Imprimer
dbf220512
12 mai 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 mai 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil des chefs de secrétariat

Le Secrétaire général a ouvert aujourd’hui, à Vienne, une réunion des chefs des organisations du système des Nations Unies, connue sous le nom de Conseil des chefs de secrétariat (CCS).

Au cours de cette session, la réflexion des membres du CCS portera sur les affaires mondiales actuelles ainsi que sur les défis posés par la reprise économique mondiale et la manière d’inverser la perte de vitesse dans le processus de réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité a voté la prolongation du mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) jusqu’en novembre 2022.

Au cours de cette même matinée, lors d’un exposé au Conseil de sécurité sur l’Ukraine, Mme Joyce Msuya, Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, a condamné les récentes attaques et les combats qui ont causé d’immenses souffrances humaines, principalement dans les régions de l’est et du sud du pays.  Elle a réitéré l’engagement de l’ONU à explorer toutes les options, des pauses locales aux cessez-le-feu plus larges, pour atteindre plus de personnes dans le besoin et sauver des vies.

Mme Msuya a exhorté les parties au conflit à supprimer tout obstacle à la circulation du personnel humanitaire afin d’assurer la poursuite de l’acheminement de l’aide vitale à travers l’Ukraine.  Elle a réitéré que les civils en Ukraine paient un prix bien trop élevé pour la guerre et que les parties au conflit ont l’obligation, en vertu du droit international humanitaire, de protéger tous les civils, leurs maisons, les écoles, les hôpitaux et les autres infrastructures essentielles.

Mme Msuya a indiqué que la situation est particulièrement préoccupante dans l’oblast de Louhansk, où, selon les autorités locales, environ 40 000 personnes sont privées d’électricité, d’eau et de gaz et coupées des réseaux mobiles dans les zones sous contrôle du Gouvernement.  Cela est dû à la destruction des infrastructures, a-t-elle précisé, ajoutant que, dans l’oblast voisin de Donetsk, des travailleurs humanitaires signalent de violents bombardements dans la ville de Donetsk ces derniers jours.

Mme Msuya a fait savoir qu’à Odessa, dans le sud de l’Ukraine, plusieurs frappes aériennes menées ces derniers jours auraient causé de lourds dommages aux habitations, à l’aéroport et à d’autres infrastructures civiles essentielles.  Plusieurs victimes civiles ont été signalées, mais l’ONU n’a pas encore pu vérifier les chiffres, a-t-elle précisé.

Informant également les membres du Conseil, le Directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), M. Omar Abdi, a déclaré qu’au cours du mois dernier, l’ONU a pu vérifier la mort de près de 100 enfants.  Se disant convaincu que les chiffres réels sont considérablement plus élevés, il a affirmé que davantage d’enfants ont été blessés et confrontés à de graves violations de leurs droits, tandis que des millions d’autres ont été déplacés.

M. Abdi a ajouté que les écoles continuent d’être attaquées et utilisées à des fins militaires.  Il a également indiqué que des infrastructures d’eau et d’assainissement ont été touchées.  La guerre en Ukraine, comme toutes les guerres, est une crise de la protection et des droits de l’enfant, a-t-il dit.

Cet après-midi, le Conseil de sécurité tiendra des consultations à huis clos sur l’Afghanistan.  À cette occasion, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Afghanistan, Mme Deborah Lyons, informera les membres du Conseil.

Moyen-Orient

Dans une déclaration publiée hier après-midi, le Secrétaire général s’est dit consterné par le meurtre de Shireen Abu Akleh, une journaliste américano-palestinienne d’Al Jazeera TV, qui a été abattue alors qu’elle couvrait une opération des forces de sécurité israéliennes à Jénine, en Cisjordanie occupée.

Il présente ses sincères condoléances à la famille de Mme Abu Akleh et souhaite un prompt rétablissement à son confrère journaliste Ali Samoudi, qui a été blessé lors du même incident.

Il appelle les autorités compétentes à mener une enquête indépendante et transparente sur cet incident et à veiller à ce que les responsables soient tenus responsables.

Le Secrétaire général condamne toutes les attaques et assassinats de journalistes et souligne que les journalistes ne doivent jamais être la cible de violences.  Les travailleurs des médias devraient pouvoir effectuer leur travail librement et sans harcèlement, intimidation ou crainte d’être pris pour cible. 

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a lancé une opération conjointe avec les forces armées du pays à Bambari, dans la préfecture de la Ouaka.  Cette opération intervient en réponse aux tensions et aux préoccupations sécuritaires, notamment après les attaques de lundi à Bokolobo, près de Bambari, qui ont fait des victimes civiles et ont entraîné le déplacement de populations.

La Mission rapporte que, pour ce qui est du maintien de la paix, cette opération est dirigée par une force de réaction rapide, en coordination avec d’autres soldats de la paix, y compris la Police des Nations Unies.  Les Casques bleus patrouillent dans la ville et aident à sécuriser les zones les plus fréquentées par la population.

Évoquant cette opération conjointe, la Cheffe de MINUSCA, Mme Valentine Rugwabiza, a déclaré que les soldats de la paix agiront avec fermeté pour empêcher et prévenir les menaces contre la population civile.

Rwanda

Il a été confirmé que le dernier des principaux fugitifs inculpés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), M. Protais Mpiranya, est décédé.

M. Mpiranya était un responsable présumé du génocide de 1994 au Rwanda.  Il était notamment accusé de huit chefs de génocide et de crimes contre l’humanité, ainsi que du meurtre de 10 Casques bleus belges de l’ONU.

Le Procureur en chef du Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux, M. Serge Brammertz, a estimé que rendre compte du sort du dernier des principaux fugitifs est un pas en avant important dans les efforts continus visant à rendre justice aux victimes du génocide de 1994.

Pour M. Brammertz, la confirmation du décès de M. Mpiranya offre le réconfort de savoir qu’il ne peut pas causer davantage de tort.

Kenya

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, est au Kenya, où il a pu se rendre dans le comté de Turkana et constater l’impact dévastateur d’une quatrième saison des pluies à faible pluviométrie consécutive qui affecte toute la Corne de l’Afrique.

M. Griffiths a rencontré les autorités locales et les personnes touchées par la sécheresse.

Dans le village de Lomopus, des membres de la communauté ont dit à M. Griffiths qu’il s’agissait de la pire sécheresse de mémoire humaine.

De nombreuses familles ont perdu leur bétail et luttent pour survivre et subvenir aux besoins de leur famille.  Ceux qui parviennent à acheter de la nourriture partagent leurs maigres provisions avec leurs voisins, tandis que beaucoup n’ont que des fruits de palme à manger.

S’exprimant à Lomopus, M. Griffiths a souligné que le monde ne doit pas détourner son attention de la crise engendrée par la sécheresse qui s’aggrave rapidement dans la Corne de l’Afrique, appelant à une action urgente et à des ressources accrues pour aider les communautés à survivre.

La visite de M. Griffiths au Kenya se poursuivra demain.

Éthiopie

Les agences humanitaires indiquent que, dans le nord de l’Éthiopie, l’acheminement de l’aide par voie terrestre dans la région du Tigré reste bien en deçà de ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins des populations.

La situation humanitaire est aggravée par la suspension continue des services essentiels de base, notamment les services bancaires, l’électricité et les communications.

Depuis le début du mois d’avril, quelque 350 camions transportant de l’aide sont arrivés le long du corridor Semera-Abala-Mekelle à travers la région Afar voisine.  Plus récemment, un convoi de 99 camions -le plus important à atteindre le Tigré depuis de nombreux mois- est arrivé mardi à Mekele, la capitale du Tigré, transportant plus de 3 600 tonnes d’aide alimentaire, quelque 40 tonnes d’articles ménagers et 40 autres tonnes de fournitures scolaires.

Environ 1,5 million de personnes ont reçu une aide alimentaire au cours des sept derniers mois.  Cependant, cela ne représente qu’environ un quart du nombre de ceux qui ont besoin d’aide, celle-ci devant être livrée toutes les six semaines.

L’ONU et ses partenaires travaillent à la distribution des fournitures.  Au début du mois, quelque 84 000 personnes ont reçu une aide alimentaire dans les villes d’Adigrat, Mekele, Sheraro et Tahtay Adiyabo au Tigré

Dans la région Amhara voisine, plus de 10 millions de personnes ont reçu de l’aide dans le cadre de l’actuel cycle de distribution de vivres qui a commencé fin décembre.  Cependant, certaines zones proches de la frontière avec le Tigré demeurent difficiles d’accès pour l’ONU et ses partenaires en raison de problèmes de sécurité.

Nomination

Le Secrétaire général a nommé Mme Ulrika Ulfsdotter Richardson, de la Suède, comme Représentante spéciale adjointe au Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) et Coordonnatrice résidente.  Mme Richardson assumera également les fonctions de Coordonnatrice humanitaire. 

Elle succède à M. Bruno Lemarquis, de la France, qui vient d’arriver au terme de son mandat et auquel le Secrétaire général exprime sa gratitude pour le dévouement et l’engagement en faveur des Nations Unies dont il n’a cessé de faire preuve.  Le Secrétaire général a également exprimé sa gratitude pour le leadership du Représentant spécial adjoint par intérim, M. Fernando Hiraldo del Castillo, de l’Espagne. 

Mme Richardson apporte avec elle une expérience de plus de 30 ans dans le développement, les affaires humanitaires et les questions politiques.  Elle a récemment travaillé avec la Mission intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), après avoir été Coordonnatrice résidente à Cabo Verde. 

Indonésie / COVID-19

L’équipe de pays des Nations Unies en Indonésie, dirigée par la Coordonnatrice résidente Valérie Julliand, continue d’aider les autorités à lutter contre la pandémie de COVID-19 et à s’en remettre.

À ce jour, l’UNICEF a facilité l’arrivée de près de 104 millions de doses de vaccin via le Mécanisme COVAX, tandis que l’équipe des Nations Unies soutient les efforts nationaux de vaccination.

À ce jour, près de 166 millions de personnes ont été entièrement vaccinées, soit 80% de la population de plus 12 ans.

L’équipe de l’ONU a formé plus de 180 000 agents de santé indonésiens jusqu’à présent, fourni des produits alimentaires et nutritionnels d’urgence à 25 000 personnes vulnérables et aidé 42 000 étudiants à accéder à l’enseignement à distance.

L’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et leurs partenaires aident également le Gouvernement à préparer une campagne de rattrapage à grande échelle pour les vaccinations qui ne sont pas liées à la COVID-19.

Près de six millions de personnes ont bénéficié du soutien apporté par l’ONU pour renforcer les services de santé maternelle.

L’équipe des Nations Unies indique également que, pour une reprise plus verte après la pandémie, près de 45 000 hectares de terres sont désormais sous la protection de zones non forestières soutenues par l’ONU, ce qui atténue plus de 16 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone.

Sécheresse

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification a publié un rapport appelant à un engagement mondial en faveur de la préparation et de la résilience à la sécheresse.  Le rapport, intitulé « La sécheresse en chiffres », contient également des chiffres qui soulignent l’importance d’investir dans la restauration des terres.  Par exemple, cette année, plus de 2,3 milliards de personnes ont été confrontées à un stress hydrique et près de 160 millions d’enfants ont été exposés à des sécheresses graves et prolongées.

Le rapport a été publié en prévision de la sortie, le 18 mai, du rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sur l’état du climat mondial en 2021, lequel mettra en évidence les effets incapacitants de la sécheresse dans certaines parties du monde telles que la Corne de l’Afrique.

Journée internationale de la santé des végétaux

Aujourd’hui marque la Journée internationale de la santé des végétaux.  Les végétaux fournissent 80% des aliments que nous consommons et 98% de l’oxygène que nous respirons.  Cependant, ils sont menacés.  Chaque année, jusqu’à 40% des cultures vivrières sont détruites par des organismes nuisibles et des maladies des végétaux.  Cette situation a des répercussions aussi bien sur la sécurité alimentaire que sur l’agriculture, qui constitue la principale source de revenus des communautés rurales vulnérables.

Cette journée vise à sensibiliser la communauté internationale en montrant comment la protection de la santé des végétaux peut contribuer à éliminer la faim, à réduire la pauvreté, à protéger la biodiversité et l’environnement, et à stimuler le développement économique.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.