Imprimer
DBF220418
18 avril 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 avril 2022

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général / Koweït

Aujourd’hui, le Secrétaire général s’est entretenu au téléphone avec Son Altesse Cheikh Sabah Khaled Al-Hamad Al-Sabah, Premier Ministre du Koweït.  Le Secrétaire général et le Premier Ministre ont discuté de la manière de mobiliser un grand soutien de la part des pays du Golfe à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).  Ils ont discuté de la trêve au Yémen, ainsi que des perspectives d’amélioration de la sécurité régionale dans le Golfe. 

Le Secrétaire général et le Premier Ministre se sont également entretenus de la situation actuelle à Jérusalem.  Le Secrétaire général a réaffirmé sa position selon laquelle le statu quo sur les lieux saints de Jérusalem doit être maintenu et respecté.  Toute provocation, a-t-il dit, doit être évitée à tout prix.

Secrétaire général / Turquie

Dimanche, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Président de la Turquie, M. Recep Tayyip Erdoğan.  Le Secrétaire général a exprimé son soutien continu au processus d’Istanbul en ce qui concerne la guerre en Ukraine et a réitéré la nécessité de disposer de couloirs humanitaires pour la distribution de l’aide et l’évacuation des personnes. 

Le Secrétaire général et le Président de la Turquie ont également discuté de la situation à Jérusalem.  Le Secrétaire général a réaffirmé sa position selon laquelle le statu quo dans les lieux saints de Jérusalem doit être maintenu et respecté.  Il a souligné que toute provocation devra être évitée à tout prix.

Secrétaire général / Ukraine

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par les attaques qui frappent de manière continue les villes ukrainiennes à travers le pays, notamment celles touchées récemment comme Lviv, Dnipro, Kharkiv et Mykolaïv.  Il s’est inquiété des conséquences de ces attaques qui font de nombreuses victimes civiles et détruisent des zones résidentielles, ainsi que des infrastructures civiles. 

Le Secrétaire général est vivement préoccupé par la situation humanitaire épouvantable qui continue de sévir dans la ville assiégée de Marioupol, qui a été en grande partie détruite par des semaines d’attaques russes incessantes.  Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties qu’elles doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter les pertes civiles et les dommages aux zones résidentielles et aux infrastructures civiles.

Le Secrétaire général exhorte instamment toutes les parties à promulguer un cessez-le-feu humanitaire urgent et immédiat, afin de garantir le fonctionnement sûr et sécurisé des couloirs humanitaires, d’aider à évacuer les résidents civils et de fournir une aide vitale sur les plans humanitaire et médical.

Il faut donner aux véritables négociations une chance de réussir et d’apporter une paix durable.  Le Secrétaire général et l’ONU sont prêts à soutenir ces efforts.

Ukraine

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que 136 attaques ont frappé des établissements de santé en Ukraine, tuant 73 personnes et en blessant 52 autres.  L’Ukraine représente plus de 68% de toutes les attaques contre des établissements de santé recensées dans le monde en 2022.  Plus d’une personne sur quatre en Ukraine est déplacée, soit 12 millions de personnes - dont 4,9 millions de réfugiés et 7,1 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays.  Les retours en Ukraine, parallèlement, se multiplient.  Selon des informations émanant de la police des frontières, plus de 870 000 personnes sont revenues en Ukraine depuis le 24 février, parmi lesquelles des femmes, des enfants et des personnes âgées.  Ces retours engendrent de nouveaux défis pour la réponse humanitaire en termes de reconstruction et de réintégration. 

Plus de 1 300 membres du personnel des Nations Unies en Ukraine sont engagés au sein de la réponse humanitaire.  L’ONU dispose, avec ses partenaires humanitaires, de huit centres opérationnels: Dniepr, Vinnytsia, Lviv, Oujhorod, Moukatchevo, Tchernivtsi, Louhansk et Donetsk.  Des centres seront également mis en place à Odessa, Marioupol et Kharkiv lorsque les conditions le permettront.  Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a rouvert ses portes à Kiev.  Le Chef du Bureau, M. Esteban Sacco, s’y trouve actuellement.  Selon l’OCHA, plus de 155 000 personnes ont reçu au 15 avril une aide en espèces pour des usages multiples, grâce au soutien fourni par 22 partenaires.  Ce chiffre devrait rapidement augmenter.  Un convoi, qui devait se rendre le 14 avril d’Odessa à Kherson, n’a pas pu le faire, faute d’avoir reçu les garanties sécuritaires nécessaires.  Le convoi a été déchargé à Odessa le 13 avril et la cargaison a été envoyée à deux organisations non gouvernementales qui la distribueront dans la région de Kherson par l’intermédiaire de la Croix-Rouge ukrainienne et des organisations bénévoles.  L’appel éclair pour l’Ukraine était, au 18 avril, financé à hauteur de 68%, soit 774 millions de dollars.  Le fonds de financement pour l’Ukraine a été abondé à ce jour à hauteur de 126 millions de dollars, dont 66 millions ont été versés.

Éthiopie

Dans le nord de l’Éthiopie, un convoi de 50 camions transportant des denrées alimentaires, de l’aide humanitaire et de l’essence est arrivé vendredi à Mekele, la capitale de la région du Tigré.  Les 1 000 tonnes d’aide alimentaire transportées sont suffisantes pour nourrir environ 43 000 personnes.  Le convoi comptait aussi 700 tonnes d’articles sanitaires, nutritionnels, d’eau et de produits d’assainissement, ainsi que trois camions-citernes contenant 115 000 litres d’essence.  Il s’agit du deuxième convoi acheminé dans le Tigré depuis le 1er avril, après une interruption de trois mois et demi de livraisons par la route.  Néanmoins, une aide beaucoup plus importante, ainsi que de l’essence, sont nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires sur le terrain.  D’autres convois sont prêts à aller de Semera à Mekelle par la route.  L’ONU continue de dialoguer avec toutes les parties afin de garantir que des convois supplémentaires puissent partir en toute sécurité dès que possible et acheminer leurs livraisons pour les personnes touchées par le conflit au Tigré -ainsi qu’à Afar et Amhara- de manière régulière et prévisible.

République démocratique du Congo

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) est extrêmement préoccupé par la détérioration de la situation humanitaire dans la province d’Ituri, dans le nord-est de République démocratique du Congo (RDC), alors que des violences s’y poursuivent.

La semaine dernière, des attaques dans les territoires de Djugu et d’Irumu ont entraîné la mort d’au moins 35 civils, parmi lesquels une personne déplacée et 19 rapatriés. 

L’insécurité a contraint neuf organisations humanitaires -une agence des Nations Unies et huit ONG internationales- à suspendre temporairement leurs déplacements routiers dans les territoires d’Irumu et de Mambasa, retardant l’acheminement de l’aide à des milliers de personnes.

La situation humanitaire en Ituri a commencé à se détériorer en octobre 2021, lorsque les attaques contre les civils se sont multipliées, y compris contre les sites de personnes déplacées.  Cette flambée de violence a entraîné d’importants mouvements de population et, aujourd’hui, la province compte plus de 1,9 million de personnes déplacées.

L’insécurité persistante affecte également la production alimentaire en Ituri, laissant des milliers de familles sans nourriture suffisante.  Dans cette province, l’insécurité alimentaire touche près de trois millions de personnes, en particulier dans le territoire de Djugu où une personne sur cinq est confrontée à des niveaux de faim d’urgence.

Au cours des deux dernières années, entre mars 2020 et mars 2022, quelque 211 écoles ont été détruites ou endommagées, entraînant la non-scolarisation de plus de 55 000 enfants dans toute la province.

Malgré l’instabilité de la situation, l’ONU et ses partenaires continuent à fournir une assistance aux civils.  Huit projets dans les domaines de l’abri, de la santé, de la sécurité alimentaire, de la nutrition et de la protection sont actuellement mis en œuvre dans les régions de Komanda et de Mambasa.

Secrétaire général / Jérusalem

Dans un communiqué publié ce week-end, le Secrétaire général s’est dit profondément préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire à Jérusalem.

Il a appelé les dirigeants de tous bords à calmer la situation.  Les provocations sur l’esplanade des Mosquées doivent cesser maintenant pour empêcher une nouvelle escalade, a-t-il souligné en réitérant son appel au maintien et au respect du statu quo des lieux saints de Jérusalem.

Le Coordonnateur spécial du Secrétaire général pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Tor Wennesland, est en contact étroit avec les principaux partenaires régionaux et les parties pour apaiser la situation.

Le Secrétaire général a également réitéré son engagement à aider les Palestiniens et les Israéliens à résoudre le conflit sur la base des résolutions pertinentes des Nations Unies, du droit international et des accords bilatéraux.

Secrétaire général / Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité

Dans une déclaration publiée samedi, le Secrétaire général a félicité Mme Kristalina Georgieva et le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) d’avoir approuvé la création du nouveau Fonds pour la résilience et la durabilité, qui sera opérationnel à compter du 1er mai prochain.

Ce fonds est une bonne nouvelle, en particulier pour les pays confrontés à des crises aggravées, notamment par les effets de la guerre en Ukraine.  Il s’inscrit dans une perspective à long terme et aidera les pays en développement et les pays vulnérables à revenu intermédiaire à répondre à des problèmes tels que les changements climatiques et la pandémie prolongée de COVID-19, tout en améliorant la résilience aux chocs futurs.  Une perspective à long terme est nécessaire si nous voulons non seulement faire face aux crises tridimensionnelles actuelles, mais aussi conserver l’espoir de sauver les objectifs de développement durable, a fait valoir le Secrétaire général. 

Compte tenu du contexte actuel, le Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité doit être suffisamment et immédiatement doté en capital pour relever le défi.  Lors du lancement, la semaine dernière, du Groupe mondial d’intervention des Nations Unies en cas de crise, le Secrétaire général a vivement encouragé les donateurs à contribuer à ce nouveau fonds ainsi qu’au Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et la croissance.  Il a également appelé à réorienter les droits de tirage spéciaux (DTS) inutilisés des pays ayant une position extérieure solide vers les pays qui ont le plus besoin de ressources pour renforcer leur résilience. 

Yémen

Au Yémen, les houthistes ont signé un plan d’action avec les Nations Unies pour mettre fin et prévenir le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés, le meurtre et la mutilation de garçons et de filles, les attaques contre les écoles et les hôpitaux et d’autres violations graves.

Mme Virginia Gamba, la Représentante spéciale du Secrétaire générale pour le sort des enfants en temps de conflit armé, a signé le plan d’action depuis New York en tant que témoin.  Elle s’est félicitée de cette mesure supplémentaire pour protéger les enfants au Yémen, et elle a appelé toutes les parties au conflit dans le pays à saisir l’opportunité de la trêve actuelle pour donner la priorité aux droits des enfants et aux besoins des enfants.  À ce jour, les principales parties au conflit au Yémen ont toutes signé des engagements pour mettre fin et prévenir les violations graves contre les enfants.  Par le biais de cette initiative, les houthistes se sont engagés à identifier et à libérer les enfants de leurs rangs dans les six mois.

Mme Gamba a réitéré la disponibilité de l’ONU à soutenir les houthistes dans la mise en œuvre de l’accord.

Afghanistan

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par les informations faisant état de victimes civiles, y compris des femmes et des d’enfants, à la suite de frappes aériennes signalées en Afghanistan.  Le Secrétaire général exprime ses condoléances aux familles des victimes et souhaite aux blessés un prompt rétablissement.

Philippines

Aux Philippines, l’ONU et ses partenaires humanitaires fournissent une assistance à la suite des fortes pluies causées par la tempête tropicale Megi qui a causé la mort de 172 personnes.  De nombreuses personnes sont toujours portées disparues.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) fournira de l’eau et des fournitures sanitaires.  L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) distribue également des trousses d’hygiène, ainsi que des fournitures de couchage et des tentes.  L’OIM aide à gérer les camps de déplacées et fournit un soutien psychosocial et de santé mentale.

De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) a dépêché 24 camions pour transporter de la nourriture, des fournitures de couchage et des ustensiles de cuisine.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.