostilités en cours et de l’aggravation de la crise économique.

Il s’agit du troisième convoi traversant les lignes de front à atteindre le nord-ouest, conformément au plan opérationnel interinstitutions de l’ONU et soutenu par la résolution 2585 (2021) du Conseil de sécurité qui appelle à la fois à des convois transfrontaliers et traversant les lignes de front.

L’ONU continue d’exhorter à accroître l’accès à toutes les communautés syriennes qui ont besoin d’aide humanitaire.

Les opérations traversant les lignes de front sont complémentaires des opérations transfrontalières, qui comprennent 800 camions par mois livrant de la nourriture et d’autres aides vitales à 2,4 millions de personnes.

Moyen-Orient et Afrique du Nord / Prix des denrées alimentaires

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué qu’alors que débute du mois de ramadan, la flambée du prix des aliments de base dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord dépendants des importations crée des défis de plus en plus grands pour des millions de familles qui luttent déjà pour maintenir la faim à distance.  Le PAM a averti que cette année, des millions de personnes auront du mal à acheter même les produits alimentaires les plus élémentaires pour leurs familles, car le conflit en Ukraine a provoqué une augmentation du prix des denrées alimentaires encore plus inquiétante que les niveaux du début de l’année.

Selon le PAM, les prix de la farine de blé et de l’huile végétale -deux aliments de base dans l’alimentation de la plupart des familles- ont constamment augmenté dans toute la région.  Le prix de l’huile de cuisson a augmenté de 36% au Yémen et 39% en Syrie.  Le prix de la farine de blé a augmenté de 47% au Liban, 15% en Libye et 14% en Palestine.

Avec la hausse du prix mondial des denrées alimentaires, les maigres ressources dont dispose le PAM pour les opérations dans la région, en particulier au Yémen et en Syrie, seront sous encore plus de pression qu’auparavant.  Dans les deux pays, le conflit et le ralentissement économique qui en a découlé ont laissé plus de 29 millions de personnes dans le besoin d’une aide alimentaire.  Le PAM soutient près de 19 millions de personnes dans ces deux pays.

République démocratique du Congo

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) rapporte que le site où s’est écrasé l’hélicoptère transportant huit Casques bleus a été sécurisé par la Mission et qu’une enquête préliminaire est en cours.

Une cérémonie en l’honneur des Casques bleus disparus du Pakistan, de la République de Serbie et de la Fédération de Russie est prévue samedi à Goma.

Soudan du Sud

Au Soudan du Sud, l’ONU, avec ses partenaires, a lancé le Plan de réponse humanitaire 2022 pour le Soudan du Sud qui cherche à lever 1,7 milliard de dollars pour atteindre les 6,8 millions de personnes.

On estime que plus des deux tiers de la population du Soudan du Sud -soit 8,9 millions de personnes- ont besoin d’aide humanitaire.  Une majorité d’entre eux, soit 8,3 millions, devraient faire face à une grave insécurité alimentaire au plus fort de la période de soudure, qui s’étend de mai à juillet.

L’année dernière, l’ONU a fourni une aide alimentaire ainsi qu’en matière de santé, d’eau et d’assainissement, d’éducation, de moyens de subsistance, de nutrition et de protection, à 5,3 millions de personnes.

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) se dit profondément préoccupée par la détérioration de la situation sécuritaire dans la zone des trois frontières -qui se situe entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso- ainsi que par son impact sur la population civile.

La MINUSMA indique que les attaques des groupes terroristes armés ont eu un impact dévastateur sur la population civile déjà en détresse.  Les localités de Tessit, Talataye, Ansongo et la région de Ménaka ont été particulièrement impactées.  Des dizaines de personnes sont mortes, et il y a aussi d’importants déplacements de population vers les villes de Gao et Ansongo.

En réponse à cette situation, les Casques bleus ont déployé, il y a plus d’une semaine, une unité dans la région, et sont en train d’en déployer une autre aujourd’hui.

Les équipes de la MINUSMA ont également été mobilisées pour mieux évaluer l’impact de la violence sur les communautés.  Une équipe d’enquête sur les violations et abus des droits de l’homme a été mise en place.

La Mission reste en contact étroit avec les autorités maliennes pour déterminer quel soutien supplémentaire pourrait être apporté à la population.

Sierra Leone

Le Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), M. Mahamat Saleh Annadif, est en Sierra Leone pour une visite de deux jours.

Il rencontrera le Président Bio, ainsi que l’ancien Président Koroma, et aura des entretiens avec diverses parties prenantes sierra-léonaises.

Cette mission s’inscrit dans le cadre de ses activités d’accompagnement des pays de la sous-région dans leurs efforts de consolidation de la paix et du développement.

Albanie

L’équipe des Nations Unies en Albanie, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Fiona McCluney, continue d’aider les autorités à répondre à la pandémie de COVID-19, en assurant la continuité des services essentiels, tout en renforçant les lois pour protéger les groupes vulnérables, y compris les personnes apatrides et les enfants.

Sur le plan de la santé, l’ONU a fourni des ambulances et du matériel de détection rapide de la COVID-19, et a atteint plus de 100 000 enfants dans plus de 300 écoles avec du matériel de prévention de la COVID-19 l’année dernière.  Plus de 60 000 agents de santé et bénévoles ont été formés à la prévention, au contrôle et à la surveillance des infections, tandis que 7 000 nouveau-nés ont bénéficié d’une amélioration de la qualité des soins néonatals.

L’équipe des Nations Unies a également fourni des fournitures d’hygiène à 10 000 enfants et parents, 9 000 femmes ont été testées pour le cancer du col de l’utérus et plus de 1 500 patientes ont reçu une radiothérapie.

Contribution financière

L’Albanie a versé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU, amenant à 80 le nombre d’États Membres à en avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.