Imprimer
dbf220527
27 mai 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 mai 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacements du Secrétaire général

Le Secrétaire général part pour Stockholm, mardi prochain, pour assister à la conférence Stockholm+50, convoquée par les gouvernements de la Suède et du Kenya.  La réunion a lieu cinq décennies après la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain en 1972 qui a conduit à la création du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUE).  La rencontre de Stockholm est aussi l’occasion pour les dirigeants du monde de tirer parti des 50 années de l’action multilatérale sur l’environnement afin d’assurer un meilleur avenir à une planète saine.

Le Secrétaire général entend exhorter les pays à embrasser le droit à un environnement propre et sain partout et pour tous, en particulier pour les communautés pauvres, les femmes et les filles, les peuples autochtones, les jeunes gens et les générations futures.

En marge de la conférence, il prévoit de rencontrer les représentants du Groupe de travail sur les jeunes de Stockholm+50.

Pendant sa visite, il a aussi l’intention de s’entretenir avec la Première Ministre de la Suède, Mme Magdalena Andersson, et Leurs Altesses royales, le Roi Carl XVI Gustaf et la Princesse héritière Victoria, sans oublier d’autres hauts responsables suédois.

Le Secrétaire général entend également s’entretenir avec les membres du Conseil consultatif de haut niveau sur le multilatéralisme efficace.

Sommet de l’Union africaine

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, est à Malabo, en Guinée équatoriale, où il a fait une déclaration aujourd’hui à l’ouverture du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la situation humanitaire et sa Conférence de promesse de contribution.  M. Griffiths représente le Secrétaire général.

Dans sa déclaration, il a dit que de nombreuses luttes que l’Afrique mène sont dues à des forces extérieures, dont les conflits, les changements climatiques, la pandémie de COVID-19 et l’explosion des prix des biens de première nécessité.

Il a noté que des millions d’Africains risquent de plus en plus d’être réduits à la survie.

Demain, toujours à Malabo, le Chef du Bureau de lutte contre le terrorisme, M. Vladimir Voronkov, représentera le Secrétaire général à l’ouverture de la session du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur le terrorisme et les changements de régimes anticonstitutionnels.

Dans sa déclaration, M. Voronkov devrait dire que les groupes terroristes, comme Al-Qaida et Daech, ainsi que leurs affiliés, ont intensifié les attaques en Afrique, tuant et blessant des civils innocents et aggravant les tensions intercommunautaires.

Il devrait réitérer l’engagement des Nations Unies de continuer à travailler avec l’Union africaine et les États membres du continent pour s’attaquer à la menace posée par le terrorisme et l’extrémisme violent, conformément aux droits de l’homme et à l’état de droit.

Mali

Après ses activités en Guinée équatoriale, M. Griffiths sera au Mali, dès demain.  Il devrait s’entretenir avec des responsables du gouvernement et des représentants des communautés humanitaire et donatrice.  M. Griffiths verra des projets humanitaires et se rendra aux côtés des communautés touchées au Mali.

La situation humanitaire dans le pays s’est en effet considérablement dégradée en raison du conflit et des affrontements intercommunautaires.

Aujourd’hui, 7,5 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, soit un Malien sur quatre, a besoin d’une aide humanitaire.  Le niveau des besoins a atteint un record depuis le début de la crise en 2012.

Par exemple, 1,8 million de personnes auront besoin d’une aide alimentaire cette année, soit une augmentation de 51% par rapport à l’année dernière.

Les fonds n’ont fait que baisser ces dernières années, alors que les besoins augmentent.  À ce jour, la demande révisée de 685,7 millions de dollars pour aider 5,3 millions de personnes cette année n’est financée qu’à hauteur de 11%.

Le 17 ami dernier, le Fonds central pour les interventions d’urgence a annoncé un versement de 8 millions de dollars pour la Réponse rapide dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Éthiopie

Dans le nord du pays, l’ONU et ses partenaires humanitaires continuent de fournir une assistance au Tigré, à Afar et à Amhara.

La semaine dernière, 300 camions chargés de nourriture et autres produits sont arrivés au Tigré par la route Semera-Abala-Mekelle.

Depuis la reprise des convois, au début du mois d’avril, 875 camions sont arrivés au Tigré, chargés de plus de 32 800 tonnes de produits, dont de la nourriture et des articles nutritionnels.  Avant le mois d’avril, les convois avaient été interrompus pendant plus de trois mois.

Cinq autres tankers sont arrivés au Tigré, la semaine dernière.  Le flux continu de carburant est essentiel pour les opérations humanitaires dans la région; quelque 200 000 litres étant nécessaires chaque semaine.  Depuis le début du mois d’avril, ce sont quelque 644 000 litres de carburant qui ont été acheminés.

Dans les régions voisines d’Afar et d’Amhara, les besoins humanitaires demeurent importants.

Afar a connu des pillages à grande échelle et la destruction de centres de santé et autres infrastructures.

Les efforts pour intensifier l’aide se poursuivent.  Près de 880 000 personnes ont reçu une aide alimentaire depuis la fin du mois de février.  Les agents humanitaires ont aussi ouvert des centres de traitement de la malnutrition.

À Amhara, l’ONU et ses partenaires ont aidé plus d’un million de personnes, lors du dernier cycle de distribution de l’aide alimentaire qui a commencé à la moitié du mois de mars.  La semaine dernière, plus 37 000 déplacés et rapatriés ont reçu des abris de secours et autres articles dans les zones du Nord Wello, du Nord Gondar, de Wag Hamra et du Sud Wello.

L’ONU et ses partenaires travaillent aussi pour répondre à la grave sécheresse qui a touché plus de huit millions de personnes dans le sud du pays.

Toujours dans le sud, les agences de l’ONU indiquent qu’elles soutiennent une nouvelle stratégie de trois ans sur des solutions durables dans la région Somali affectée par la sécheresse.

Ce plan vise à aider plus de 100 000 ménages et 600 000 hommes, femmes et enfants déplacés.

La Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice humanitaire, Mme Catherine Sozi, a souligné la nécessité de donner la priorité aux déplacements internes pour parvenir au développement et à la paix.

République démocratique du Congo

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) indique que des affrontements avec le M23 ont éclaté tôt hier.  Les Forces armées congolaises sont parvenues à reprendre le contrôle de leurs positions à environ 20 kilomètres au sud de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu.

Pour sa part, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a déclaré aujourd’hui qu’il était profondément préoccupé par les besoins urgents et à grande échelle de plus de 72 000 personnes qui ont été déplacées par les combats de ces derniers jours dans la province du Nord-Kivu.

Le HCR affirme que, depuis novembre de l’année dernière, au moins 170 000 civils ont été déplacés, certains plus d’une fois, voire même à de multiples reprises.

Au cours de la semaine dernière, quelque 7 000 personnes auraient également traversé la frontière vers l’Ouganda voisin, un pays qui accueille déjà plus de 1,5 million de réfugiés.

La MONUSCO indique que l’accès humanitaire reste un défi majeur en raison des combats, bien qu’un calme relatif soit revenu dans plusieurs zones du territoire de Rutshuru qui avaient été touchées par la violence.  La Mission des Nations Unies continue de dialoguer avec les autorités congolaises aux niveaux provincial et national, notamment pour faire face à une éventuelle augmentation de la désinformation et des discours de haine.

Les Casques bleus continuent également de fournir un appui technique et logistique aux consultations en cours avec les groupes armés congolais dans le cadre du processus dirigé par le Kenya.  La MONUSCO continue de soutenir tous les efforts visant à faire avancer les solutions politiques au conflit tout en maintenant une position solide pour protéger les civils.

À cet égard, le 25 mai, la Cheffe de la MONUSCO, Mme Bintou Keita, a rencontré une délégation conduite par l’Envoyé spécial du Chef de l’État, M. Serge Tshibangu, et l’Ambassadeur du Kenya en RDC, M. Georges Masafu.

Ukraine

Alors que l’Ukraine entre dans le quatrième mois du conflit, l’ONU est extrêmement préoccupée par le sort des civils face à l’intensification des hostilités dans les régions de l’est, en particulier Louhansk et Donetsk.

Des frappes aériennes, des attaques de missiles et des bombardements ont continué d’être signalés dans différentes parties du pays.  Les agences humanitaires indiquent que la ville de Kharkiv, située dans l’est et qui était récemment relativement calme, a été bombardée hier.

Au cours des deux derniers jours, la région de Dnipropetrovsk, au centre, la région de Soumy, dans le nord, et les régions de Mykolaiv et de Zaporijjia, situées dans le sud du pays, ont également été ciblées, faisant des victimes civiles et des dommages aux infrastructures civiles.

L’ONU continue également d’intensifier ses efforts pour fournir une aide humanitaire vitale et soutenir des millions d’Ukrainiens touchés par la guerre.  À ce jour, 7,6 millions de personnes ont été atteintes, soit une augmentation de 11% par rapport aux 6,85 millions de personnes atteintes à la fin de la semaine dernière.

Plus de 6,5 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire, contre 6 millions la semaine précédente.  Quelque 2,6 millions de personnes ont reçu un soutien sanitaire, soit 30% de plus qu’il y a une semaine; 1,4 million de personnes ont reçu une aide en espèces, soit un peu plus du double des quelque 690 000 personnes qui en avaient obtenu une en date de la semaine dernière.

L’ONU exhorte les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire de protéger les civils et les infrastructures civiles et d’assurer le passage rapide et sans entrave de l’aide humanitaires afin qu’elle puisse parvenir aux civils qui en ont besoin.

Myanmar

L'Envoyée spéciale du Secrétaire général pour le Myanmar, Mme  Noeleen Heyzer, a informé le Conseil de sécurité ce matin à huis clos.

Cette semaine, dans le cadre du Forum économique mondial de Davos et lors de sa dernière discussion avec le Premier Ministre du Cambodge, M. Hun Sen, en sa qualité de Président de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), Mme Heyzer a réitéré l’importance d’aligner les efforts régionaux sur les réalités du terrain et l’appui envers un processus dirigé par le Myanmar qui reflète les besoins et la volonté du peuple.

À cet égard, elle a souligné qu’une visite au Myanmar serait conforme à son engagement de consulter activement toutes les parties prenantes dans l’espoir d’obtenir des résultats concrets au profit de la population locale.

Elle a fait part au Président de l’ASEAN du discours prononcé par le Commandant en chef en février et l’invitation publique qu’il a faite à l’Envoyée spéciale du Secrétaire général de se rendre au Myanmar.

Conseil de sécurité / Libye

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, est intervenue hier après-midi lors de la séance publique du Conseil de sécurité sur la Libye.

Elle a exprimé sa préoccupation face à la persistance de l’impasse politique qui, selon elle, a un impact de plus en plus négatif sur la sécurité.

Mme DiCarlo a également souligné qu’il est impératif de maintenir le cessez-le-feu en Libye, de préserver le calme et d’éviter toute mesure susceptible d’entraîner un regain de violence, exhortant les parties à maintenir leur engagement à résoudre pacifiquement les différends politiques par le dialogue et les négociations.

Fermeture – lundi

Le Siège de l’ONU sera fermé lundi.  Il n’y aura pas de point presse.

Conférence de presse

Mardi, à 13 h 30, la Représentante permanent des États-Unis, Mme Linda Thomas-Greenfield, donnera une conférence de presse à l’occasion de la fin de sa présidence du Conseil de sécurité pour le mois de mai.

Afghanistan

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a condamné les récentes attaques en Afghanistan.

Il a souligné que les attaques contre les civils et les biens de caractère civil, y compris les mosquées, sont strictement interdites par le droit international humanitaire. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.